navigation

Sofiane : Le testament de Chirac concernant Bouteflika 3 juillet, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : actualité politique , 4 commentaires

 Je ne suis pas sûr que Bouteflika et les décideurs qui sont derrière lui soient en train d’échouer. En réalité, Bouteflika n’a jamais caché sa fascination pour la France. Depuis son fameux telex envoyé à Giscard lors du retour de Boumédienne de Moscou à Alger via Paris jusqu’aux innombrables visites qu’il a effectué en France, il a toujours fait preuve d’une terrible soif de ‘francisation’. Les français qui nous connaissent bien en ont profité pour augmentant de 700% leurs ventes en Algérie en l’espace de 6 ans.
Je vous invite à lire ou à relire les 5 (seulement !) lignes consacrées à notre cher Président par Jacques Chirac. Il y décrit un ‘homme timide’ et ‘complexe’. En langage diplomatique cela frise l’insolence. Mais ça l’évite car les mots sont ciselés. On n’attend pas d’un Président de la République d’être timide. Il doit s’affirmer devant ses pairs car il défend tout un peuple. Bouteflika hausse la voix sur la France quand il est à Alger pas devant Chirac, voilà le message de Chirac. Un homme ‘complexe’ cela veut dire que sa pensée n’est pas structurée. Il n’y a pas de cohérence dans ce qu’il dit. Comment peut-on être Président et avoir ces tares intellectuelles.
Voilà pour le testament de Chirac concernant notre Président.
La fascination de Bouteflika pour la France n’a d’égale que son ego. Si Chirac en a profité côté business, avec Sarkozy, qui comme chacun sait à travers son parcours politique est un homme cynique et cruel, audacieux, téméraire et sans aucun état d’âme, le pire attend l’Algérie. D’une parce qu’il n’a jamais caché qu’il voulait faire de l’émigration sélective et renvoyer les milliers de désoeuvrés chez eux! Mais là, il ne s’agira pas de récupérer quelques dizaines de boursiers mais de mettre en place un mécanisme industriel de siphonage de l’élite du pays grâce à l’Université Franco-algérienne qu’il veut proposer aux algériens, sous prétexte d’améliorer notre niveau de management. Il faut regarder quelle est la proportion de libanais, issus de l’université franco-libanaise, qui reste au Liban. Quasiment nulle. Résultat: leur pays est devenu n’importe quoi depuis maintenant 30ans!
Parallèlement à cette stratégie de siphonage de l’élite du pays, il veut essayer de récupérer l’actif principal de l’Algérie: le pétrole et le gaz. L’association avec Sonatrach n’a d’autre but que d’encapsuler la Sonatrach.
Cette idée comme chacun sait est apparue en pleine campagne électorale présidentielle française, cela n’est pas un hasard! La presse française a souvent évoqué les liens ‘étroits’ entre le PDG de Gaz de France et Chakib Khellil. Dans ce sens, le protocole d’accord signé avec les américains n’est qu’un leurre pour mieux ‘faire accepter’ par les décideurs algériens le projet avec la france. D’ailleurs le patron de Gaz de France vient d’informer que l’accord définitif entre gaz de France et Suez sera connu dans … 15jours, c’est à dire après la viste de Sarkozy en Algérie.
