navigation

Boudiaf : l’énigme de 15 ans… 29 juin, 2007

Posté par benchicou dans : Notre mémoire , trackback

boudiaf.jpg 

Assassinat de Mohamed Boudiaf : 15 ans déjà et toujours les mêmes interrogations

Quinze ans déjà que le chahid Mohamed Boudiaf a été assassiné ! Quinze ans nous séparent déjà de ce triste et funeste lundi noir de Annaba, où un illustre illuminé, fanatique et mystique allait mettre fin à l’espoir de tout un peuple, en exécutant froidement et lâchement le grand Tayeb El Watani !

Le 29 juin 1992 à Annaba, l’Algérie perdait un des ses meilleurs fils, celui qui avait répondu à l’appel de la nation pour s’en venir de son long exil de 28 ans tendre la main aux Algériens et les aider à refuser la fatalité et le découragement ! Oui, Mohamed Boudiaf, un des fondateurs du vrai et authentique FLN, animé des valeurs politiques et nationales, du 1er Novembre 1954, fort de son expérience de la glorieuse révolution algérienne, avait relevé le défi et accepté de se mesurer à la mafia politico-financière qui gangrenait le pays. Armé de ses convictions, de son courage et de sa volonté, il refusa de composer avec les forces du mal et leur livra un combat acharné… Combat qui lui coûta la vie un certain 29 juin 1992 à Annaba ! Mal protégé, abandonné par son proche entourage, jeté en pâture dans l’arène, Boudiaf ne pouvait réussir son pari ! Les forces du mal ne lui laissèrent aucune chance. Les commanditaires de son exécution, bénéficiant d’importantes complicités au plus haut niveau de l’Etat, n’eurent aucune peine à se débarrasser de cet encombrant gêneur qui avait décidé de se mesurer à eux ! Le liquider fut chose aisée ! Et c’est ainsi qu’ils mirent en exécution leur plan machiavélique : Boudiaf devait mourir à Annaba, le 29 juin 1992, le décor planté, les circonstances, l’incroyable désorganisation de son voyage à Annaba et les moyens mis en place facilitèrent leur tâche, et le tour était joué ! Tayeb El Watani tombait sous les balles à 11h35 ! Et la suite, me direz-vous ? Et l’enquête qui devait nous révéler la vérité, toute la vérité, plus personne n’y songe ! Dans quel fond de tiroir poussiéreux est enfoui le dossier Boudiaf ? Pourquoi le crime reste-t-il impuni ? Pourquoi ne voit-on rien venir ? Et les fameuses promesses faites (et jamais tenues) par tous nos hauts dirigeants qui se sont succédé aux plus hautes fonctions de l’Etat depuis 15 ans ? C’est toujours, pour nous ses proches, la même incompréhension, le même désarroi, le même brouillard ! Nous ne pouvons oublier qu’un Président, qu’un chef d’Etat a été assassiné de la manière la plus sordide à Annaba. Le crime, l’assassinat de Mohamed Boudiaf, ne peut rester impuni, et quelle que soit « la raison » d’Etat invoquée çà et là ne peut expliquer pareille forfaiture ! La vérité, toute la vérité sur cet acte odieux doit être révélée à l’opinion nationale et internationale ! Le président Bouteflika avait promis à la famille du chahid qu’il rouvrirait le dossier de l’assassinat de Boudiaf ! A ce jour, il ne l’a pas fait ! Quant à nous, comme à l’accoutumée, nous serons nombreux à nous recueillir, ce 29 juin 2007, au cimetière El Alia, sur sa tombe et lui montrer que nous ne l’avons pas oublié ! Un quinzième anniversaire placé cette année sous le signe de la jeunesse et de la résistance !

L’auteur est Chargé de mission

Amine Benabderrahmane

28 juin 2007

Commentaires»

1 2 3 4
  1. La justice ?

    De quelle justice parle t-on ici ?

    La justice du parti-pris , du fait du prince ? du plus fort ?

    Comment peut -t-on parler de justice alors que les commanditaires et les véritables assassins et les véritables criminels se placent au dessus de cette justice et l’ont instrumentalisée à leur guise et se sont servis d’elle , pour imposer leur domination à tout un peuple.

    Comment veux-tu saisir la justice alors que ceux qui sont censés la protéger et la défendre , ils sont les premiers à bafouer ses lois et ses règles les plus élémentaires , dés que leur interêts sont en jeu !

