navigation

Zerhouni cache son jeu 28 juin, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : actualité politique , trackback

 

A Sétif, Yazid Zerhouni a joué à l’innocent. Interpellé par les journalistes sur le projet de révision constitutionnelle annoncé pour très bientôt, le ministre de l’Intérieur a pris son air le plus dubitatif : “La Constitution ? Que voulez-vous que je vous dise ? Cela regarde le premier citoyen concerné, c’est à dire au stade actuel des choses, le Président de la république…”, laissera tomber le ministre d’État ajoutant après une période de flottement : “Je souhaite que vous ayez l’occasion de lui poser directement la question…”. Des déclarations sibyllines et qui ressemblent étrangement à un message délivré à tous ceux qui actuellement en font matière à débat alors que le chef de l’État, lui, n’a plus abordé la question depuis quelque temps. Zerhouni poursuit : « En tant que ministre de l’Intérieur et premier responsable d’une administration qui serait en charge d’organiser un éventuel référendum, je n’ai que des pouvoirs d’exécution. Encore faut-il souligner que le référendum n’est pas obligatoire puisque la révision de la Constitution se pose, soit par référendum populaire, soit en réunissant les deux chambres du Parlement », dira-t-il, sans se prononcer en faveur ou en défaveur d’un tel projet. Nourredine Yazid Zerhouni, qui animait une conférence de presse en marge de la visite présidentielle à Sétif, fera néanmoins dans la nuance, en remettant le débat sur cette question dans son contexte, rappelant, au passage, qu’il a les prérogatives nécessaires pour entamer l’une des deux procédures, ce qui démontre peut-être que le choix n’est toujours pas tranché.

Bref, la révision aura bien lieu, mais le pouvoir tient à l’effet de surprise.

L.M.

Commentaires»

  1. non et mille fois non la revision de la constitution ne doit pas avoir lieu . Cette revision va enfoncer l’Algerie pour tres longtemps dans le chaos et l’obscurantisme.
    Bouteflika qui fantasmait sur le poste de president depuis son eviction aptrès la mort de Boumediene a trouvé un moyen de devenir présient en signant un « deal » et en vendant son âme au diable ( USA – ISRAEL -FRANCE – ARABIE ) .
    Le débat ce n’est plus de la revision de la constitution qu’il doit etre question mais de l’eviction de Bouteflika pour cause d’incompétence .

  2. POURQUOI LES JOURNALISTES NE POSENT-ILS PAS LA QUESTION A BOUTEFLIKA sur la révison de la constitution?
    ONT-ils peur ?
    Qui osera enfin l’interpeler?

  3. c est une question que j ai soulevée plus d une fois ,
    mais je crois que certains ont trouvé matiere à polémiquer .
    c est pas faute d avoir essayé mais je ne vois rien d autre !
    il suffit de lire .

  4. je ne crois pas que le pouvoir tient à l’effet de surprise mais surtout à la surprise made Boutef.Nous sommes devant un pseudo president qui se comporte comme un monarque d’orient. il se veut imprévisible,laissant planer le doute jusqu’à la dérnière minute,une manière bien singulière chez les gens qui se veulent démocrates.Bravo,enfin une constitution qui va nous permettre d’avoir notre Bourgiba à nous,en attendant un Ouyahiya qui jouera le role de Ben ali en 2012..rien ne va plus

  5. Depuis quand Boutef accepte d’être interviewé par les journalistes algériens ?
    Alilou et Nas vous êtes sûr qu’on parle du même pays

  6. Bouteflika n’est pas malade.
    il s’agit là d’une grossiere mise en scene montée par les services français et algeriens pour essayre de gagner du temps et nous faire passer la pilule « Bouteflika ».
    On a bien du se marrer dans les chambres du VAL DE GRACE en compagnie du porte parole de la presidence  » Cheb MAMI » .

  7. Pays de mascarades,on en fini plus…y’a que du cinema, et chacun cache son véritable rôle…des mises en scene dignes des grands john ford et autre coppolla qu’on croirait bien reelles…tant pis pour nos gueules d’avoir laissé ces energuménes nous gouverner. Tant pis pour nos enfants qui vont hériter des pires malheurs et catastrophes qu’aura connu l’algerie jusqu’à aujourd’hui par la faute de ce sinistre pouvoir, tant pis pour tout le reste qui aura survecu à tous ces malheurs de nos jours et qui verra pire sans aucun moyen d’intervenir avec la révision de la constitution et la présidence à vie de notre malheur à tous secondé de ses sinistres acolytes leches bottes…tant pis et mille fois tant pis pour ne pas s’etre soulevé contre ce regime de malheur.

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...