Laissera-t-on Khellil et temmar et Bouteflika détruire les fondations économiques de l’Algérie et redevenir un quasi-protectorat français?
Beaucoup de nos compatriotes croient notre Président ‘rusé’ et ‘malin’. Il l’est certes mais seulement avec le sérail politique algérien, car il est issu de ce système et connaît parfaitement ses règles du jeu. Au-delà, c’est une autre histoire !
Ainsi les Français vont réaliser de manière ’soft’ ce que les américains veulent – entre autres – obtenir par la guerre en irak. C’est la doctrine du Soft Power chère à Zbignew Brezinski et qu’ont choisit de suivre les Français.
Ira-t-on dans leur sens? J’ai bien peur que oui. Je doute en effet que Bouteflika qui a besoin de paillettes pour exister politiquement résiste à la tentation que lui offre le fameux projet méditerranéen de Sarkozy et qui n’est rien d’autre que la constitution d’un Commonwealth français sur lequel la France va prendre le leadership. La France sait plus que jamais que son avenir de puissance influente n’est plus en Europe. Sur le plan économique, l’Allemagne ayant réussi sa réunification est loin devant et sur le plan politique les anglais ont pris un leadership incontesté, soutenue en cela par les pays de l’Est.
Par conséquent son salut consiste à inventer un nouvel espace économique et politique où elle pourrait prendre le leadership et dans lequel ni l’Allemagne, ni le Royaume Uni ne pourraient lui faire concurrence. Elle a donc regardé à son… Sud.
Mais ce projet méditerranéen ne peut réussir sans l’Algérie. Sur le plan géostratégique, la France de Sarkozy se moque bien de l’Espagne, de l’Italie etc. Son objectif essentiel c’est de reconstituer son ancien protectorat du Maghreb. Par conséquent les divisions algéro-marocaines sont une opportunité. Oui à un Maghreb uni, mais derrière elle et pour elle ! Voila la nouvelle doctrine française ! C’est dans ce sens qu’il faut interpréter les nominations de Rachida Dati et Fadela Merabet (vous remarquerez que sur 3 personnes originaires d’Afrique, il n’ y a aucun homme : ce n’est pas un hasard !). L’objectif ici est émotionnel. Il s’agit de faire croire en les bonnes dispositions de Sarkozy pour les maghrébins. Si c »tait vraiment le cas, pourquoi n’a-t-il pas utilisé son audace politique pour convaincre les français qu’il fallait que les émigrés votent dans le cadre des municipales. Pour quoi n’a-t-il pas ordonné à l’appareil de l’UMP de faire élire Rachida Dati comme député ? Non ce serait des décisions qui engageraient tout l’avenir de la France. Par contre, des ministres sont révocables à tout instant !En tout cas, si cela se concrétisait cela signifie que Bouteflika est bien le personnage décrit dans le livre de Benchicou. Et les gens qui le soutiennent porteront une lourde responsabilité devant l’Histoire, à défaut devant les hommes !
Mais attendons, comme le dit si bien Mr Bererhi dans son interview … attendons de voir s’ il y a changement de la Constitution pour lui ouvrir la route d’un 3è mandat!
Si oui, c’est à dire que si Bouteflika triomphe des algériens et de la biologie (dixit Mr Bererhi!) alors là cela veut dire que notre pays est plus gangrené que nous le pensons. Mais à Dieu ne plaise …

