navigation

Sarkozy réussit un coup et fait libérer les infirmières bulgares de Tripoli 24 juillet, 2007

Posté par benchicou dans : Monde , 12 commentaires

Les cinq infirmières et le médecin bulgares, emprisonnés pendant huit ans en Libye où ils... Agrandir la photo

Les cinq infirmières et le médecin bulgares, emprisonnés pendant huit ans en Libye 

 

Les six infirmières bulares condamnées à mort en Libye on été libérées cet après-midi. Elles qui ont toujours clamé leur innocence, étaient à bord d’un avion du gouvernement français, accompagnés de l’épouse du président français Nicolas Sarkozy, Cécilia, et de la commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner.

En cadeau de libération, ils ont été immédiatement graciés par le président bulgare Guéorgui Parvanov afin qu’ils puissent revenir libres sur le sol bulgare.

L’annonce du retour des infirmières et du médecin avait été faite simultanément à Sofia et à Paris mardi à l’aube.

Sur le tarmac de l’aéroport, les cinq infirmières libérées sont tombées dans les bras de leurs proches.

« Je n’ai vécu que pour ce moment », s’est exclamée, les larmes aux yeux, l’infirmière Snejana Dimitrova, 54 ans, devant son fils Ivaïlo et sa fille Paulina.

Sa collègue Valentina Siropoulo, 48 ans, retrouvant enfin son fils parti aux Etats-Unis, a ensuite laissé éclaté son émotion et sa colère: « Ce qui m’a fait tenir pendant toutes ces années, après ces tortures horribles, cette incertitude, ces verdicts, c’était la certitude d’être innocente » face à « toutes ces accusations qui avaient été créés artificiellement », a-t-elle dit à la radio.

« Je suis en Bulgarie, la grande Bulgarie ! », s’enflammait le médecin d’origine palestinienne Achraf Joumaa Hajouj, récemment naturalisé bulgare. Il doit maintenant se rendre aux Pays-Bas où sa famille a trouvé asile en 2004.

Les cinq infirmières arrivées en Libye dans les années 1990, après la fin du communisme en Bulgarie, espérant mieux y gagner leur vie que dans leur pays, et le médecin, venu pour un stage, avaient été accusés d’avoir inoculé le virus du sida à 438 enfants libyens, dont 56 sont décédés.

Malgré les témoignages contraires des plus grandes sommités du sida, ils avaient été condamnés à mort, une peine finalement commuée en peine de prison à vie, ce qui a permis leur extradition.

La Fondation Kadhafi, que gère le fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a elle-même mentionné mardi des « réserves » lorsque la justice libyenne avait prononcé les condamnations.

Soulagée, la Bulgarie a vite exprimé sa reconnaissance aux médiateurs. Le président français, son épouse et Mme Ferrero-Waldner ont été faits citoyens d’honneur de Sofia. Le président Parvanov s’est félicité du « rôle actif de nos partenaires européens » et en particulier de M. Sarkozy, attendu en Bulgarie en septembre, de José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et de Mme Benita Ferrero-Waldner.

Le ministre bulgare des Affaires étrangères, Ivaïlo Kalfine, a exprimé la « profonde gratitude » de son pays envers ses partenaires de l’UE dans une lettre à ses 26 homologues européens et à Mme Ferrero-Waldner.

Il a souligné la « fierté » de ses compatriotes, unis, d’appartenir depuis janvier à l’UE.

Leur libération ouvre désormais la voie à un renforcement des relations entre l’Union européenne et la Libye.

José Manuel Barroso a annoncé s’être engagé auprès du colonel Kadhafi à travailler à une normalisation des relations entre Bruxelles et Tripoli.

Le Portugal, qui assure la présidence tournante de l’UE, a salué le « rôle constructif » de la Libye.

Le président Sarkozy a annoncé mardi qu’il ferait mercredi un « déplacement politique » en Libye pour aider ce pays « à réintégrer le concert des nations ».

« L’affaire a été réglée. Nous avons reçu des garanties pour la normalisation des relations avec les pays européens et pour un accord de partenariat avec l’UE« , s’est félicité un responsable gouvernemental libyen qui a requis l’anonymat.

A Washington, le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack, a qualifié le dénouement de « développement très positif » devant permettre d’ »aider à modifier les relations de la Libye avec le reste du monde ».

Restant certes prudent sur les conséquences bilatérales, il a laissé entendre que la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, pourrait faire sa première visite en Libye.

