navigation

Le général Touati répond à Belaid Abdesselam 30 juillet, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : analyses et polémiques , trackback
Le général s’exprime dans El-Khabar et révèle :

Le  général Touati répond à Belaid Abdesselam dans Algérie : analyses et polémiques Touati-02-elkhabar img-ombre-haut-droit dans Algérie : analyses et polémiques
img-ombre-bas-gauche img-ombre-bas-droit

 « M. Abdesslem croit plus aisé d’imputer à d’autres les raisons de ses médiocres performances »
« Il m’a proposé le poste de Ministre de l’Intérieur et j’ai refusé »

Le général à la retraite, Mohamed Touati a indiqué lors de sa « réponse aux mémoires de l’ancien Chef du Gouvernement » Belaid Abdeselem, que ce dernier a cru plus aisé d’imputer à d’autres les raisons de ses médiocres performances ». Lors de cette réponse Touati s’est arrêté à plusieurs points surtout en ce qui concerne ses relations avec le Trésor français et de grands importateurs.
« Lorsque les hasards de l’existence hissent un homme au poste le plus élevé lui confiant, même provisoirement, l’honneur de gouverner ses semblables, cette dignité lui impose la retenue dans l’expression, la mesure dans ses jugements, un vocabulaire digne de sa haute fonction et le rejet de l’allégation diffamatoire », ainsi commence le texte de la réponse du Général Touati aux déclarations de l’ancien Chef du Gouvernement Belaid Abdeselem dans ses mémoires il y a quelques jours.
Toutefois il ne considère pas sa démarche comme une justification mais plutôt il estime « Apporter des éclaircissements ou des rectifications aux allégations avancées ».
En ce qui concerne des propos des allégations au sujet de ses contacts avec le Trésor Français, M. Touati a souligné qu’en 1993 ses seuls contacts avec les fonctionnaires français se limitaient aux formalités de police et de douane à Orly. « Penser un seul instant qu’une structure technique comme le Trésor Français, puisse un jour dialoguer avec un Général étranger quel qu’il soit, relève à l’évidence de l’ignorance ou du seul désir de nuire sans crainte du ridicule ».
Pour ce qui est de sa rencontre avec M. JUPE il a déclaré «  je n’ai jamais rencontré personnellement M. Jupe. La seule et unique fois où je l’ai vu, ce fut au cours d’une réception à Djenane El Mithaq (Etablissement Officiel) au cours d’un déjeuner auquel j’ai été invité, me semble t-il, par feu M’Hamed Yazid, Directeur Général de l’INESG. M. Jupe était encore au RPR ».
« M. Abdesselem a prétentdu que j’avais apporté une protection ouverte à de gros importateurs et c’est précisément ce genre d’ineptie qui m’a décidé à répondre à la série d’allégations proférées par cet ancien dignitaire de l’Etat. Je n’ai jamais eu, à ce jour, le moindre rapport avec les milieux d’importation. J’ai même interdit à mes enfants de s’y engager pour éviter toute interférence regrettable dans mes fonctions et les mettre ainsi à l’abri d’approches intéressées et peu fiables », précise-t-il.
Il poursuit « Monsieur Abdeslem en est venu à cette interprétation (protection d’importateurs) lorsque je lui ai dit dans son bureau et en face, qu’un des rédacteurs du Code des Investissements m’a dit être dépité et déçu par l’ajout de sa formule finale. Elle vidait de sa substance novatrice le texte élaboré. Je l’ai fait très spontanément comme on le fait dans l’Armée vis-à-vis de ses Chefs, sans penser un seul instant que ceci pouvait donner lieu à une interprétation mettant en cause ma probité. Ainsi, la moindre réserve à l’endroit de son point de vue est synonyme de trahison ».
M. Touati poursuit en indiquant « loin de respecter les limites imposées par sa haute fonction, Monsieur Bélaid ABDESLEM, dans l’outrage au bon sens commis sur Internet, a cru plus aisé d’imputer à d’autres les raisons de ses médiocres performances ».
Il évoque sa dernière entrevue avec l’ex chef du gouvernement qui a eu lieu fin juin 1993 « C’est sur insistance du Général Khaled Nezzar que j’ai accédé, à la demande de M. Abdeslem, d’aller le voir à Djenane El Mufti, sa résidence d’alors. Il me propose alors le poste de Ministre de l’Intérieur. Je déclinai la confiance et l’honneur pour des raisons politiques et une raison économique ».
Il a également souligné la vision simpliste et le dogmatisme de l’ancien chef du Gouvernement lorsqu’il a rappelé son refus d’occuper le poste de ministre de l’Intérieur « au motif qu’il n’y avait pas d’autres solutions que le rééchelonnement », Abdesselem répondit : ‘’Tu es donc pour le blanchiment d’argent ! ». 
« C’est certainement ce genre de propos tenus à M. l’ex chef du gouvernement qui me vaut aujourd’hui une suspicion derrière-je ne sais quel plan de braderie de l’économie nationale ? »
Il a conclu en indiquant « enfin, toutes les autres allégations, assertions, divagations, imputations, –et j’en passe- sont faites dans le but de nuire et d’assouvir une frustration inconsolable. Sans doute, procèdent-elles chez leur auteur, d’un inconscient cherchant à exorciser les fantasmes qui l’assaillent, depuis la faillite avérée de son « programme d’austérité » mis en œuvre de juillet 1992 à août 1993 ».
« En un mot, l’ex chef du gouvernement n’est victime de personnes d’autre que de lui-même et de son dogmatisme. Souhaitons-lui un prompt retour à la sérénité ».