Zbayri Chakib : Réponse à l’ambassadeur de France en Algérie

Posté par benchicou dans : Algérie : actualité politique , 8 commentaires

350 000 SANS-PAPIERS ALGÉRIENS EN FRANCE !
Vrai chiffre ou Arme de Dissuasion Massive ?
Djamaledine BENCHENOUF
La déclaration de l’ambassadeur de France en Algérie sur le nombre des immigrés algériens en situation irrégulière en France, rapportée par le quotidien El Watan, dans son édition du 11 juin est, de toute évidence, à marquer d’une pierre blanche. À plus d’un titre ! L’ambassadeur, Monsieur Bernard BAJOLET, a en effet annoncé, en substance, que 350 000 Algériens environ vivent actuellement en situation irrégulière en France. Le terme « environ » n’enlève rien à l’importance du chiffre et n’a été probablement précisé que pour laisser une étroite marge d’estimation puisqu’il n’est question ni de 300 000, ni de 400 000, ni d’une fourchette qui se situerait entre les deux, mais bien d’un chiffre précis. Il est donc permis de penser qu’en l’absence d’une estimation qui se situerait entre un chiffre et un autre, l’ambassadeur s’est voulu concis, ne laissant planer presque aucun doute si ce n’est celui de cet « environ » qui ne pourrait, en l’occurrence, ne concerner que quelques milliers de cas. Il est utile de préciser, par ailleurs, que ni l’ambassade, ni une quelconque instance de l’État français n’a apporté de démenti ou de rectificatif à cette déclaration ;
Même le Front National…
Pourtant, très étrangement, ce chiffre qui aurait du avoir l’effet d’une bombe, n’a pas suscité de réactions notables, y compris de l’extrême droite française. Cette question des statistiques sur le nombre des immigrés clandestins en France est pourtant l’une des préoccupations majeures de la population française, le principal cheval de bataille de l’extrême droite et même, d’une façon plus ampoulée, de toute la droite. La déclaration de l’ambassadeur vient donc, sans plus de remous, de pulvériser toutes les records des estimations, jusqu’aux plus farfelues d’entre elles, y compris celles du Front National, qui avait tenté en vain, avec toute l’exagération et l’alarmisme qui le distinguent de faire accréditer le chiffre de 400 000 immigrés clandestins sur le sol français, toutes origines confondues. La seule estimation officielle du nombre probable des immigrés clandestins sur le sol français, très approximative, a été faite en mai 2005 par Dominique DE VILLEPIN, alors alors ministre de l’intérieur qui avait parlé de 200 000 à 400 000 clandestins, en prenant soin d’exclure catégoriquement que cette estimation puisse être discutée à la hausse. La fourchette d’évaluation, large de 200 000 personnes, permettait de naviguer entre le minimum et le maximum d’un chiffre qui ne pouvait être qu’approximatif, puisqu’il s’agissait de clandestins, donc des personnes difficiles à cerner et qui échappent, de par leur situation même à tout contrôle et à toute statistique fondée sur des données fiables.
Un ambassadeur considéré comme un initié des affaires franco-algériennes…
Or, voici qu’une personnalité française de premier plan, l’ambassadeur de France en Algérie, fin diplomate, connu pour son sens de la mesure autant, il faut le dire, pour un franc parler qui a séduit les Algériens, qui a exercé des fonctions éminentes dont celle de Directeur Adjoint pour l’Afrique du Nord et le Moyen Orient, mais aussi, il y a quelques années, celle de premier Secrétaire à l’ambassade de France en Algérie, ce qui fait de lui un initié des affaires Algéro-Françaises, et dont il ne viendrait à l’idée de personne de lui imputer une quelconque légèreté, vient donc, à un moment qui ne peut être fortuit puisqu’il précède de quelques jours la visite du Chef de l’État français en Algérie, de jeter un si gros pavé dans la mare en déclarant posément que les immigrés clandestins en France, originaires de la seule Algérie, atteignent ou dépasssent le chiffre de 350 000 personnes. C’est dire, en partant de ce constat chiffré, en spéculant un tant soit peu logiquement et en extrapolant sur les immigrés de toutes origines en situation irrégulière en France, dont la représentation est la plus visible, comme celle des autres pays du Maghreb, de