navigation

Attentat de Batna : ce qu’a dit Bouteflika 7 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Non classé , trackback

[Aps 7/9/07]  Batna – Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a réaffirmé, jeudi soir, l’attachement de l’Algérie à la réconciliation nationale comme voie incontournable soulignant que les actes terroristes servent désormais des intérêts étrangers. « Je voudrais dire au peuple algérien et à l’étranger que nous avons opté pour la voie de la réconciliation nationale et de la concorde civile comme voie stratégique dont nous ne nous détournerons jamais », a affirmé le Président de la République dans une déclaration suite à l’attentat perpétré à Batna et qui a fait 19 morts et 107 blessés.
« Nous avons longuement réfléchi avant de revenir au pouvoir et nous avons longuement médité l’exercice du pouvoir, notre conclusion a été qu’il n’y avait d’autre solution que celle que nous avions adoptée et que le peuple, dans sa majorité, a plébiscitée lors des referendums sur la concorde civile et sur la réconciliation nationale » a rappelé le Président de la République.

 » Je ne renoncerais, l’espace d’une seconde, au projet politique que vous connaissez car c’est le peuple qui a voté cette politique bien définie et qui n’exclut aucun algérien où qu’il se trouve », a insisté le Président de la République.

Et d’ajouter que ce projet politique repose sur la « réconciliation avant tout » et la sécurité et la paix pour tous les Algériens.

Aux extrémistes de part et d’autre, le président de la République dira qu’ils « n’ont d’autre choix que celui de la réconciliation, de la fraternité et de l’unité des rangs pour l’intérêt du peuple algérien et pour l’Algérie ».

« L’Algérie a connu une période d’isolement de plus de dix ans duquel nous n’en serions jamais sortis n’était-ce la détermination des Algériens et des Algériennes », a souligné le Président Bouteflika.

« Nous avons tracé, avec ces mêmes Algériens et Algériennes, les grandes lignes d’une politique claire dont vous connaissez les détails, partant de l’idée que le développement, l’investissement et le progrès ne sauraient avoir lieu en l’absence de la sécurité », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a affirmé que « Nous traitons des questions politiques sur la base de la fraternité, du dialogue et de la solidarité entre toutes les parties et en veillant à dissiper tout amalgame ». « Nous oeuvrions, en même temps, à présenter tous les programmes afin de prouver aux Algériens que l’Algérie n’est pas improductive et ne le sera jamais », a-t-il souligné.

L’Algérie, a ajouté M. Bouteflika, « est un pays productif même lorsqu’il fait face à d’épineux problèmes, il a de tout temps su inscrire en lettres d’or les hauts faits de son Histoire ».

« C’est mon pays, c’est le votre, c’est mon Algérie et la votre », a souligné le Président de la République avant d’ajouter « Nous appartenons à une génération dont une grande partie serait absente de cette réunion si Dieu l’eut voulu.

Nous appartenons à la génération qui s’est sacrifiée pour que vive l’Algérie et nous nous devons de rendre grâce à Dieu pour chaque jour vécu après « indépendance ».

« Que tout un chacun sache que nous ne sommes pas venus pour nous jouer des sentiments des citoyens et encore moins pour faire la promotion d’idées superflues étrangères à une religion dont les extrémistes s’appliquent à faire émerger des jeunes encore plus extrémistes voire, malheureusement, des apostats », souligne encore M. Bouteflika.

Le Président de la République, a ensuite abordé le retour à la paix civile, indiquant que « nous avons redonné espoir aux femmes et aux enfants.

Voyez-les, ils ornent les meetings, les stades, les centres de culture, les écoles, les lycées et les universités », a conclu le Chef de l’Etat.

Le président de la République a affirmé que « nous avons essayé de rattraper le retard accumulé pendant et après le terrorisme. Je crois que nous y sommes parvenus et aucune personne sensée, ni en Algérie ni ailleurs ne saurait le nier. Nous avons bien réussi et tout l’honneur est pour nous de nous prévaloir d’avoir été ensemble pour recouvrer l’indépendance de l’Algérie et ensemble lorsque nous lui avons ré insufflé ce désir de vie et cette volonté de construction et de développement dans la dignité et la fierté en tant que membre influent de la communauté internationale et dont les droits sont connus de tous ».

« Cette visite visait surtout à relever les défis de politiques diverses qui ont accusé des retards depuis 1968 à l’exemple du projet de réalisation du barrage de Beni Haroun qui a été lancé en 1968. Des années sont passées et il n’y a eu guère de barrage », a rappelé le Président de la République.