30-07-2007
Par Atef Kedadra

Commentaires»

1 2 3 6
  1. Bonjour,

    Je trouve tout cela révélateur (propre et figuré) de la nature du système algérien dont les RESULTATS sont évidents, me semble -t-il: Sous développement persistant, importation de plus de 80% de l’alimentation, médiocrité inédite dans tous les domaines: EDUCATION, SANTE, Qualité de la vie, chomage… Un pays que tous les jeunes veulent fuir? C’est cela vos résultats Mr Touati et vous avez le culot de vous exprimer alors que vous avez, vous et les tubes digestifs qui décident avec vous, interdit toute expression au peuple au prix de leur dignité: Depuis 93, grace à l’intervention LUMINEUSE, vous avez eu plus de 200 000 morts. Et vous osez vous ériger en sauveur et économiste éclairé!! C’est le monde a l’envers: Les militaires gagneraient à retourner en casernes et laisser le peuple libre de ses choix. Vous avez, contre Mr Abdessalem, que je ne connais pas du tout, choisi une autre voie économique, bravo pour ce choix qui nous a érigé au rang de puissance économique!!

    Tant que le ridicule n’a pas commencé à tuer, ces gens continueront à sévir.

  2. La triste polémique entre l’ancien Chef de Gouvernement, M. Bélaïd Abdesselam et le Général en retraîte M.Mohamed Touati, révèle au grand jour, le délabrement moral du régime politique qui gouverne notre pays depuis des décennies; un délabrement moral qui semble s’opérer parallèllement au délabrement biologique des protagonistes qui font partie ou ont fait partie de ce régime. Des montagnes de haine et de rivalités jusque là mises en sourdine vont devoir remonter à la surface, c’est à dire sur la place publique. Et ce phénomène sera de plus en plus amplifié, il faut le souligner, grâce à cette véritable révolution en marche sous nos yeux, que reprèsentent aujourd’hui les outils modernes de la Communication. A moins de déconnecter l’Algérie du monde…Et « ils » le feraient s’ »ils » le pouvaient, les petits dictateurs qui dorment sous les képis du moindre gradé triant les fichiers des DRS ou des RG….
    Mais revenons à nos moutons,….subitement transformés en brebis innocentes, pour dire que dans une démocratie respectable et digne, le contenu des révélations réciproques telles que celles mettant en cause M.M. Abdesselam et Touati serait jugé suffisamment grave pour justifier d’une SAISINE de la Justice par elle-même ou, à tout le moins, la mise en place d’une Commission parlementaire ou d’une « Cour d’honneur »…. Mais pardon, je me laisse aller…Le mot « honneur » a-t-il encore un sens dans notre pauvre classe politique ?