l’Afrique sub-saharienne, de Chine et d’autres pays asiatiques, que le chiffre global de tous les sans-papiers doit dépasser allègrement la barre du million. Ceci en restant très prudent, puisqu’on partirait du postulat que les clandestins algériens représenteraient, à eux seuls, plus que le tiers de tous les sans-papiers de France. Or, selon toute vraisemblance, il n’y a aucun doute que les clandestins algériens ne représentent pas plus que le dixième de tous les sans papiers de France. Auquel cas, s’ils sont au nombre de 350 000, le chiffre global de tous les immigrés en situation irrégulière sur le sol françis seraient de… Trois millions et demi. Ce qui est absolûment exclu.
Pourquoi l’annonce d’une telle estimation ?
Ce chiffre de 350 000 étant très peu probable, on en vient à la question de savoir pourquoi ce grand diplomate, rompu aux relations très mouvementées de son pays avec l’Algérie, en serait-il venu à faire un tel constat. On en vient aussi, si tant est que cette déclaration a été intempestive, qu’elle a été mal comprise par le journaliste, ou qu’elle a été sortie d’un contexte statistique plus large, à se demander pourquoi l’ambassade ou d’autres responsables de l’État Français n’ont pas démenti, ou du moins corrigé. L’ambassadeur persiste et signe. L’État français ne le contredit pas et l’État algérien fait mine de regarder ailleurs.
La France au secours de l’Algérie pendant les évenements kabyles de 2001
Monsieur BAJOLET s’est-il inspiré, pour une telle évaluation, sur des statistiques de l’ambassade, notamment sur le nombre des personnes ayant bénéficié d’un visa de séjour en France et qui n’ont plus quitté l’Hexagone ? Depuis quelle date ? Même si cela a été le cas, l’ambassadeur n’est pas sans ignorer qu’un nombre relativement élevé parmi ceux-ci a été régularisé. Tout comme il doit savoir que la France avait répondu favorablement à l’appel du pied du pouvoir algérien pendant les évènements de Kabylie en 2001. A cette époque la Kabylie était en proie à de graves convulsions. Au bord de l’explosion généralisée. La confrontation avec le régime avait fait de nombreux morts et plusieurs centaines de blessés parmi les jeunes protestataires. Jamais, depuis l’indépendance du pays la situation en Kabylie n’a été aussi grave, aussi exacerbée. Sans aucune issue qui ne soit suicidaire pour le régime. Des signes d’extension de la crise faisaient leur apparition dans tout le reste du pays où des manifestations de jeunes éclataient spontanément. C’est alors, comme par un heureux hasard, que de nombreux jeunes Kabyles, plus de cent mille, purent obtenir leur visa pour la France. En l’espace de quelques mois. L’Algérie venait d’être délestée comme par miracle des jeunes parmi les plus frondeurs de la population kabyle. Privée de ses « trublions » les plus déterminés à en découdre, la révolte kabyle se dégonfla presque du jour au lendemain. Un grand nombre de ces « exfiltrés » de l’« amitié » françalgérienne fut régularisés. Ceux qui arrivèrent plus tard, à partir de 2003 et dont le nombre avoisinerait les 40 000 furent déboutés. Une majorité d’entre eux ont rejoint les cohortes des sans-papiers. Ils représentent, à n’en pas douter, la proportion la plus importante des immigrés algériens en situation irrégulière. La moitié ou plus ! Une lecture des statistiques de l’OFPRA et de la commission de recours le montre assez clairement.
Les “Harragas” Algériens sont très rares en France…
Il faut savoir, par ailleurs, que le nombre des immigrés clandestins algériens qui se sont introduits en France sans document de voyage, c’est à dire ceux qu’il est très difficile de quantifier, sont tres rares. Quelques centaines au plus ! Contrairement à leurs voisins marocains, dont la proximité avec les côtes espagnoles leur permet d’accoster en Europe via le détroit de Gibraltar. Les rares tentatives des Algériens candidats à l’émigration clandestine, les fameux « Harragas » qui tentent leur chance à destination du sud de la Sardaigne, de la Sicile ou de l’île de Lampedusa, depuis les côtes algériennes et à bord de fragiles esquifs se sont presque toutes mal terminées. Presque tous ces jeunes désespérés, dont les pathétiques tentatives ont été très médiatisées par la presse algérienne pour toute la détresse de la jeunesse algérienne qui s’exprime par ces évasions suicidaires de la mal vie et de la misère, ont été interceptés par les garde-côtes algériens ou rarement par les carabiniers italiens. Ceux qui ont réussi à franchir la méditerranée sans document de voyage et donc sans visa se trouvent plutôt en Italie qu’en France. Encore que la totalité de ceux-ci, presque tous interceptés par les carabiniers sur le sol italien, et donc identifiés et repertoriés, ne dépassent quelques centaines.
