navigation

La Kabylie orpheline de Matoub 25 juin, 2007

Posté par benchicou dans : Notre mémoire , trackback

http://www.dailymotion.com/relevance/search/matoub/video/xmbuy_matoub-lounes

Il y a neuf ans tombait sous les balles assassines, le chanteur le plus adulé de son temps.
Matoub est revenu cette semaine. Poète, musicien, combattant pour les droits de l’homme et la démocratie, symbole de l’amazighité, Matoub Lounès tombait au tournant d’un virage de Tala Bounane, un certain 25 juin 1998, sous les balles assassines de ceux-là mêmes qu’il nommait «les chasseurs du savoir» (issaggaden n tmusni) dans ses poèmes, en hommage à Tahar Djaout, autre victime du terrorisme. Natif de Taourirt Moussa sur les hauteurs de Beni Douala, Lounès Matoub est venu au monde le 24 juin 1956. Dès son plus jeune âge, Lounès découvrira son goût pour la musique et la poésie avant d’entrer de plain-pied dans le domaine de la chanson à l’âge de 24 ans. Il signera sa première cassette, qui le mit au-devant de la scène artistique en 1978. La véritable percée, il l’opérera deux ans après, au cours des événements du Printemps berbère en 1980.
C’est d’ailleurs, à partir de cette année qu’il optera de manière distincte pour la chanson engagée.
En vingt ans de carrière, il aura, à son actif, plus de deux cents oeuvres, toutes aussi belles et riches les unes que les autres.
Son engagement pour l’identité amazighe, les droits de l’homme et la démocratie lui aura valu bien des péripéties. En 1988, il fut blessé de plusieurs balles à Aïn El-Hammam. En 1994, il fut enlevé par un groupe armé au lieu-dit Takhoukht, pour être relâché quinze jours plus tard. Il quitta le pays pour l’autre rive de la Méditerranée grâce au concours de quelques amis. Mais son attachement pour la patrie a fait qu’il ne tarda pas à revenir à la Kabylie natale et à poursuivre son combat de militant infatigable.

Ceux-là mêmes qui l’avaient relâché, suite à la pression de tout un peuple, ont décidé un certain 25 juin de frapper fort. Lounès n’échappera pas au guet-apens que les «chasseurs des étoiles» lui avaient tendu, sur le tronçon routier. Il ne sortira pas indemne, il partira à jamais. La nouvelle de son assassinat s’était propagée dans l’après-midi de ce 25 juin telle une traînée de poudre, suscitant aux quatre coins de la Kabylie colère et indignation. Des milliers de jeunes, visiblement très peinés par cet acte abominable, étaient spontanément descendus dans les rues pour déverser leur colère sur les édifices publics, donnant lieu à de longues journées de troubles.
Quelques jours seulement avant son assassinat, Matoub venait d’éditer son dernier album dans lequel il retraçait toute l’histoire post-indépendance de l’Algérie. Sa position radicale face au système et à l’intégrisme islamiste lui a toujours valu une sympathie populaire, mais aussi, une hostilité des cercles qu’il dérangeait. Son enterrement eut lieu dans son village natal, en présence d’un déferlement humain jamais vu.
Le 9 d’octobre 1998, coïncidant avec le 10e anniversaire de sa blessure par balles (1988) et le 100e jour de son assassinat, la construction de sa tombe se fit dans une atmosphère indescriptible, d’émotion, de ferveur et surtout d’engagement à poursuivre le combat pour la reconnaissance pleine et entière de la langue et l’identité amazighes. Même mort, Lounès Matoub continue, aujourd’hui encore, à prendre sa revanche et à défier tous les ennemis de son combat. Tel le phénix de la légende, Matoub renaît de ses cendres.

La Kabylie se souvient ….

Aujourd’hui des milliers de fans, d’amis et de militants de la cause qu’il n’a cessé de défendre, lui rendront hommage. Comme chaque année, le mouvement associatif se met à l’avant-garde pour marquer, d’une pierre indélébile, chaque anniversaire.
A Béjaïa, trois associations culturelles se sont regroupées pour marquer l’événement à travers un hommage initié depuis le vendredi, à la Maison de la culture d’Akfadou. L’association socioculturelle Taddart-Iw et taddukli n’ Mazgoug, de la commune de Tibane, l’association Aourir Ath-hsyen d’Akfadou ont uni leurs efforts autour d’un programme commémoratif qui s’est traduit et se traduira sur le terrain par une gigantesque exposition photos et coupures de presse retraçant, dans le moindre détail, le parcours de l’artiste avec ses hauts et ses bas. Livre, infographies, sculptures, peintures, billets et monnaies anciennes ont orné, quatre jours durant, le hall du centre, au grand bonheur des villageois des deux communes qui découvrent à l’occasion des activités qui les éloignent un tant soit peu de l’oisiveté qui mine les communes rurales.
C’est, justement, dans ces communes que les jeunes se sont mobilisés pour lutter contre l’oubli à travers une série de conférences-débats, des témoignages et projection de vidéos cassettes axées sur l’inoubliable Matoub, pendant que sa voix perçait le silence des montagnes.
Tandis qu’à Tizi Ouzou, la fondation Matoub et deux associations, Issegh de Souama et Amzgun N’Djerdjer, organisent des journées de commémoration de la mort du chantre de la chanson kabyle. Des expositions, des conférences et la projection du long métrage réalisé par mokrane Hemar, constituent l’hommage mérité à ce chantre de l’amazighité. Quatre jours durant, les chansons de Lounès sont revenues, tout comme lui, pour rappeler à tout un chacun que l’engagement doit être au quotidien. «Ihadadhen bwal» (les poètes), une chanson qu’a bien appréciée un sexagénaire en la qualifiant d’actualité, eu égard à sa thématique relative à la chanson kabyle de nos jours.