  3. La tête pensante des décideurs, grand stratège dit « el mokh » (dans un cabinet noir de galonnés sans niveau universitaire,facile d’hériter de ce sobriquet)se fend d’éclaircissements sur des morceaux « choisis » de Belaid Abdesslam.On le dit impliqué dans un massacre d’algériens en tant que supplétif de l’armée coloniale, « el mokh », tireur de plan sur la comète qui ont fait 200 000 morts et un président assassiné,reste bien muet sur d’autres accusations de l’ancien chef du gouvernement à moins qu’il garde ses révélations pour la bonne bouche. Quoi qu’on puisse penser de Belaid Abdesslam, sa charge de la brigade légère sur les décideurs des Tagarins est salutaire.Visiblement inspirée par le cercle présidentiel dont Belaid Abdesselem est très proche, elle participe visiblement du « nettoyage » des 2 derniers janviéristes (Toufik et Smain) et pas des moindres en frappant à la tête ou ce qui en tient lieu. C’est le combat final? Vu la taille des protagnistes, un combat de nains dans un pays de géants…Reste plus qu’a compter les coups et les morts…

  4. Pour une tête pensante du pouvoir algérien, el Mokh comme on l’appelle, ça pense vraiment bas. Parler des médiocres performances de Belaid Abdesslam (sur le plan économique, je pense) bien que cela soit une évidence, est trés grave pour l’homme qui serait derrière toutes les grandes décisions depuis 1990, le résultat est bien là aujourd’hui, une République des corrompus et des affaires, sur le dos de milliers de morts, mort de ne pas avoir été sauvé par ceux qui étaient censés le faire: Touati et consorts.

    De grace disparaissez de la circulation en attendant peut être qu’un jour un tribunal jugera les actes de Abdesslam et de Touati, et d’autres. Cela pourrait arriver, cela arrivera, les exemples sont légion, regardez l’Argentine, le Chili et plein d’autres pays.

    La démocratie gagnera un jour et vous aurez vraiment le droit d’échanger librement vos opinions et les actes qui nous ont menés à la ruine devant des tribunaux.

  5. Tous ces sarifices de nos anciens, toutes ces souffrances de l’enfance (qui auraient pu bien servir à batir une nation forte et libre) n’ont finalement servi à rien, ils sont passés à l’oubliette dés l’aube de l’indépendance laissant place à la magouille, au bidoullage des scrutins, au vice autodéstructeur, aux petites manigances et aux clanismes de KHORTI qui ont fait couler le pays, C’est une drôle de façon de se venger que de plonger les poings liés dans les bras de FAFA (la France), qui a brulé nos villages,pillé nos richesses et masacré les notres. A l’oubliette, tout est passé à l’oubliette… ET dire qu’on a échappé de peu à un troc de toute notre glorieuse histoire contre quelques soutiens amicaux(quelques mots) de l’autre rive… Dieu merci, c’est tombé à l’eau…

    Le bilan glorieux et flamboyant des élites et résistants de l’indépendance est malheuresement eclispé par celui désastreux de cette caste de pseudo- »Z »élites qui ont suivi… Comme le disaient les anciens « il faut se méfier des gens que la faim touche à l’estomac (les amnésiques), mais surtout pas des gens que cette même faim touche leur tête (ceux qui n’oublient jamais) ». Les premiers, une fois rassasiés, diraient qu’ils n’avaient jamais eu faim…