    L’exemple de Benchicou , de Beliardouh et de beaucoup d’autres en sont l’illustration parfaite de dépassements faits au nom de cette justice privatisée et détournée de ses objectifs pour servir le pouvoir.

  2. moi ce qui m’etonne c’est cette amnesie des gens qui veut qu’on s’offusque jusqu’à l’etouffement devant l’assassinat du president boudiaf,et que l’on passe tout de meme sous silence le fait qu’en octobre 88il y’a eu plus de 600 morts dans les rues d’alger et que dans ce cas là il n’y'a pas eu l’ombre d’un proces jusqu’à nos jours.depuis l’independance cela n’a jammais cessé,rappelez vous bien les 504 noirs ,les enlevements et la torture systematisée.ce dont on parle aujourd’hui c’est le coeur du systeme politique (si on peut l’appeler ainsi)algerien .les institutions ,les batisses officielles et le reste c’est du carton-pate hollywwoodien,c’est fait pour la gallerie .bien naifs et biens malheureux ceux qui croient encore à l’independance de 62.

  3. MR HAMZAOUI BONJOUR
    votre sincèrité est touchante .
    vous posez d excellentes questions
    le questionnement de MME KAHINA est judicieux
    mais à un moment il va bien falloir faire des propositions pour une sortie d une situation qui ne peut plus durer .
    nous PEUPLE D ALGERIE ,nous ne sommes ni supérieurs , ni inférieurs à qui que ce soit .
    ce que d autres ont réussi ailleurs , on est tout à fait capabke de le faire chez nous ( à compétence égale ).
    LE TRAVAIL permet de rejoindre assez rapidement un niveau de compétence mondial .
    il suffit tout simplement de s en inspirer .
    un éxemple banal concernant la lutte anticorruption , tout citoyen KENYAN peut faire un courrier dénoncant une corruption constatée , et le glisser dans une boite aux lettres créées à cet effet .
    il faudrait peut etre agir aussi au lieu de ne faire que des diagnostics .
    reconnaissez qu on a été inefficace jusqu aujourd hui .
    doit on continuer rien qu à dénoncer ?
    moi je pense que non .
    quant MR AHMED , vous trouvez que je suis le seul à croire à la justice . paradoxalement , ca devrait nous inquiéter .
    je ne la défends pas , mais je pense que la décrédibiliser comme vous le faites est stérile , meme si elle n est pas une référence
    d exemplarité , constat que je partage avec vous .
    mais quand on estime qu il y a une injustice , la société civile doit le faire savoir d une facon pacifique , la presse doit aussi relayer l information en faisant preuve de professionnalisme .
    il faut aussi soit meme dénoncer les injustices autour de soit ,
    et faire la promotion des valeurs universelles

  4. Monsieur nas,

    Boudiaf a essayé de nettoyer cette justice et lui rendre son lustre d’antan.Il a été assassiné au vu et au su de tous le monde par cette mafia politico-financière qui détient les rènes du pouvoir .

    Beliardouh le journaliste a dénoncé un baron dans sa ville natale qui faisait la pluie et le bon temps.Mal lui en prit .Ce journaliste fût battu à mort et humilié au vu et au su de tous. les responsables de la justice n’ont rien pu faire.Son bourreau ne fût jamais inquiété .Cette humiliation publique a eu raison de sa vie et il se suicida.

    Benchicou a décrit Bouteflika sous sa véritable facette , celle d’un mégalomane , d’un menteur, d’un falsificateur .Il s’est trouvé entre quatre murs pour deux ans.Il aurait pu laisser sa vie .C’est au nom de cette justice dont tu sembles faire l’apologie qu’il fût incarcéré.

    Il y a une vingtaine d’année un ancien responsable qui travaillait au ministère des anciens moudjahidines ,a essayé de dénoncer des faux moudjahidines , des procureurs et des juges qui étaient loin d’être des anciens moudjahidines et qui ont usurpé ce titre , on l’a licencié et il a eu beaucoup d’ennui.

    Des exemples comme ça il y en a beaucoup!

    C’est beau ce que tu dis , mais tu donnes l’impression de ne pas vivre dans notre pays.