Tripoli a obtenu des garanties pour le traitement des enfants et pour la réhabilitation de l’hôpital de Benghazi (nord) où des enfants libyens ont été contaminés par le virus du sida.

M. Sarkozy a affirmé que « ni l’Europe ni la France » n’avaient « versé la moindre contribution financière à la Libye » pour obtenir la libération des Bulgares et a salué « la médiation et l’intervention humanitaire du Qatar ».

Mais le chef de la diplomatie libyenne, Abdelrahman Chalgham, a évoqué des contributions de l’UE et de Paris aux indemnisations accordées par le Fonds spécial de Benghazi d’aide aux familles des enfants libyens contaminés par le sida.

Le gouvernement et les infirmières doivent s’adresser séparément à la presse mercredi.

L’ex-président de l’APN impliqué dans une grosse affaire de corruption

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , 28 commentaires

saadani1.jpg L’ex-président de l’Assemblée Poppulaire Nationale, Amar Saâdani, est impliqué dans une grosse affaire de dissipation de deniers publics aux côtés de l’actuel haut commissaire au développement de la steppe, Hammouche Taha. Tous deux étaient cités à comparaître hier devant la première chambre d’instruction près le tribunal de Djelfa. Ils n’ont pas répondu du moins jusqu’à 19h, à la convocation du magistrat instructeur en charge du dossier, selon le correspondant d’El-Watan à Djelfa. Les deux précités, qui jouissent pour l’instant de la qualité de témoins selon le code de procédure pénale, risquent fort de voir se délivrer à leur encontre des mandats d’arrêt à l’issue d’un délai discrétionnaire du juge, rapporte-t-on.Cette affaire, qualifiée par certains observateurs d’affaire Khalifa bis, a été mise en branle par le ministère des Finances suite à des inspections effectuées par l’IGF et la Cour des comptes. Confiée à la gendarmerie il y a plus de deux mois, elle a été ensuite récupérée par le parquet de Djelfa . Elle porte sur des délits de passation de marchés contraire à la législation, contrats fictifs, faux et usage de faux et paiement par anticipation à la réception d’ouvrages…

Amar Saadani est mêlé à cette affaire par sa société-écran Al Karama, allusion à la formule du Président Bouteflika.

Pour rappel, ce dossier qui défraie déjà la chronique fait état d’une dissipation financière de 4000 milliards de centimes, dont 140 concernent la seule wilaya de Djelfa. Plusieurs personnalités nationales, parmi elles des dignitaires du régime, sont impliquées directement ou à travers des sociétés écran. Une source nous a fait savoir que 46 convocations ont été lancées pour des auditions qui s’annoncent fastidieuses, car plusieurs infractions à la loi pénale ont été recensées dans l’enquête préliminaire et suite au constat de visu fait par la justice lors de déplacements effectués sur certains sites avérés nus, autrement dit n’ayant reçu aucun ouvrage alors que des décaissements ont été opérés en contrepartie. Au total, 140 cadres de la GCA et près de 300 entrepreneurs sont concernés pour les chefs d’inculpation de passation de marchés contraire à la législation, contrats fictifs, faux et usage de faux et paiement par anticipation à la réception d’ouvrages. Enfin, il faut signaler que c’est la juridiction de Djelfa, en l’occurrence le tribunal de Djelfa, qui s’est autosaisie entièrement de ce dossier.

L.M. ( Avec A. Zighem – El-Watan)

Le dossier Khalifa réouvert

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , 3 commentaires

Le dossier Khalifa réouvert dans Algérie aujourd'hui khalifa-03-elkhabar_copy1 img-ombre-haut-droit dans Algérie aujourd'hui
img-ombre-bas-gauche img-ombre-bas-droit

Le Juge d’instruction de Cheraga auditionne des juges, des artistes et des membres de la commission bancaire

Des sources bien informées ont indiqué à El Khabar que le juge d’instruction chargé de l’affaire du complexe Khalifa au niveau du tribunal de Cheraga a débuté les auditions de plusieurs témoins dans l’affaire de la Caisse Principale de la Khalifa Bank à la Cour de Blida lors du premier semestre de l’année en cours afin d’ouvrir une enquête complémentaire sur le scandale du siècle.
Nos sources ont indiqué que l’enquête a inclut un nombre de cadres du ministère des Finances, des cadres de la Banque d’Algérie et des membres de la commission bancaire dont des juges assermentés. L’enquête va également toucher les personnes qui ont bénéficié de rentes financières de la Khalifa Bank dont des artistes connus.
Le début des auditions de ces personnes coïncide avec la fin de celles concernant une autre affaire du groupe Khalifa, celle de Khalifa Airways qui devrait être transférée à la chambre d’accusation de la Cour de Blida en septembre prochain pour y statuer et fermer une fois pour toutes le dossier Khalifa.