La seule façon, par conséquent, d’évaluer d’une façon sérieuse le nombre des immigrés clandestins Algériens en France se trouve dans le nombre de ceux qui ne sont pas revenus en Algérie après l’expiration de leur visa. Mais encore faut-il, ce qui n’est pas le cas, que l’ambassade de France en Algérie puisse disposer des statistiques françaises de tous ceux qui ont été régularisés, d’une façon ou d’une autre, qui ne sont donc plus des immigrés clandestins et dont beaucoup sont même devenus Français.
Baliser la visite de SARKOZY ?
Au regard de tout ce qui précède, il semble donc très peu probable que le nombre des clandestins Algériens puisse avoisiner ce chiffre stupéfiant de 350 000 personnes. Voire même qu’il en soit du tiers ! Alors pourquoi l’ambassadeur de France a-t-il asséné une si grosse statistique ? Cela aurait-il un rapport avec la prochaine visite du Chef de l’Etat Français en Algérie ? Cherche-t-on à peser sur ce qui n’est rien d’autre qu’un rapport de forces ? À infléchir la trop grnade suffisance des partenaires algériens ? Une sorte d’Arme de dissuasion massive ? Serait-ce l’annonce et la signature d’un nouveau style d’approche ? Un real politik qui suggère que certains atouts vont être mis sur le tapis ? L’occasion ferait-elle le larron ? puisque cette visite très attendue de part et d’autre, où trois sujets parmi plusieurs tout aussi importants vont être abordés, celui du gaz algérien qui avoisine les 16 % des importations françaises en gaz, celui de l’Union Méditaranéenne qui représente pour le Président SARKOZY une future ligne force dans ses projets de politique extérieure et celui de la repentance de la France qui est devenu l’obstacle où viennent buter les meilleures volontés de part et d’autre. C’est, selon toute vraisemblance, l’explication la plus lisible de cette fracassante déclaration. Car si ce chiffre venait à être confirmé, voire seulement admis comme tel par le pouvoir algérien, cela voudrait dire que le Chef d’État Français dispose d’un atout décisif qui pourrait déstabiliser, jusqu’à un point difficile à imaginer, le pouvoir algérien. Une épée de Damoclès entre les mains du nouveau chef d’Etat français. On se laisse, en effet, aller à imaginer ce que pourrait être la situation en Algérie, qui est déjà au bord de l’explosion, si un grand nombre de jeunes Algériens, qui ont tout risqué pour fuir leur pays, se trouvaient contraints à un retour forcé et massif dans ce qui est, pour eux, l’enfer qu’ils croyaient ne plus revoir. Mais pourquoi, même dans ce cas, avoir gonflé à outrance un chiffre qui de toute façon reste décisif ? Le pouvoir Algérien sait très bien, de toute façon, qu’ en expulsant vers l’Algérie ne serait ce que le quart de tous ceux qui sont en situation irrégulière en France, la France provoquerait une cataclysme, dans une Algérie où il ne manque plus qu’une étincelle pour mettre le feu aux poudres. Mais le Pouvoir algérien sait aussi, car il est loin d’être dupe, que la menace de recourir à une telle extrémité n’a aucune chance d’être mise en pratique. A moins d’une situation de confrontation extrême, ce qui est inenvisageable en l’état de la situation. La France ne dispose ni des moyens, ni d’une quelconque latitude politique et encore moins morale, pour pouvoir mener une politique intense et contenue dans un temps relativement court d’ expulsions massives d’immigrés clandestins vers leur pays d’origine. Alors, pourquoi cette estimation officielle des Algériens en situation irrégulière en France ? Pourquoi maintenant ? Quelles seront les positions de la France et de l’Algérie sur cette déclaration de l’ambassadeur de France ?

