navigation

Actes de vandalisme contre le SG du MDS 23 juin, 2007

Posté par benchicou dans : Le coin des partis démocrates , trackback

 

Actes de vandalisme et agression physique 

contre le SG du MDS, Ahmed Méliani : 

Une grave dérive 

Dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 juin 2007 à 22 heures, un groupe d’individus mené par benmedekhane hocine, en état d’ébriété, et avec la caution de Hocine Ali, récidive dans ses actes de vandalisme, d’agressions verbales et physiques, ont investi par effraction le siège central du Mouvement, à Alger. Le 28 mai 2007, dans un communiqué intitulé Les dissidents du MDS, après leur débâcle électorale, se livrent à des actes de vandalisme, on écrivait : « Une bande enragée (une quinzaine de personnes) formée en majorité d’étrangers conduite par Hocine Ali a attaqué le siège, profitant d’un moment d’absence des militants, et s’est livrée à des actes de vandalisme sans précédent : violation du siège par la force, casse des serrures, arrachage des fils téléphoniques… 

…le Secrétaire Général Ahmed Meliani  a été agressé, bousculé et menacé par des propos de type : « je vais te détruire ». Seuls la vigilance des militants qui ont accouru a déjoué cette opération grossière. » 

Graduant leur escalade de provocations et de violence, menée froidement, Ils ont forcé et cassé les portes de la salle de conférence et des bureaux de l’administration, saccagé le matériel de travail (le fax, le fil téléphonique, le micro-ordinateur, l’imprimante… L’un d’eux, en l’occurrence Benmedakhane Hocine, a agressé physiquement le secrétaire général, Ahmed Méliani en proférant des insultes à son égard. Le groupe de Hocine Ali, après avoir tenté vainement de dissimuler à l’opinion publique, aux sympathisants et amis du Mouvement les objectifs d’inféodation du Mouvement et sa « normalisation » a maintenant recours aux « dobermans » chargés de la sale besogne d’agresser le Secrétaire Général et de violer  une nouvelle fois l’enceinte du siège. 

Avec la complicité de l’administration qui a validé illégalement leurs listes aux dernières législatives, la liste de leurs forfaitures politiques et pratiques ne fait que s’allonger :

-               travail fractionnel en dehors des instances régulières du Mouvement et échec répétés de tentatives d’organiser un congrès parallèle en s’appuyant sur des étrangers au Mouvement.

-               Subtilisation du cachet de l’administration générale.

-               Agressions verbales, physiques répétées.

-               Confiscation du sigle du MDS et détournement honteux du patrimoine historique et politique qu représente le MDS et utilisation honteuse de la mémoire de Hachemi Cherif au profit d’attitudes autres que celles qu’il a longtemps symbolisées et incarnées. Cette confiscation s’appuierait sur une grande arnaque qui aurait servi de base pour la validation des listes ; il s’agirait de la lettre où Hachemi Cherif avait confirmé la décision du Bureau National qui avait désigné Hocine Ali comme intérimaire. Ce même bureau qui l’a démis de ses fonctions. Dénier au bureau national ce droit statutaire pour un parti agréé est une atteinte aux lois en vigueur.

A l’instar de la classe politique participationniste dans son ensemble, le désaveu de la société par son rejet massif de la mascarade électorale du 17 mai n’a pas servi à de véritables enseignements et une remise en cause. Bien au contraire, le discours incohérent et intéressé se noie dans des arguments techniques et contradictoires comme une réplique exacte à celle du pouvoir consistant à ramener le désaveu à une bataille d’arrière garde de loi électorale et de « petits » et « grands » partis, alors qu’il s’agit d’un désaveu d’une classe politique et d’une politique du pouvoir obsolètes. Ils démontrent par là l’incapacité à se hisser au niveau des véritables exigences de rupture en poursuivant une politique mortelle pour l’Algérie.

La stratégie de nos « participationnistes » est réduite à sa plus misérable expression ; au plan politique, elle conduit à des alliances contre nature comme celle de la pétition initiée avec les partions satellites du pouvoir autour de la loi électorale. Au niveau de sa mise en pratique, dans les comportements et les agissements de tous les jours, elle s’avère une stratégie intéressée fondée sur la casse du MDS et les coups de force répétées. Cette agression lâche et sauvage commise à l’endroit du secrétaire général du MDS est l’expression d’une déchéance politique et éthique qu’aucun argument ne peut justifier. Elle est à l’opposé des valeurs et des pratiques démocratiques, modernes et de progrès. 

