navigation

Bouteflika et la couleuvre avalée par le général Gaïd 25 juin, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , trackback

Bouteflika veut-il vraiment venir à bout du terrorisme ? On en est à se poser la question après la présentation des grands axes du projet de programme du gouvernement lue devant l’APN et dont le chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem précise qu’il « tire son essence du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et en constitue la référence essentielle ».Le chef de l’Etat n’entend toujours pas mener une guerre résolue et désillusionnée contre le terrorisme islamiste ni rompre avec l’islamisme. Bien au contraire… Cultivant une dangereuse ambiguïté, le pouvoir, dans ce programme du gouvernement, parle à la fois de «  ferme détermination à lutter résolument et de manière implacable contre le terrorisme » et de «  poursuivre parallèlement l’application des textes devant matérialiser la Charte pour la paix et la réconciliation nationale initiée par le président Bouteflika ». C’est à dire d’une chose et de son contraire. Il y a manifestement absence de volonté politique de venir à bout du terrorisme. Pire : dans le texte, comme dans le compte-rendu officiel de l’agence gouvernementale APS, la priorité ne va pas à la lutte contre le terrorisme mais à la réconciliation. « Réconciliation, consolidation de l’Etat de droit et développement économique, principaux axes du programme » lit-on en titre dans les dépêches. Cette priorité s’exprime par l’importance qu’accorde le programme du gouvernement a la réconciliation nationale par laquelle le gouvernement « vise le rétablissement de la paix et de la sécurité qui constituent « les conditions indispensables » à la mise en oeuvre et au succès des programmes de développement économique et social et à l’approfondissement du processus démocratique et à la consolidation de l’Etat de droit. » Le texte souligne que « le gouvernement s’engage à poursuivre résolument cette optique sous la haute autorité du président de la République » et rappelle la volonté du pouvoir de « s’opposer à toutes les velléités visant à contrecarrer la politique de réconciliation nationale, d’où qu’elles viennent », partant du fait que le peuple algérien y a massivement souscrit. Même le général Gaïd, chef d’état-major de l’ANP, est forcé à applaudir «  la politique de réconciliation nationale ». La couleuvre avalée par le chef de l’armée algérienne à l’heure où l’échec de la réconciliation est avéré et où les dégâts sur le moral des troupes est de notoriété publique, cette couleuvre est un peu grosse et porteuse d’un noir venin pour le pays.

Comment prétendre affronter efficacement un adversaire avec lequel on entend se réconcilier ? Et que reste-t-il du terrorisme dans le discours officiel tel que rapporté par le programme du gouvernement ? Pour les besoins de la propagande réconciliatrice, le terrorisme, dans le document lu par Belkhadem, est dédramatisé, minorisé volontairement. On parle de lutter contre « le terrorisme et les nouveaux fléaux qu’il nourrit en Algérie, notamment le crime organisé et le trafic de drogue qui constituent une agression contre l’Etat et contre la société et ses valeurs fondamentales ». On évacue ainsi le substrat politique du terrorisme relégué ainsi à un simple « fléau social ».

Cette orientation ambiguë et dangereuse va favoriser la persistance du terrorisme.

Md B. ( Le Matin)

Commentaires»

  1. Il n’y'a qu’en Algerie ou les generaux sont aussi gras et obèses !
    Il est franchement temps d’arreter les degâts occasionnés par le « système  » Bouteflika.
    La plaisanterie a assez duré maintenant et il est temps de revenir à des choses serieuses.
    Depuis l’arrivée de Bouteflika l’integrisme a fait main basse sur l’ensemble de la société tout comme d’ailleurs les freres musulmans en Egypte ou ils gerent maintenant l’ecole,les mosquées et la vie privée des gens.
    Bouteflika a été adopté dans les pays du moyen orient ce n’est qu’un integriste, bon chic bon genre peut etre mais c’est un integriste profondement convaincu et tres dangereux d’ailleurs.
    Je le repete encore une fois Bouteflika n’a aucune vision aucun programme pour l’Algerie ; son seul ordre de mission delivré par les wahabites integristes est de preparer en Algerie le lit de l’integrisme

  2. Il faut comprendre que le projet integriste est une réalité internationale qui dispose d’une logistique incroyable avec un financement illimité des wahabites du moyen orient.
    Il faut comprendre aussi comment fonctionne le cerveau d’un islamiste convaincu si cerveau il y ‘a bien sur!
    Pour asseoir leur hégémonie les islamistes disposent de tous les moyens ( hadiths et fatwas ) pour mener leur tache. Meme si les assassinats de Matoub ou de Boudiaf ou de Kasdi Merbah profitent au système politico-financier ,ils profitent en premier lieu aux islamistes qui voyaient là des personnes qui avaient compris leur stratégie et qui risquaient reellement de remettre en cause leur plans machiaveliques.
    A qui profite le crime? regardez comment est devenue l’Algerie…plus d’artistes à part des chebs plus débiles les uns que les autres…plus de cinéma….plus de centre de loisirs…plus de vie en quelque sorte..et n’est ce pas là la réalité des pays dits musulmans?
    Il faut donc arreter la machine infernale avant que l’Algerie ne sombre dans le chaos integriste avec la revision de la constitution et autres concessions et finir comme l’Egypte ou la presidence est en fait à El Azhar !!! en train de debattre de sujet tels que Zawadj el Misyar ou bien de l’allaitement des adultes dans les bureaux de l’administration et ce n’est pas une blague!
    La plaisanterie a assez suré ,il faut arreter le massacre !

  3. Med. Benchicou ecrit :  » Même le général Gaïd, chef d’état-major de l’ANP, est forcé à applaudir !  »

    Vous voulez nous faire croire que ce n’est pas l’armee les veritables Decideurs !

    Vous voulez nous faire croire que le pouvoir en algerie appartient aux civils !

    Vous voulez nous faire croire que toutes les elections en algerie ont ete transparentes .

    Est ce que c’est bouteflika qui a invite General Gaid a rentrer de 20 ans d’exil en suisse !

    merci .

  4. Rappelons que les Algériens ont plébiscité la politique de Réconciliation nationale portée par Bouteflika et ce par référendum. Je pose les questions suivantes :

    1- La volonté d’un Peuple est-elle la meilleure ?

    2- Le Peuple est-il responsable de ses propres décisions ?

    3- Ne devrait-on pas donner un cadre à la consultation référendaire, en ceci que l’issue d’une consultation dépend par beaucoup de la formulation de la question. Ne devrait-on pas obligatoirement trouver consensus avec les partis d’opposition quant à la question à poser au Peuple ? Par extension doit-on donner un statut particulier à l’opposition ?

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...