L’ Algérie boudée par les touristes

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , 20 commentaires

L’  Algérie  boudée par les touristes dans Algérie aujourd'hui tourisme08-elkhabar_copy img-ombre-haut-droit dans Algérie aujourd'hui
img-ombre-bas-gauche img-ombre-bas-droit

Un climat et des infrastructures loin des normes internationales

L’Organisation Mondiale du Tourisme a révélé dans son cinquième rapport périodique, paru hier, les cinquante destinations far, et tout comme l’année dernière l’Algérie est restée totalement absente du classement mondial. Le Nord de l’Afrique était représenté par la Tunisie, le Maroc et l’Egypte.
En dépit du fait que le rapport en question fait état d’une hausse des revenus du tourisme dans la région de l’Afrique du nord, la part de l’Algérie reste toutefois modeste. La destination « Algérie » reste à la traîne dans la région et ce vu l’absence de structures adéquates et un climat motivant le tourisme, sans oublier le coût élevé du transport et de la résidence, on constate ainsi qu’un billet d’avion pour un vol entre Paris et Tamanrasset coûte trois fois plus chère qu’un billet Paris Bangkok, chose qui confirme encore une fois que la réalité du tourisme en Algérie est loin de tous les discours officiels.
Selon le rapport de l’organisation mondiale, la zone de l’Afrique du Nord a enregistré en 2006 des revenus de plus de 8.5 milliards de dollars, ces revenus vont en premier plan à la Tunisie, au Maroc et à l’Egypte, sachant que la région a enregistré le plus haut taux de croissance, estimé à 17%. A noter que le nombre de touristes a atteint les 14.9 millions.
Sur un autre plan l’Europe reste la première destination mondiale avec des revenus atteignant les 378 milliards et une augmentation en 2006 de 27 milliards de dollars par
apport à 2005.

Al-Qaida menace de nouveaux attentats en Algérie

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , 4 commentaires

benladen21.jpg  

Tounsi n’avait pas tort de redouter le pire : Al-Qaida menace de nouveaux attentats en Algérie. Ces menaces interviennent une journée après les déclarations du directeur général de la Sûreté Nationale, Ali Tounsi. Ce dernier avait précisé qu’il « n’excluait par de nouvelles attaques suicides », appelant les citoyens à aider les services de sécurité et à dénoncer les personnes suspectes.Moins de quinze jours après l’attentat perpétré contre une caserne de l’armée à Lakhdaria et  une semaine  après l’attaque de Yakouren,  Al-Qaida Maghreb (nouvelle appellation de l’ex-GSPC) a annoncé aujourd’hui, via un communiqué publié sur un site Internet islamiste, une intensification de ses attaques contre des cibles officielles.  «Les moujahidine sont déterminés à viser leurs quartiers et casernes par tous les moyens disponibles, bombes, explosions ou destruction », écrit le groupe terroriste dans son communiqué.Al-Qaida Maghreb demande par ailleurs aux « musulmans » de rester à l’écart des sites gouvernementaux : « Nous appelons nos frères musulmans à rester à l’écart des sites où sont présents les infidèles et les apostats officiels, de même que (ceux) où sont rassemblés militaires et policiers », souligne le communiqué.  Selon le communiqué, l’organisation « appelle à s’éloigner des centres sécuritaires, armée, gendarmerie, police, garde communal » car cette dernière « compte cibler leurs sièges, centres et casernes avec tous les moyens de destruction possible », en allusion aux attaques suicides ou les voitures piégées.
Le 11 juillet, Al-Qaïda au Maghreb avait revendiqué l’attentat suicide dans lequel 10 militaires avaient été tués à Lakhdaria. Cette organisation avait aussi revendiqué les attentats du 11 avril contre le Palais du gouvernement à Alger et un commissariat de Bab Ezzouar, dans la banlieue est de la capitale, qui avaient fait 30 morts et plus de 200 blessés. Le groupe avait alors publié sur un site Internet islamiste les photos des kamikazes qui ont pris part à cette opération.Ces menaces interviennent alors que l’armée algérienne, via ses forces spéciales, accentuent depuis deux semaines sa pression sur les groupes terroristes. Plusieurs   violents accrochages ont eu lieu ces derniers jours en Kabylie. L’armée aurait également capturé plusieurs autres terroristes. Sur le plan politique, le gouvernement semble vouloir mettre fin à la politique de pardon et de réconciliation nationale mise en place en 2006. Les terroristes « n’ont plus guère le choix qu’entre se rendre ou être tués », a déclaré dimanche le directeur de la sûreté nationale Ali Tounsi sur les ondes de la radio Chaîne3.
 
