navigation

Belkhadem entretient l’opacité sur les finances de l’Algérie 31 août, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : actualité politique , trackback

a8848lycaw1oyhrcajhrh6fcadto57mcaypn5mrcahbnx11carttpmacafg8wsjcawq8ccfcasabbjmcazioqztca60orprcah1exxsca9ve4z7ca5c82qvcay0mzmqca56ftwrca6uornnca1w4us1.jpg La loi de Finances 2008 référencée sur un baril de brut à 19 dollars

La loi de finances 2008 élaboré par le gouvernement Belkhadem sera référencé cette année encore sur le prix d’un baril de brut à 19 dollars. la nouvelle n’a surpris personne, puisque depuis 2000, hormis la loi complémentaire de 2002, toutes les lois de finances, y compris celle de 2006 qui a vu les prix du pétrole frôler les 100 dollars, sont établies sur la base de ce prix. Mais, les  interrogations fusent de partout. Pourquoi, des prévisions de recettes aussi sombres et basses, quand les prix caracolent à des niveaux jamais atteints ? Par mesure de prudence, tentent parfois de justifier les décideurs, sans plus d’explication. Mais alors que deviennent les recettes qui proviennent d’un niveau supérieur aux provisions de la loi ? Sont-elles budgétisées et leurs consommations contrôlées ? Officiellement, toute plus-value résultant d’un niveau de recettes de fiscalité pétrolière supérieur aux prévisions de la loi de finance ira alimenter le Fonds de régulation des recettes (FRR), évalué à 3000 milliards de dinars soit 36% du PIB, et destiné à faire face aux impacts négatifs des fluctuations des prix sur le marché pétrolier international. L’intention serait louable, si elle n’était pas entachée d’un défaut, ainsi résumé par l’économiste  Abdelmalek Serrai : «C’est une solution de prudence permettant de faire face à toute mauvaise surprise, seulement, la curiosité nous mène à s’interroger sur la destination des réserves en dehors des 19 dollars, en souhaitant plus de transparence à ce sujet ».  Or, La transparence est précisément ce qui manque le plus dans la gestion des finances nationales. Les explications alambiquées fournit par Belkhadem n’ont pas éclairé grand monde, ni fait tomber les réserves sur cette démarche. abdelazizbelkhadem2.jpgMême Louisa Hanoun, pourtant acquise à Bouteflika et à sa politique, objecte que : « certes il y a un budget d’équipement conséquent par rapport au plan quinquennal, mais il restera hypothéqué si jamais nos recettes sont détournées en acceptant la base de 19 dollars comme prix de référence ». Ce à quoi M. Belkhadem réplique que l’Algérie ne fait pas exception car beaucoup de pays exportateurs de pétrole élaborent aujourd’hui leurs budgets sur la base de prix référentiels oscillant entre 15 et 22 dollars le baril de pétrole. Et que les perturbations des cours mondiaux du pétrole justifient cette prudence. 

Il est a prévoir  cette année encore  que la décision gouvernementale souleve les interrogations des économistes… et cela d’autant plus que les prix mondiaux du brut culminent à plus de 60 dollars.   

Le Matin 

Commentaires»

  1. J’ai une remarque et une question.
    remarque.
    les options puts permettent de se prémunir contre les
    baisses en deça du prix déterminé.
    Question.
    Qui peut bien m’expliquer le cheminement précis des flux
    financiers des recettes pétroliéres dans le moindre des
    détails.

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...