Commentaires»

1 2
  1. POURQUOI alor la famille matoub porte pas plainte contre le RCD?
    a toi chater. aadaw c le pouvoir

  2. Oui Amazigh aadaw c’est le pouvoir, c’est pour cela qu’il faut être vigilant.
    La famille Matoub ne porte pas plainte contre le RCD ou contre ceux qui ont zigouillé Matoub pour la simple raison que pour la justice algérienne les coupables sont les Islamistes tout comme pour le meurtre odieux du grand Boudiaf…
    Une question : Que penses-tu de Khalida Messaoudi et Benyounes?
    Pourquoi le RCD accepte de siéger dans une assemblée croupion qui n’a aucune légitimité : 80% d’Algériens n’ont pas voté et en Kabylie peut être 95% et tu le sais bien.
    Thanmirt Amazigh : L ‘ALGERIE AVANT TOUT

  3. L’Algérie avant tout! quel démagogique slogan. Proposez nous Monsieur EL Chater une solution pour sortir l’Algérie avant tout de la crise…
    La famille de Matoub a porté plainte…hum! arrêtez de déblatérer sur des personnes pour éviter de parler de l’essentiel: on entend Malika Matoub un jour demander la vérité sur l’assassinat de son frère et un autre jour accuser les amis de Matoub de l’avoir assassiné…soit elle connait la vérité soit elle ne la connait pas mais qu’elle arrête ce jeu malsain! Qu’on arrête de jouer avec les sentiments d’une maman car même en étant la soeur du poète on n’est pas pour autant le propriètaire de sa personne. Sa femme qui a faillit perdre la vie dans cette tuerie est trainée dans la boue par qui vous savez tous. Nom de Dieu, c’est sa femme!A qui profite le crime? Voilà la question à laquelle nombreux sont les gens qui se refusent de se la poser! L’Algérie avant tout, dites vous mais alors où sont vos cris de douleur, vos actions salvatrices et vos idées pour la sortir d’entre les griffes des vampires qui la sucent? Vos tirs sur les rares voix qui brisent l’unanimisme rigoureux dans cette APN à ligitimité très limitée certe mais représentative des citoyens(ne méritent-ils pas un peu de respect eux qui ont un avis un tantinet différent du votre?) qui se sont exprimés ce jour là ne sont qu’une diversion de plus. A qui profite vos gesticulations et anathêmes? Cette question ne doit pas vous faire plaisir aussi!

  4. L’Algerie avant tout, c’est une amana laissée par un patriote algérien, Boudiaf. Ce n’est pas une référence pour vous, c’est votre choix.
    Toutes les questions me font plaisir car elle font avancer le débat.
    Et vous, elles sont ou vos actions salvatrices ? Peut être elle sont dans un hémicycle qui ne représente rien.
    Le RCD tout comme le PT ont droit à quelques strapontins pour donner une caution pluraliste au pouvoir honni par les 80% d’Algériens qui ont boudé les urnes.
    C’est quoi une assemblée à légitimité très limitée ? J’ai compulsé mes livres de droit, je n’ai pas trouvé cette nouvelle conception de la légitimité populaire au rabais.
    Cher zorbaalgerien, le débat oui, les invectives non.
    On attend toujours vos idées sur la sortie de crise.
    Les miennes aussi, Amicalement

  5. Faisant du 29 juin un jour de relfexion pour sortir des vues trop étroites…
    J’estime que nous avons ratés le coche en 1992 pour faire la nique à ceux qui ont détournés le fleuve dont pourtant la voie a été tracé par le Boudiaf!
    En l’assassinant c’est l’espoir qu’il a suscité dans le jeunesse de l’époque qui hélas à vieillit de 15ans!!!!
    Mais nous pouvons si nous nous trompons pas de cible si nous ne continuons pas à nous tirer dans les pattes prendre pour repère cet homme intègre!

  6. Entièrement d’accord avec toi zorbaalgerien.
    Commençons d’abord par reconnaître nos défaillances et pourquoi on est incapables de créer un vrai pôle démocratique.

  7. A quoi bon créer un pôle démocratique? Je pense qu’on s’est vraiment époumonné durant des années à parler d’un pôle alors que notre problème c’est le retard accumulé et causé par la pensée unique et le parti unique…Alors comme démocratie rime avec pluralisme et diversité d’opinions, acceptons notre diversité comme une richesse. Arrêtons de chercher à créer une structure impossible à créer puisque les conditions et la nécessité ne sont pas réunies. Pensons à expliquer les enjeux et les défis qu’il faut relever pour sortir d’algérie de l’oeil du cyclope(libérons l’algérie parti fln)…Participons au renforcement des partis politiques existants (pas ceux qui soutiennent el 3ouhda el thalitha) et des associations de la société civile. Pour moi c’est le débur de la révolution: pour preuve, le pouvoir en place est entrain de baliser le terrain , de gommer les aspirités et dénigrant les partis qui peuvent demain lui faire la nique si on s’y met tous si on arrêt de joindre notre voix à celle des maitres de la pensée unique(qui nous explque que ces partis sont responsables de l’abstention du 17 mai parce que eux mêmes n’organisent pas l’alternance au sein de leur propres partis comme si être à la tête d’un parti(sans pouvoir) est déjà un pouvoir)…

  8. Cher zorbaalgerien,
    Oui pour reforcer les partis démocratiques : un exemple, le PT est pour une ouhda talitha!!!

1 2

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...