« Nous sommes venus avec cette détermination de rattraper le temps perdu depuis les années 70 et 80, nous avons relancé les chantiers qui étaient à l’arrêt et parachevé ceux qui devaient l’être.Nous avons également jugé nécessaire de reconstruire ce que le terrorisme et ses tenants inqualifiables ont détruits et nous avons apporté des idées nouvelles. Je crois que vous attestez comme moi que le pays a repris espoir et confiance et qu’il a également repris la place qui est sienne parmi les nations », a affirmé M. Bouteflika.

 » Nous avons en effet su relever le défi de réalisation du barrage Beni Haroun pour montrer une fois encore que nous sommes capables de surmonter tous les problèmes. Il y avait certes des problèmes techniques, politiques sécuritaires, financiers et tant d’autres contraintes mais nous les avons surmontés et voila que le barrage de Beni Haroun alimente aujourd’hui 7 wilayas en eau potable », a dit le président de la République.

Et d’ajouter  » nous sommes venus non point mus par la haine ni la rancoeur mais porteurs d’un message de paix et de sérénité comme le veut cette symbolique de l’eau, source de vie et de vitalité et comme pour Beni Haroun, nous avons su relever d’autres défis avec d’autres projets en voie de réalisation tels la rocade est-ouest et la réalisation prochaine du projet grandiose d’adduction d’eau entre In Salah et Tamanrasset et d’autres encore dans les domaine de l’eau, l’éducation et l’enseignement.

A ce propos le Chef de l’Etat dira « on me disait dans le gouvernement qu’en 2008 notre université compterait 800 mille étudiants et je tablais sur un million. En 2007 déjà nous comptons 1 million d’étudiants grâce aux divers chantiers lancés dans cet optique ».

« Toute politique peut grâce des succès tout comme elle peut enregistrer des échecs mais nous sommes de cette génération qui ne se laisse point décourager par l’échec ni aveugler par l’éclat de la réussite.

« Nous voilà confrontés à une nouvelle épreuve mais avec l’aide de Dieu nous en sortirons vainqueurs comme pour les précédentes » a souligné le président de la République affirmant : »Nous triompherons, grâce à Dieu et à la détermination du peuple algérien, de tous ceux qui tentent de porter atteinte à la dignité et à la religion du peuple algérien ».

Le président Bouteflika s’est dit indigné de la manière dont a été perpétré l’attentat. Pour le Chef de l’Etat, »s’infiltrer dans un meeting populaire et tuer des innocents relève de la plus grande ignorance ».

Et d’ajouter « Ces actes profitent à des intérêts étrangers, des capitales étrangères et des dirigeants étrangers. De tels actes constituent pour nous une violation de la souveraineté algérienne ».

« Nous sommes mobilisés, aujourd’hui plus que jamais, contre ce fléau transfrontalier, « , a affirmé le président Bouteflika soulignant la nécessité « d’éviter certaines attitudes qui pourraient porter à croire que nous avons baissé les armes de la dignité et de la fierté, des armes qui renforcent notre foi en l’Algérie ».

« Nous sommes restés engagés envers l’Algérie en toutes circonstances », a tenu à rappeler le Chef de l’Etat.

« Vous êtes appelés, mes frères et soeurs, à nous aider ou à aider la génération montante qui, peut être ne connaît pas la grandeur de l’Algérie qui a toujours su surmonter les épreuves, à combattre ceux qui ont perpétré les actes les plus ignobles contre leur pays et leur peuple », a conclu le Chef de l’Etat.

 

Commentaires»

1 2
  1. Ces malades qui nous gouvernent. S’ilm ne sont pas atteints physiquement ils le sont dans la tete .. Nous ne sommes pas les seuls avec nous il y a les cubains, les lybiens et qui sait beaucoup d’autres …pourquoi ça Bon Dieu

  2. Rien ne sert d’essayer de vous justifez pour nous dire que les autres n’a rien fait depuis les années 70 et 80 et que le seul a avoir accompli le developpement du pays.mais vous semblez hélas oublier les points négatifs de votre politique suicidaire à l’égard du peuple.

    Ce n’est pas les chantiers que nous demandons en premier lieu mais un changement radical d’orientation politique.Autrement dit ,un systéme politique ou la corruption ne puisse plus être une pratique quotidienne légalisée mais plutot bannie.
    Votre gouvernance est à cela catastrophique.

    il ne suffit pas d’avoir les caisses pleines pour croire à la réalisation d’un miracle.Faudrait-il encore avoir la capacité à déterminer les causes et avoir la volonté d’éradiquer la source du mal.
    Telle n’est pas votre mission nous vous le reconnaissons.