Larbi Chelabi ; « Quel avantage l’Algérie a réellement à tirer d’ un partenariat renouvelé avec la France?

Posté par benchicou dans : Algérie : analyses et polémiques , ajouter un commentaire

 

Quel avantage l’Algérie a réellement à tirer en ayant un partenariat renouvelé avec la France et/ou avec l’Europe?
Nous sommes aux yeux des européeens et des français en particulier une ancienne colonie qui a l’avantage de posséder des ressources naturelles en abondance, un coussin en devises fort apprécié (pas moins de 80 milliards de dollars sonnants et trébuchants), à près pas de dette (un reliquat de près de 4 milliards de dollars essentiellement allemand), une économie qui a besoin de tout car elle ne produit rien ou presque.
Du côté algérien, je parle du peuple et non du pouvoir, l’Europe en général et la France en particulier sont des forces économiques sur lesquelles on peut arrimer notre développement économique. Le problème, c’est qu’elles ne sont pas les seules. Il y a le monde anglo-saxon et les pays émergeants comme la chine qui peuvent parfaitement assumer ce rôle de locomotive de développement avec un avantage majeur qui est celui d’une absence totale de contentieux historique. Les algériens donc ne devraient pas du tout être timides mais assumer un développement multipolaire qui ne tient compte que de la compétence et des intérêts économiques réciproques. Un gouvernement algérien responsable ne devrait pas pleurchicher sur le passé mais refuser par exemple de donner un contrat de 200 millions de dollars à Alstom pour lui éviter la faillite, tout simplement parce que Chirac l’a demandé et que ce Chirac est un ami de notre bonze de président. Pour le reste, et du point de vue de la mémoire historique, la France, en tant que pays souverain, a le droit de pondre des loi nauséabondes comme celle du 23 février habillant le colonialisme des oripeaux de la vertu que nous ne lui connaissons point, nous qui sommes de l’autre rive de la méditerrannée. Le problème est du côté de mon gouvernement qui fonctionne selon le schéma de pensée du colonisé, faiblard et quêteux de la miséricorde de son ex maître. Un président responsable et soucieux de la mémoire de son peuple n’a qu’à prendre l’intiative et inscrire dans la constitution un article de loi simple qui dit à peu près ceci: ”Le colonialisme passé, présent et à venir constitue un fléau pour l’humanité. L’algérie, fière de son héritage, est par principe aux côtés des peuples opprimés pour le combattre et amoindrir sa nuisance”. Vous voyez Mr Zeller, je ne suis même pas juriste et j’arrive à écrire une phrase simple qui vaut la loi polémique du 23 février 2005. Imaginez un gouvernement algérien responsable.

    Larbi Chelabi

Benabeja Fouad : « Le mérite des réponses de M.Brerhi… »

Posté par benchicou dans : Algérie : analyses et polémiques , ajouter un commentaire

Le mérite des réponses de M.Brerhi, c’est qu’il a démontré, à tous ses détracteurs qu’il a le courage de revenir sur son passé, non de militant mais de fonctionnaire algérien de l’époque. Posez la question à M. Cherif Amokrane du FFS, qui lui aussi assuma plusieurs hautes fonctions dont celle de ministre, pourquoi, aujourd’hui, il préfère faire des audits de son propre parti, sans que l’on remette en cause la sincérité de son engagement. Que propose M.Brerhi? en tant que politique et non plus en tant que fonctionnaire, (et d’autres forces avant lui pronaient dèja ces propositions): que les démocrates qui veulent en finir, avec ce système et avec l’intégrisme, n’ont qu’a s’unir, à condition qu’ils abandonnent la politique de l’entrisme,(RCD, ANR,et autres) ou la politique à deux vitesses, (FFS), aller une fois aux élections et une autre fois les boycotter. Tous ceux qui veulent une alternative démocratique, qui demandent la dissolution des institutions actuelles, en commençant par se retirer bien sur, de celles où certains sont présents,qui prônent une réelle transition de progrès pour notre pays, devraient se rassembler autour de ces objectifs, et ensemble, il faut trouver des solutions. Cela peut prendre du temps, mais pour construire, une république démocratique, moderne, laïc, il faut prendre le temps nécessaire.
Toutes ces forces là, avec la société civile, composée des syndicats autonomes, des femmes démocrates, des jeunes, des cadres de tout secteurs confondus, des intellectuels et non les organiques, des journalistes indépendants, des artistes, etc, etc, pourront affronter n’importe quelle force aussi rétrograde soit elle, dans n’importe qu’elle élection, puisque la transition arrêtera, toutes les nouvelles dispositions, pour qu’ils n’y ait plus de fraude, et de bourrage des urnes.