Le Bureau National du MDS condamne cette dérive qui porte atteinte encore une fois au capital symbolique et historique de notre Mouvement et appelle l’ensemble de l’opinion démocratique, des amis, des sympathisants du Mouvement à se démarquer de ce type de pratiques. Le MDS et les idéaux qu’il a représenté ne sont pas notre propriété, son avenir concerne tout le potentiel qui s’y est identifié à un moment ou à un autre à son combat. Les perspectives à ouvrir dépendent de la participation et de l’implication de tout ce potentiel. 

 

Alger, le 20 juin 2007                                                                       P/ Le Bureau National 

                                                                                                            Le Secrétaire Général 

 

                                                                                                                  Ahmed Meliani 

 

Commentaires»

1 2 3
  1. Le prochain parti « démocrate » c’est sûrement le RCD, le PT ou l’ANR. Vous décrédibiliser ce blog en associant ces partis serviles à la démocratie pour laquelle nombreux de vos collègues journalistes on payé le prix cher. Ils ne méritent pas d’être que leur sacrifice soit souillé de la sorte. Aftann ya si Benchicou

  2. « Une bande enragée (une quinzaine de personnes) formée en majorité d’étrangers »…
    Aprés l’antisémitisme de Mami, voici la xénophobie d’un parti pseudo-internationaliste.

  3. attend votre approbation.
    http://benchicou.unblog.fr/2007/06/23/actes-de-vandalisme-contre-le-sg-du-mds/

    Auteur : CHETRANE

    E-mail : chetrane@yahoo.fr
    URL : http://benchicou.unblog.fr
    Commentaire:
    Avec Bouteflika, j’ai l’impréssion de revivre l’epoque des tontons
    macoutes qui en sévit sous les Duvalliers pour plus de renseignement sur
    les tontons macoutes écrivez à la présidence de la république
    bananière;bouteflika sera ravi de vous répondre.

  4. Alger le 23 / 06 / 2007

    LETTRE AUX AMIS

    Nous aurions souhaité épargner au militants et amis, et à l’opinion publique l’étalage de nos querelles internes. Pour notre part, nous avons tout fait pour éviter la polémique stérile, et les disputes autour de la légitimité et de l’utilisation des moyens du MDS. Nous n’avons pas cessé de clamer haut et fort que la crise que traversait notre Mouvement exigeait une solution démocratique et pacifique, et que seuls les militants, dans un congrès souverain et démocratique pouvait décider de l’avenir du MDS. Méliani et les siens ont rejeté tous les appels allant dans ce sens. Jusqu’au fameux « entretien » dont le PV a été signé par Meliani et Hocine devant des témoins, qui préconisait la tenue d’un congrès démocratique, qui reconnaissait les courants politiques au sein du Mouvement, et que Meliani a renié. Nous avons tout fait pour éviter le recours à la force, malgré les agressions multiples que nous avons subit. Pour nous, il fallait démontrer à la classe politique et à l’opinion publique qu’il était possible de régler nos problèmes de manière pacifique et démocratique. C’était une première dans la vie politique de l’Algérie indépendante. Nous avons aussi refusé de faire appel à l’arbitrage du ministère de l’intérieur. C’est pour ces raisons que dans l’immensité de l’espace du siège, nous nous sommes résignés à n’occuper qu’un petit bureau. Malheureusement, Meliani et ses compères ont confondu l’esprit de responsabilité avec la faiblesse.