    L’OUBLI…Ah, cet OUBLI !!! qui nous ménera à notre perte…

  6. « elle participe visiblement du “nettoyage” des 2 derniers janviéristes (Toufik et Smain) et pas des moindres en frappant à la tête ou ce qui en tient lieu. » c’est le type de commentaire qui voudrait dire que les tenants du pouvoir actuel(Boutef) sont différents de ceux qui les ont précede (janvièristes). Eh ben je cois que c’est un peu plus compliqué que cela, l’Algérie à le même système depuis 62, même peut être avant, dans sa nature il n’a jamais changé, on a eu droit a des variantes. c’est un systeme qui a pu produire Bouteflika, Abdesslam, Touati, Toufik, Nezzar, Zerhouni, Lamari, Boumediène, etc.

    le systeme politique algérien a eu pour base la négation de la démocratie et la libre expression de son peuple, tant que ce principe fondamental continue, que l’on s’appelle Boutef, ou Toufik Ou Abdessalm ou Abassi rien ne changera.

  7. A choisir entre les deux, je prefere encore Touati, qui n’est pas certe l’exemple de la perfection à un charlatan de toujours, qui au lieu de s’effacer doucement de l’histoire pendant ses derniers jours, il ne trouve rien de mieux que reprendre du service et etre au service de son nouveau protecteur en l’occurence bouteflika. La question qu’il faut se poser c’est pourquoi si abdessalam a attendu que Touati soit en retraite pour l’attaquer et pourquoi ne l’avait-il pas fait quand il etait encore en service. On a été tous des janvieriste, on le restera encore et s’il le faut on le redeviendra encore si la situation l’exige.
    Y a pas plus grand crime que celui auquel s’es livre si abdessalam et ses accolyte depuis longtemps,à savoir effacer et raser à jamais l’identité amazigh de l’histoire algerienne et de là meme deraciner ce peuple de ses origines pour pouvoir le tremper dans le bain arabo-baathiste dont ils ont été et restent encore les portes paroles. On a dit oui pour le pardon et non pour l’oublis mais peu comprennent le sens de l’histoire et ne vibrent qu’au rythme des frustrations du moments. Et c’est bien ridicule de croire que se sont les janvieriste qui sont ou qui seront cloué au poteau apr boutef et consort, c’est l’Algerie tout entiere.

  8. Touati dira tout ce qu’il voudra ,il a sa grande part de responsabilité dans la désintégration de la société algerienne et des tous ces maux.
    la politique la religion l’histoire la culture l’enseignement etc l ‘ utilisation de la religion à des fins politiques ..mr Touati et ses semblables sont la cause de tous nos déboires ,nos malheurs et la tranformation de l’Algerie dans tous les mauvais sens.Nous citoyens nous vous renvoyons dos à dos pour pour toutes vos responsabilités.vous êtes les hommes du systéme qui continue de nous tuer à petit feu.Que chacun paie pour le mal qu’il a fait. c’est notre seul voeux.

  9. Encore une fois on voit les expressions de vendeurs de cacahuétes. Ce sont ceux là même qui dirigeaient et dirigent notre pays. Un vocabulaire d’un niveau désolant, des idées de malfrats et des reglements de compte à la Al capone. Voila en gros à quoi ou à qui est soumis ou ligoté le peuple algerien et le pays Algérie. y’a de quoi avoir honte. je ne sais pas comment sont perçus tous ces cinémas de l’étranger, toutes ces pieces de théatres folkloriques de chez nous imaginées par nos savants dirigeants. Et on espére sortir du sous developpement avec ça? lorsqu’on sera fossilisés peut être…

  10. je remercie belaidabdeslam pour avoir osé vous citer et pararlléllement nous a permis à travers lui de vous dire tout le mal que nous pensons de votre systéme et de vos agissement de caste d’oppresseurs impitoyables
    et maffieux.rien ne servira de vous justfier sinon de nous éclairer sur vos coups bas pour notre compréhension.A nos yeux vous n’êtes que les promoteurs d’un systéme honni et vomi par le peuple.
    Dieu reconnaitra les siens.

1 2 3 6

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...