navigation

L’énorme scandale BRC ! 1 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , trackback

 La société mixte algéro-américaine protégée par Chekib Khelil était un nid d’espions et une pompe à fric                        

  • Plus de 187 milliards de dinars envolés dans les surfacturation et les transactions douteuses couvertes par de hauts responsables civils et militaires 

  • Ces pillages se sont faits avec des complicités au sein de  ministère de la Défense nationale et de la compagnie Sonatrach 

  • Des officiers de l’ANP sont en outre impliqués dans des opérations d’espionnage au bénéfice des Etats-Unis

  • Le doyen des juges d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Rais a entendu 45 personnes mêlées à l’affaire Brown & Root Condor

Plus de 18 000 milliards de centimes (2 milliards de dollars) envolés et des documents militaires qui étaient vendues à la CIA ! Voilà à quoi servait la compagnie « Brown & Root Condor » dirigée par un proche de Chekib Khelil et couverte par des militaires et par le clan présidentiel. Le directeur en question, Ould Kaddour, est en prison, mais comment est né ce scandale ? La justice a enquêté depuis un an. Des sources judiciaires bien informées ont indiqué à El Khabar que le doyen des juges d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Rais a achevé les auditions de toutes les personnes concernées par l’enquête sur l’affaire de la compagnie « Brown & Root Condor », qui était chargée de la réalisation de plusieurs projets pour le compte du ministère de la Défense nationale et de la compagnie Sonatrach.
Plusieurs personnes suspectées d’être en relation directe avec des dépassements survenus dans cette compagnie, qui feront peut être l’objet de poursuites judiciaires, seront convoquées.
Ces sources ont indiqué que près de 45 personnes ont été entendues, dans le cadre de l’enquête entreprise par le tribunal de Bir Mourad Rais sur les violations et la surfacturation dans les transactions de cette compagnie avec les ministères de l’Energie et des Mines et de la Défense, la valeur de ces transactions a atteint  5700 milliards de centimes avec le ministère de l’Energie et 13000 milliards de centimes avec le ministère de la Défense.
L’enquête sur cette affaire a été entourée d’une grande confidentialité, le doyen des juges d’instruction du tribunal de Bir Mourad Rais a auditionné, en personne, les personnes concernées par l’affaire, sans présence d’un greffier souvent, et ce afin d’éviter que des renseignements filtrent, les policiers se chargeaient de remettre les convocations aux personnes sans passer par le service du tribunal.
Aucune mesure n’a été prise à l’encontre de ces personnes qui ont été entendues en temps que témoins dans cette affaire, des accusations peuvent être portées à certaines d’entre eux après leur audition la seconde fois pour compléter l’enquête sur cette affaire, qui va se poursuivre les prochains jours.
Cela coïncide avec une autre affaire dans le même dossier qui est l’accusation portée par la justice militaire à Abdelmoumen Ould Kadour, ancien directeur général de la BRC, et d’autres haut responsables de l’Etat, dont des officiers dans l’armée et un nombre de civil notamment un directeur de compagnie d’assurances privée située à Hydra. L’accusation en question est «espionnage pour le compte d’un pays étranger et atteinte à la sécurité de la Nation ». 
Ces sources ont révélé que l’enquête sur la BRC a connu plusieurs développements « dangereux », après que les services de sécurité spécialisés aient découverts qu’un officier militaire était derrière le vol et la fuite de documents ultra confidentiels de la direction des renseignements militaires, la même personne aurait présentée cela à Ould Kadour à travers un propriétaire d’une compagnie d’assurances qui a bénéficié de contrats d’assurances dans les différentes transactions de la BRC.
Nos sources ont précisé que les documents en question comportent des renseignements indiquant que les autorités américaines connaissent tout ce qui se passe en matière d’installation et d’assemblage de différents équipements techniques modernes et secrets effectués par la compagnie, ce qui signifie, selon nos sources, que la compagnie mixte et ses responsables étaient des espions des autorités américaines en fournissant des renseignements classés confidentiels.

Commentaires»

1 2 3 4
  1. Zid ya BouZid,

    Ya si Benchicou, j’ai déjà le moral au plus bas… Bientôt il n’y aura plus assez de gendarmes pour arrêtre tous ces voleurs.

    On était au bord du précipisse et on arrète pas de faire des pas en avant…. El bir n’a pas de fond chez nous.

  2. Voila un scoop bien plus allechant que celui de Khalifa. D’ailleurs est ce pour cette raison qu’on parle un peu plus de Khalifa ces jours ci? De toutes les facons, cette histoire d’espionnage ne fait plus tache d’huile dans un pays qui a ete trahi et qui est trahi au quotidien par ces hyenes sans foi ni loi. On sait bien que l’attentat pseudo-terroriste contre un bus de cette dite compagnie cachait quelque chose de tres louche. On n’a pas ete habitues a voir des attentats terroristes a la porte du club des pins. Generalement les attentats surviennent magiquement contre le pauvre petit peuple.

    Quand tout est dit et indirectement devoile, quel sera le resultat? aucun pour le peuple. Rendre public ces coups d’escroquerie est un autre affront qu’on jette au petit peuple, facon de lui dire regarde ce que je te fais et tu ne peux meme pas dire « aie!! ».

    Entre temps, le desert avance et dans tres peu d’annees, il n’y aura pas que la patate en manque.