 

Logements : Bouteflika a raté son pari

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , 6 commentaires

// //]]> 

Logements : Bouteflika a raté son pari dans Algérie aujourd'hui arton73101-e9b75

Son projet de réaliser un million de logements en cinq ans est compromis

  

A un peu plus d’une année et demie de la fin de son mandat, le président Bouteflika voit l’une de ses plus grandes promesses de campagne sérieusement compromise.

En effet, il est vraiment loin du million de logements qu’il avait fait miroiter aux Algériens vers 2009. Et c’est le ministère de l’Habitat qui évente ce bilan du reste attendu. En l’état actuel des choses, seuls 393 341 logements ont été réalisés si tant est qu’on pouvait faire confiance aux statistiques officielles, souvent très en avance sur la réalité. Pour cause, le ministre de l’Habitat, Noureddine Moussa, qui a réuni hier les directeurs des OPGI, a annoncé la mise en place « prochaine » au sein de son département d’un service d’audit chargé de la vérification et de la validation des chiffres qu’avancent les Offices de promotion et de gestion immobilières sur l’état d’exécution de leurs programmes de logements. Il y aurait, tout compte fait, tromperie sur la marchandise dès lors que le ministre doute des chiffres communiqués par ces organismes. Il estime la mise en place de cette instance « nécessaire » ne serait-ce que pour « préciser la terminologie utilisée en matière d’évolution de la réalisation des programmes pris en charge par ces structures, c’est-à-dire faire une claire distinction entre un logement réalisé et un autre livré. » M. Moussa suggère ainsi que ces organismes confondent assez souvent entre un logement réalisé et celui livré effectivement au bénéficiaire. La différence est d’autant plus grande que des milliers de logements prétendument achevés, mais non viabilisés, grossissent le parc immobilier national au moment où les citoyens crient à la crise du logement. Aussi, les nouveaux logements sont dans la plupart des cas dépourvus des structures d’accompagnement, voire du minimum de conditions vitales comme le gaz et l’électricité. Mais officiellement, on se suffit du chiffre pour lui faire jouer la fonction politique avec le zélé de la télévision nationale qui transforme ces attributions de logements comme de véritables carnavals. Le nouveau ministre de l’Habitat veut apparemment opter pour la vérité des chiffres, histoire de rompre avec la gestion politique d’un dossier aussi sensible électoralement. M. Moussa a annoncé également que sa structure d’audit aura pour autre mission de vérifier la concordance des différents chiffres et autres données signalés par les différents OPGI. Ceci pour la crédibilité des statistiques. S’agissant de la gestion du parc de logements relevant des OPGI, soit 753 000 unités, le ministre a eu à entendre un constat des plus décourageants pour son secteur. Environ la moitié des locataires de logements gérés par les OPGI ne paient pas leur loyer ! « Le taux de recouvrement des créances par les OPGI ne dépasse pas les 50% », a admis M. Moussa. Pourquoi ces organismes publics peinent-ils à faire payer leurs locataires ? Le ministre pense que cela est dû au « déficit de canaux de communication et de dialogue entre les locataires et les offices immobiliers ». Pour y remédier, il a appelé les responsables de l’ensemble des OPGI à créer des cellules de rapprochement avec les citoyens pour la vulgarisation des textes et lois en vigueur. Cela étant dit, cette réunion de deux jours qui devrait faire l’état des lieux aura permis de mettre le doigt sur la plaie dans un secteur hermétiquement fermé durant le long passage de Mohamed Nadir Hamimid. Les retards incommensurables qu’accusent les projets AADL et l’état de délabrement des logements réalisés par cette agence confirment l’absence de suivi en dehors des échéances politiques. M. Moussa aura eu le mérite de laver son linge sale en public… Il est à noter enfin qu’une réunion d’évaluation sera tenue avec les responsables de l’AADL, demain au siège du ministère.

Hassan Moali

22 juillet 2007

1...45678...24

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...