Tamurt : « Ceux qui accusent sans preuves sont les marionettes des islamistes et du pouvoir.. »

Posté par benchicou dans : Algérie : analyses et polémiques , 2 commentaires

    YA JUBA , pourquoi reclamer une enquete internationale du moment que tu sais qui l’a tué…tu n’a qu’a deposer plainte et porter tes preuves ,,,,
    c une honte pour les kabyles qui accusent des kabylent innocents pour plaire aux veritables egorgeurs et eventreurs d’enfants et d’hommes..
    comme tu es tres doué y a juba , dites nous qui a enlevé matoub, qui a tué , djaout , mekbel, bousebsi,boudiaf,yefsah,et les 180000 victimes de la barbarie militaro-integriste……….
    mais vous etes tjours serain et vous ne savez pas qui tue qui ?
    sauf la mort de matoub , pour faire du commerce et casser du kabyle et diviser , et toujours diviser …..
    moi je considere que tous ceux qui accusent sans porter des preuves , sont les marionettes des islamistes et du pouvoir..
    vous n’etes que des pions pour semer la zizanie et diviser la kabylie…..
    voyons ce qu’a fait le pouvoir avec les arouchs , pour la regression de la kabylie , avec 10 ans en arriere..et la la destruction des partis comme le ffs et le rcd…
    et j’espere que la verité eclatera un jour pour tous les crimes commis et toutes les accusations commises…
    en conclusion ,je crois que vos actes et vos ecrits sont les eniemes assassinat de matoub…
    arreter de jouer sur sa memoire , et un jour lounes a dit ceci …
    ” je peux excuser ou parler avec n’importe qui , mais pas avec ceux qui ont qui m’ont porté le chapeau de mon enlevement comme quoi , c moi qui a fomenté ce coup là avec mes amis politiques ”
    ce sont les mmes qui s’empressent a accuser ————-et pour koi pas ,peut etre que c 1 coup monté par MATOUB…..
    REPOSE EN PAIX LOUNES , les kabyles sont redevenus ce qu’ils etaient avant ta mort , en posant toujours la fameuse phrase de qui tue qui ? mais toi , tu savais et tu as tranché sur le sujet
    en declarant dans aghurru , que ceux qui tuent , nous les connaissons……………………
    eviter svp de tuer plusieurs fois le rebelle , et laisser le tranquille dans sa demeure…………………..

Ouyahia défend la télé unique 2 juillet, 2007

Posté par benchicou dans : Non classé , 17 commentaires

“Pour Ahmed Ouyahia, l’ouverture du champ audiovisuel au privé est une lubie.” Un caprice qui peut s’avérer dangereux pour la “sécurité nationale et la moralité” si l’on s’amuse à passer du jour au lendemain d’une télévision et une radio à 100% publique vers des chaînes à 100% privées, estime l’ex-chef du gouvernement qui prévient contre “les risques”.
Si l’éventualité de l’ouverture du champ audiovisuel devait se concrétiser sans “prendre de précaution”, le dérapage est inéluctable. (In Le Soir)”. Et voilà, c’est reparti ! Les gardiens du temple ont peur et se réveillent pour nous mettre en garde ! Danger danger… Il faut protéger le “peuple”. Il ne faut pas le laisser aux mains des médias audiovisuels privés, car il y a risque de dérapage ! Il vaut mieux le laisser aux mains de TF1, France Télévision, et autres milliers de chaînes étrangères qui inondent impunément les paraboles de nos cœurs et nos âmes avides, assoiffées de liberté. Les propos de l’ex-chef de gouvernement, Ouyahia, sont, eux, loin de la parabole. Ils témoignent précisément d’une peur et d’un mépris qu’ils ont pour ce qu’ils ne considèrent, du haut de leur grandeur, que des con-citoyens. Selon ce Meuuusieur, le glissement peut et doit être évité ! Ce qu’il n’a pas compris de toute évidence, c’est que 30 millions d’Algériens ont déjà glissé sur les peaux de bananes. Je suis très fier d’être algérien et personne, absolument personne, n’a le droit de s’approprier mes valeurs ou de me donner de leçons de moralité au nom d’une prétendue légitimité (révolutionnaire !?) et encore moins à mettre en doute ma moralité. Il y a près de 20 ans ! J’ai déposé la première demande officielle pour une radio privée et nous en sommes toujours et encore au même point. Le drame n’est pas dans le refus, mais dans la cécité qui a occulté la nécessité de l’ouverture libre, responsable des commandes de l’Algérie… aux Algériens. Avec mes sincères amitiés
Aziz Farès (homme de radio)

1...2021222324

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...