    Ce qui est arrivé dernièrement à l’intérieur du siège est regrettable comme est regrettable l’incursion dans mon bureau et le vol qualifié d’objets personnels (mon cartable, fermé à clé, a été fracturé, et des documents ont disparu, des livres ont été subtilisés, deux téléphones portables ont été volés ainsi qu’un chauffage électrique appartenant à une militante…) ou appartenant au Mouvement (des chaises, des matelas et des couvertures que nous avons achetés avec l’argent des cotisations des militants, un écran d’ordinateur, un fax, un climatiseur…) et la fouille systématique des serviettes et placards qui constitue un viol de la vie privée. Cette agression qualifiée fera l’objet d’une plainte. Comme il est regrettable d’avoir cassé mon armoire qui était restée dans le bureau de l’administration, et d’avoir cassé la porte du bureau dans une première tentative avortée de nous sortir par la force. Cette escalade devient dangereuse et risque d’avoir des conséquences dramatiques pour le MDS. Aucun de nous ne peut exclure l’autre. Aucun ne peut prétendre être le détenteur de la vérité, ou l’héritier du patrimoine spirituel ou matériel du Mouvement. Malheureusement Meliani et ses compères nous ont progressivement exclus de tous les espaces du siège. D’abord nous avons été exclus des bureaux de l’administration, ensuite les étudiants ont été exclus de l’espace qu’ils occupaient, ils ont déménagé pour être de nouveau exclus, ensuite le matériel de la grande salle a été caché, ensuite la grande salle a été fermée avant d’être scellée. Enfin la décision a été prise de façon unilatérale de changer la porte d’entrée et les serrures. Il est utile de rappeler que pendant cette période Meliani a recouru aux services des forces de l’ordre à quatre reprises ; la première fois, lorsque les étudiants du Mouvement ont tenté de récupérer l’espace qu’ils occupaient dans le cadre de l’activité, il a fait appel à un agent qui a passé la nuit au siège, la deuxième fois c’était pour empêcher des étudiantes d’El-Oued venu à Alger dans le cadre des activités du 8 mars, qui n’avaient pas où de passer la nuit, la troisième fois des militant du MDS et des citoyens étaient venus pour un rassemblement organisé par le MDS, l’ANR et l’UDR contre le terrorisme à « La Maison du Peuple », ensuite ils étaient montés au siège, il a de nouveau recouru aux forces de l’ordre sous prétexte que des étrangers avaient envahi le siège ! Enfin, lorsque nous avons voulu changer les serrures de la porte d’entrée, après avoir vainement tenté de récupérer les doubles des clés, Meliani a appelé des agents de police qu’il a introduit jusque dans le bureau que nous occupions pour interrompre une réunion de travail… autour du bilan des élections !
    Pendant toute cette période, nous n’avons pas fait appel une seule fois à la police, nous avons tout fait pour éviter de donner la possibilité au pouvoir d’arbitrer entre nous. Il est aussi utile de rappeler qu’au plan politique, il a essayé d’organiser un congrès exclusif, avec la participation et le soutien de Mr Brerhi, fermant les portes à la face des membres statutaires du Conseil National, du Bureau National et au chef des patriotes de Haouch Grau, et d’entériner une situation de fait en adressant un courrier ficelé au ministère de l’intérieur. Selon les témoignages publics des journalistes présents dans la salle, il y avait 54 congressistes votants pour élire un Conseil National de… 71 membres, réduit à 41 membres et…ouvert !! Une situation qui prêterait à rire si elle n’était pas dramatique. Nous sommes restés sur la réserve pendant dix jours, il a organisé une conférence pour rendre publics les résultats, nous obligeant ainsi à recourir nous aussi au ministère de l’intérieur et à déposer un dossier plus crédible puisqu’il est accompagné des 70 signatures des membres statutaires du Conseil National.