  5. La thèse de l’acte isolé a était battue en bréche par de nouveaux éléments qui d’ailleurs n’ont jamais était contestés par la muette.
    - l’autopsie n’a jamais était faîte!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    - l’arme du crime n’a jamais était retrouvée!!!!!!!!!!!!!!
    - l’impact de la balle qui a touché son coeur ce qui veux dire qu’il y avait un tireur en face,donc la thèse de l’acte isolé n’a plus de raison d’être.La commission d’enquête qui était présidée par REZZAG BARRA a rendu le premier rapport ou la thèse isolée n’a pas était retenue,ensuite ils sont revenus pour nous dire que c’est un acte isolé.REZZAG BARRA a était nommé ambassadeur en LYBIE,BOUCHAIB président du RPN avec mission de le couler le seul qui a contesté le deuxième rapport Monsieur Youcef FARDJALLAH à était assassiné,même le procureur SAYEH qui à juger l’acte isolé a était récompensé il a était nommé consul-général en TUNISIE,tous le monde a profité de la mascarade et dire qu’il y’a des gens qui nous parlent aujourdhui de justice en Algérie.

  6. lE Président Mohamed Boubiaf a cru naivement que le système de gouvernance algérien allait réellement changer aprés toutes les turbulances qu’a con nu l’ALgérie

    Dés son retour,nous nous sommes dis il est tombé dans la gueule du loup,car méme loin,physiquement,du pays il leur faisait peur et
    on savait qu’à la première occasion ils l’élimineront.

    D’ailleurs c’est ce qui est arrivé à cet illustre personne qui a voulu sauver une deuxième fois l’Algérie de Abbane,de Zighout,de BenM’hidi,etc…et de sa jeunesse qui commençait à le connaitre,à reprendre gout à la vie et à éspérer en ce valeureux militant lachement assassiné

  7. Monsieur AIT MOHAMED? pourriez vous être un peu plus explicite sur le « nous nous sommes dis » et « le on savait »;Qui cela « nous » et « on »?

  8. Monsieur Ahmed,

    Le on est un élément indéfinit employé couramment,
    Je l’ai employé pour qu’il n’y ait pas de répétitive.Quant à l’explication du pronom personnel- nous,je vous dis simplement que je suis de ceux qui on lu la 1ère version originale de son livre « ou va l’Algérie » dès son édition à l’étranger pendant les années de plomb.Je suis également de ceux qui lisaient le Journal
    « El Djarida ».Je pense que ma réponse vous a tout éxpliqué sur mes opinions politiques qui dates des années 1960.

  9. Il y a 15 ans…

    Un dessin de Slim racontait : si en 1962 Boudiaf avait été élu
    Président, en 1992 nous aurions appelé Ben Bella. Mais entre-temps, nous n’aurions pas échappé à Chadli !

    Au delà de l’humour, il nous faut interpréter le tragique et nos amis
    Dilem, le regretté Melouah, Slim, et tous les autres nous offrent un miroir impitoyable.

    Les caricaturistes ont cet immense talent de résumer en un trait de crayon des heures de palabres inutiles.

    La vérité éclate et son impact est encore plus terrible que toutes les bombes meurtrières.

    Cette vérité cachée, enfouie jusqu’au plus profond de notre
    inconscient, ne peut que ressurgir pour inonder dans un flux
    irrépressible nos sens incrédules.

    Et ce déversement a de quoi effrayer car il nous met face à nous et nous impose le choix Shakespearien « d’être ou de ne pas être»,en nous faisant croire que nous sommes un autre.

    Aujourd’hui, bien qu’il le mérite, ce n’est pas un hommage que je
    rends uniquement à Boudiaf, mais à tout un Peuple qui, face à
    l’adversité, a su répondre en relevant la tête, de la manière la plus digne qui soit, en entonnant ce chant qui résonne encore…encore…Mine Djibalina…mais qu’il nous faut re-créer.

    Aziz FARES
    05/07/2007

  10. Monsieur bonsoir,

    Merci de me lire d’abord et de croire en ces questions qui ne sont que légitimes. Effectivement, dans cette partie du blog de benchicou je ne fais aucune suggestions, lisez moi dans d’autres sujet de ce blog et vous compredrez.
    La seule et unique solution à nos problémes est un soulévement populaire, tout doit changer radicalement, à la manière latino-américaine. Je sais ce que vous allez me dire, mais je vous répond tout de suite, une dictature ne s’en va que par la force du peuple et par son soulévement contre lui. C’est ma seule suggestion monsieur nas, autrement, tant que ce système perdure, il nous ettoufera jusqu’à épuisement de notre pétrole et là on devra s’entretuer pour survivre. Noir est mon tableau de la sorte monsieur nas n’est ce pas? et pourtant, on n’y échappera pas tant que ce système y sera.

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...