    Mais il est vrai votre venue au commande n’est là que pour couvrir les barons du systéme avec leurs intérêts et coquiner avec les islamistes pour faire perdurer.Etre en somme une caution prête à l’union même avec les diables.
    Cette vérité vous refusez de la voir et de la dire car ele ne ressemble pas.

    Aprés tous vos chants de siréne,vous pouvez danser au son de la zorna,y a si boutef l’imposteur.

    je compatis avec la famille des martyres et je leur dis ,courage!!

  3. La seule question que je me suis posé apres avoir eu l’info de l’attentat et le nombre de victimes etait « que faisait là cette foule un jeudi à cette heure de la journée amasseé au abord de la chaussée »;et svp j’ai pas besoin de leçon de morale du genre,une victime est une victime,un crime est un crime, patati patata….bah d’apres les infos tjrs ils etaient là à attendre l pour « un baise main » un « djaich chaib maak ya chicour » un « ouhda talitha » certains lui chanteront talaa al badrou alayna,d’autres hestériques le ventre creux essayeront des yahya bouteflika…G PLUS DE LARMES G TOUT VERSE SUR LES VICTIMES ALGERIENNES ,CELLES QUI N’AIMENT PAS le culte de la personnalite,mais celui d’un projet democratique et republicain

  4. en tout cas , ça n’est certainement pas moi qui te ferais une leçon de morale; je suis de ton avis; ils faisaient la quoi ?? , je sais , ils voulaient voir leur maitre, leur prophéte, eh bien ils sont morts pour lui , et lui s’en fiche totalement contrairement à la propagande de l’unique, comme je dis a chaque fois. ….le pire dans tout ça c’est qu’ils sont morts pour rien , car leur sang encore frais , leur prophéte , persiste et signe qu’il va pardonner à leur assassin aussitôt qu’il reviendra se constituer prisonnier .

  5. quelle est la corrélation entre attentat de batna et les évènements suivants :
    – le grand moyen orient
    – les réserves en hydrocabures
    – l opep du gaz ( algérie russie )
    – les contrats d armemements avec la russie
    – la percée de la chine en algérie et sur le continent
    – les réserves de change de 100 milliards de dollars qui
    suscite des convoitises assez sympathiques des partenaires
    de l algérie et de leurs services spéciaux , et les notres
    aussi
    quelle serait la politique algérienne dans le monde si les commanditaires de cet attentat avaient réussi ?
    ces commanditaires s arreteraient ils là ?
    j en doute

  6. éventuellement d autres critères :
    – j ajouterai aussi le refus d alger d avoir des bases militaires
    sur son territoire .
    – accessoirement l annulation du contrat de sonatrach avec les
    firmes espagnoles et la non signature pour le moment de contrat
    entre sonatrach et gaz de france

  7. Vous avez effectivement réussi Monsieur Boutef, réussi à accélérer l’hémorragie des dignes enfants de ce noble pays. À plus de 70 $ le baril de pétrole de malheur, durant tout ce temps, rien n’a bougé sauf le prix de la patate. Vous n’avez pas mesuré l’ampleur du dégat avant de prendre du service en 1999, au contraire vous avez été un alibi de choix. Pauvre Destin….

  8. Analpha-bête,ne prend pas au premier degré ce que disent les politicards.Il n’y a ni la main de l’etranger ni Amar Bouzouar,ce sont des Algériens comme toi et moi avec qui le président Bouteflika négocie bien-sûr avec ton argent et mon argent,pour qu’ils déposent les haches et les couteaux parceque vois-tu,la dilapidation de ton pays qui est le mien bien-sûr,il faut qu’elle se fera en douce au détriment de toi et moi donc le refrain de la main de l’etranger est vieux comme le monde les etrangés s’en foutent royalement de nous ils ont d’autres chats a fouétter ya si analpha-bête a bon entendeur salut.

  9. effectivement ils s en foutent royalement de nous , j en suis convaincu , mais pas des hydrocarbures , des richesses naturelles et des 100 milliards de réserve de change !
    sportivement

  10. Les capitales etrangeres qui planifient les tueries, la violence,les massacres et le terrorisme islamiste sont:
    -Ryadh,capitale de l Arabie Seoudite,pays planificateur de l islamisme avec l argent et les preches dans les mosquees,
    -Teheran,capitale de la republique Islamique de l Iran.Depuis l avenement de Khomeini,le monde est devenu l otage de terroristes sanguinaires qui veut imposer sa « revolution decadende » a l ensemble de la communaute internationale.
    Bouteflika et sa clique doivent non seulement reflechir avant de tendre la main a ces dirigeants criminels mais penser a prendre des decisions diplomatiques fermes pour geler les relations bilaterales et rapeler nos ambassadeurs.

1 2

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...