    Depuis quelques mois, le siège est transformé en dortoir et son état de salubrité est inqualifiable. La grande salle est scellée par des planches et des clous et toutes les portes sont fermées. Les chaises et les tables ont été cachées, ainsi que les matelas et les couvertures. Je ne veux pas porter de jugement sur cette manière singulière de développer les activités du Mouvement et de poursuivre les luttes pour la réalisation de la double rupture avec l’islamisme politique et le système rentier bureaucratique corrompu. Chacun est libre d’avoir sa propre conception de l’avenir du MDS. Mais force et d’admettre que le combat pour la modernité et le progrès est désormais réduit chez Meliani et ses alliés au combat qu’ils mènent contre le MDS ; Ils usent de toutes leurs forces et de leur influence contre nous. Brerhi est ainsi devenu depuis le début de la crise, le porte parole attitré du groupe dirigé par Moulay, et qui s’est érigé, ironie du sort, comme le seul et unique héritier du patrimoine spirituel et matériel, des luttes et sacrifices de plusieurs générations de militants. La promptitude de Brerhi à réagir avec autant de violence, sans demander la moindre explication est suspecte à plus d’un titre. Sa mémoire sélective et oublieuse à besoin d’être rafraîchie. Moulay et Meliani ont commis l’irréparable à la fin du mois d’avril 2006 en défonçant la porte de mon Bureau ; mon premier réflexe a été d’informer le CCDR. La réaction du CCDR a été l’étonnement, et pour cause ! Deux jours auparavant, Brerhi est passé pour m’accompagner chez Le Commandant Azeddine pour discuter des problèmes internes du MDS, en tant qu’ancien compagnon et ami du camarade Hachemi, apparemment « soucieux » de préserver le MDS comme cadre démocratique vivant, en contribuant à dépasser la crise. L’entretien très amical qui a eu lieu présageait de possibilités réelles de dépassement pacifique et démocratique de la crise. Des propositions concrètes ont même été dégagées (tenue d’un congrès, échéances, modalités, arbitrage…). Mais, après le semblant de stupéfaction, il y a eu un silence sidéral. Ni contact pour vérifier les faits, ni excuses pour justifier le fait que les démarches de bons offices n’aient pas abouties, plus rien ! Nous n’attendions pas de Brerhi de dénoncer des pratiques fascistes, et nous l’aurions remis à sa place s’il avait osé parler en ces termes de camarades, malgré toutes les divergences qui nous séparent. Mr Brerhi est il simplement conscient qu’il parle de camarades ayant risqué réellement leur vie dans la lutte contre l’islamisme et le terrorisme et qu’ils n’ont absolument pas de leçon a recevoir en matière de démocratie, bien au contraire ? Le CCDR qui dénonce le MDS, comme pendant les années de plomb, la terrifiante kasma de Birghbalou dénonçait l’impérialisme et le menaçait… Ce n’est pas la première fois que Brerhi s’attaque au MDS, il le fait systématiquement et sournoisement depuis plus d’une année. C’est plus facile d’essayer de caporaliser une organisation fragilisée par la disparition de Hachemi, que de mobiliser des citoyens. Ses ambitions deviennent de plus en plus évidentes.

    Pendant la campagne électorale, nos camarades qui ont désapprouvé notre participation aux élections venaient afficher a la sauvette des tracts appelant au boycott sur notre panneau, pour cacher nos affiches laissant bien en évidence celles de Hamas, de Ennahdha, du FLN… Qu’espéraient nos camarades en agissant ainsi ? Revendiquer de manière ridicule les 12 millions d’électeurs qui ont boycotté le scrutin ? En tous les cas, cette démarche consistant à épargner les affiches des islamo conservateurs tant décriés à l’intérieur du siège, illustre parfaitement le glissement trop rapide et incontrôlé à « gauche » dont les conséquences évidentes sont à méditer !

    A l’invitation à ouvrir la grande salle pour la préparation et la tenue du Conseil National, Meliani, réagissant avec mépris, l’a rendu encore plus inaccessible.

    L’intervention récente de camarades excédés par l’exclusion et l’utilisation unilatérale de tous les moyens du Mouvement par un groupe exclusif qui décide seul, est certainement regrettable, mais c’est le résultat d’une dégradation de la situation et d’une attitude inacceptable à notre égard. Une attitude caractérisée par la prétention démesurée et déplacée d’user de la force pour nous exclure.
    Ces comportements indignes, qui salissent le MDS aux yeux de ses amis est l’éloignent irrémédiablement du terrain des luttes politiques, et de la conquête de la société, ne semblent pas inquiéter du tout Meliani qui ne montre de la résolution que pour gérer les locaux. Des tonnes de documents précieux ont été jetés pour faire place nette, et transformer des bureaux en dortoirs pour des pseudo militants dont le seul lien réel avec le MDS et l’occupation de l’espace et l’utilisation gratuite et sans vergogne des moyens du Mouvement (eau, électricité, téléphone, internet…), nous avons à chaque fois réagit de façon responsable, en faisant preuve de retenue. Malheureusement, Meliani et les siens ont continué à agir avec la même arrogance et les mêmes prétentions. Après avoir pris connaissance des faits irréfutables, et du comportement de chacun, les anciens camarades et amis qui suivent de près ou de loin ce malheureux crêpage de chignon auraient tors de nous renvoyer dos à dos. Ils devraient se démarquer de manière catégorique de ces pratiques, chercher la vérité au lieu de prêter une oreille complaisante à Méliani.