  3. Bouteflika a procédé à la dissolution de BRC sans qu’il y ait une queconque enquete sans doute pour tenter d’etouffer l’affaire avant qu’elle n’eclate au grand jour.
    Outre l’affaire d’espionnage les dilapidations qui y ont été opérées sont énormes : un salon 3 pieces payé 64 000 euros !!! et ce n’est qu’un petit exemple.
    Tout le monde sait que BRC est une affaire qui dependait directement de la présidence ;Bouteflika et son ministre americain Chakib doivent repondre devant la justice pour detournement de somme faramineuses et d’intelligence avec une puissance etrangére.

  4. Des affaires de ce genre il en existe depuis l’independance,des hauts gradés en complicité avec des gouvernement mis en place par ces derniers ont toujours agis en toute impunité pour leur interêt personnel en s’en mettant plein les poches sur le dos du pauvre peuple,maintenant ces scandales eclatent au grand jour,la question qu’il faut se poser est:est ce que c’est connu de tous parcequ’une justice Algerienne se reveille?des reglement de compte parcequ’ils ne beneficient plus de l’immunité?la mafia est elle en desintegration?.Restons optimiste,une justice Algerienne est peut etre entrain de naitre et elle sera au dessus de tous.Reste plus qu’à esperer qu’on aura pas droit à des procès genre khalifa,une mascarade maquillée ou les principaux responsables restent à leur poste pendant que les petits executeurs,genre caissiers balayeurs se retrouvent en prison…Faut arrêter de prendre tout un peuple pour des c…

  5. comme si les américains ont besoin d’espionner un peuple qui leur achète tout et qui gère ses ressources.
    ca démontre seulement le degré de prédation atteint par notre pays depuis l’arrivée au pouvoir de ce clan insatiable.

  6. Que reste il aux Algériens dont l’honnêteté et la dignité sont déjà des valeurs mal côtés partout dans le monde par la faute de nos gouvernants qui sont à l’origine de l’image de marque ternie de notre chère ALGERIE.
    Ces démons du pouvoir ou ces charognards veulent dilapider tous les biens de l’Algérie.
    Quelles sont les mesures prises par les services de la Présidence sinon qu’ils observent le silence le plus totale qu’aucun contre pouvoir ne peut contredire.
    Au contraire, ils veulent brouiller les Algériens par les discours politiques triomphalistes et des statistiques officielles
    rassurantes . c’est leur mode opératoire ,pendant qu’ils montent des affaires similaire à BRC.

    PAUVRES DE NOUS

    Je termine en évoquant un dicton de MIRABEAU:
    LE SILENCE D’UN PEUPLE ET LA LECON DES ROIS !!!!

  7. A partir du moment où le pays est dirigé pas des « coopérants techniques » bi-nationaux dont les plus gros intérêts ne coincident pas et ne coincideront jamais avec ceux du pays et de son peuple, pourquoi s’offusquer d’un tel scandale?
    Eux,leurs familles et leurs affaires sont « là-bas » comme on dit « ici », reste au peuple à subir le « taqachouf » comme ils disent, ainsi que les privations et la misère.

  8. comment se fait_il avec temps de scandales financier reveles par la presse en incriminant les hautes autorites de l’etat notamment le MDN les choses restes tel quelles sans jamais changes les concernes restes impunis. une autre remarque; comment se fait t_il que ali benhadj temoigne sur smain lamari d’une maniere a vous donner des frissons toute votre vie sans que les choses ne change jamais.
    j’ai comme l’impresiion que j’asiste a un feuilleton d’un film interminable de science fiction

  9. Au doyen des juges d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Rais ainsi que tout les magistrats en charge de ce dossier d’assumer leur responsabilités

    En acceptant les conséquences

  10. Personnellement, je perçois positivement le traitement judiciaire de cette grave affaire.

    Je connecte d’ailleurs ce dossier à tous les autres scandales qui ont ébranlé la scène économique et financière ces cinq dernières années.

    Les interdépendances, en la matière, sont stratégiques; elles sont liées à un processus sous-tendu par des enjeux de toutes sortes (enjeux de pouvoir, d’argent, internationaux…).

    Je crois qu’il y a une volonté politique d’assainir les rouages de l’économie et que cette volonté est portée, à tous les niveaux, par des cadres compétents et courageux.

    Il est temps que nous commençions à faire l’effort de procéder aux décantations nécessaires dans notre appréciation de la situation qui prévaut dans notre pays.

    Chaque procédure judiciaire impulsée ou engagée constitue pour moi la preuve que quelque chose de fondamental est en train de bouger dans le management des institutions.

    Je ne regarde pas cela de façon extatique ou naive mais je prends ce qui se présente comme un ensemble d’éléments qui permettent de mieux évaluer ce qui se passe dans tel ou tel secteur.

    L’Etat de droit, c’est donc aussi des procédures judiciaires, des enquêtes, des procés…

    Je crois aussi que ce processus a une forte portée dissuasive à l’encontre de tous ceux qui seraient tentés par le diable.

    Quant à ceux qui ont détourné des fonds mais qui ne sont toujours pas tombés sous les fourches caudines de la brigade économique ou de l’appareil judiciaire, je suis absolument sûr qu’ils sont en train de faire dans leur froc…

    Redouane Mustapha, ancien employé de banque

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...