    Si aucun effort n’est fait pour revenir à la raison et accepter de partager équitablement et démocratiquement les espaces dans le cadre des activités du MDS, il faudra que nos camarades assument seuls, l’entière responsabilité des conséquences de leur comportement exclusif.

    Pour notre part, après tous les efforts que nous avons consentis unilatéralement pour éviter l’arbitrage du ministère de l’intérieur, et chercher en vain une solution qui mette en avant le déploiement du MDS dans sa diversité, nous avons décidé de recourir à tous les moyens légaux et de saisir officiellement les autorités pour restituer au siège central du MDS sa véritable vocation de lieu de travail. Cette décision concerne aussi les sièges de wilayate squatés, sans scrupules, comme lieux d’habitation (Alger, Bedjaia …).

    Notre expérience et notre participation lors des élections législatives, nous a montré combien la société
    Algérienne a profondément assimilé les leçons du combat politique et armé contre le terrorisme et l’islamisme mais aussi le besoin d’un nouveau cadre de lutte politique en mesure de l’accompagner dans ses efforts pour transformer son quotidien et son avenir .
    C’est avec humilité que nous continuons à nous mettre au service de cette société mais aussi avec l’ambition d’édifier un grand parti, fortement enraciné dans cette société, le parti de l’espoir.

    Le Secrétaire Général du MDS

    Hocine Ali

  5. Allez crier votre parti ailleurs. Il n’yaura jamais le MDSbis. Une mascarade à Mascara ne sera jamais l’image du véritable MDS. iL Y’A EU DES CISSION DANS BEAUCOUP DE PARTIS sans pour autant en arriver aux coups de poings. Il faut préserver les 2000000, nos 200.000,nos 200 ou peut être nos 20 millitants de ces querelles, parole d’un ancien pagsiste

  6. Le trio HOCINE-teguia-ferhi exclus du MDS par le conseil national statutaire se sont deshonorés en participant aux dernières élections législatives en confisquant le sigle du MDS .Ils ont été désavoués par la société ,le pouvoir pour les remercier de leur trahison leur a concédé un strapontin ,un soit disant élu qui n’a rien avoir ni avec le PAGS, ni avec ETTAHADDI,ni moins avec le MDS.De plus le trio et à leur tète Hocine ALI utilisent des nervis comme un certain Bendekhan hocine étranger à ETTAHADDI et au MDS pour saccager à plusieurs reprises notamment le 18 juin courant le siège du MDS et aggresser le sécrétaire général AHMED MELIANI en le menaçant de le tuer.La violence initiée par les traitres au mouvement est digne de la violence islamo-terroriste.Par leurs pratiques ils se sont disqualifiés auprès de la société .Cependant je peux dire que ces traitres à la ligne de notre mouvement ,le MDS de notre regretté EL HACHEMI CHERIF,ont échoué dans leurs tentatives de normalisation du MDS afin de l’amarrer au pouvoir .Ce dernier est coupable d’avoir validé des listes électorales présentées paraphées par un « responsable » exclu et cachetées avec un cachet volé de l’administration du MDS.(faux et usage de faux).Le pouvoir se rendrait enfin complice s’il ne mettrait pas une fin aux agissements de ALI HOCINE et aux exactions de ses nervis.

  7. Je n’ai pas à etre modéré dans mes propos car j’ étais présent lors des exactions commises par les nervis de hocine ali et aussi des menaces de mort proférées par le voyou de Bendekhan hocine contre Ahmed Méliani sécrétaire général du MDS légalement élu par le 2ème congrès EL HACHEMI CHERIF du 22-23 février 2007.

  8. NB.Il faut préciser à l’attention de l’opinion démocratique que l’aile qui a trahi la ligne de EL HACHEMI CHERIF est minoritaire au sein de notre mouvement.

  9. Le MDS au complet a trahi le peuple algérien en s’acoquinant avec une partie de la pègre du pouvoir

  10. M. Chater Hassen, se présente à priori soit comme un représentant du FLN de Belkhadem, soit un représentant des islamistes, toutes tendances confondues, soit d’un représentant du FFS de Saint Egidio, vu le nombre des attaques qu’il adresse aux démocrates.
    Fouad.

1 2 3

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...