navigation

Al-Qaida ? Revenons à Abane Ramdane 14 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Nos lecteurs analysent l'actualité , trackback

Cher M. ElMenfi

Volontiers, je vais tenter de vous donner un bref aperçu sur ma conception de l’idéologie dominante. Pour ce faire, vous allez m’accompagner pour faire, ensemble, un rapide voyage dans le temps. En 1949, une crise éclate au sein du PPA. Cette crise a été nommée « crise berbériste ». En fait c’était un courant de pensée, né par opposition à l’arabisme que prônaient, à l’époque, Messali et consort. Les arabes venaient de subir une défaite, à plate couture, devant la petite armée israélienne fraîchement constituée. Dans son livre « les origines du 1er novembre », Benkhedda explique que les « berbéristes » ont fustigé cette humiliante défaite en disant qu’ils n’étaient pas des arabes et qu’ils ne se sentaient nullement concernés. Donc à l’époque déjà, il y avait une « scission » qui ne disait pas son nom. Il y avait ceux qui prônaient l’arabisme et ceux qui voulaient s’en prémunir, c’est-à-dire les « berbéristes ». Surviennent l’éclatement de l’O.S. et la dispersion des cadres du P.P.A. Aït Ahmed, que Ben Khedda accuse d’être du clan (berbériste), pour ne pas dire le cerveau, est envoyé (plutôt éloigné) au Caire, soit disant pour ne pas se faire arrêter. Avec le recul, on peut se demander s’il ne s’agissait pas d’un scénario pour que le courant de pensée berbériste n’ait aucun lendemain. C’est ainsi que la « scission » qui couvait avait été étouffée De mon point de vue, l’arabisme venait de prendre le dessus. Enfin bref.

Plus loin, Ben Khedda raconte dans son livre qu’Aït Ahmed, accusé de trahison, l’avait sollicité pour témoigner en sa faveur devant la cour de sûreté de l’Etat. Ben Khedda, dit être parti volontiers apporter son témoignage qu’Aït Ahmed n’était pas un traître. Mais Ben Khedda n’a pas pu taire ses motivations profondes quant à ce témoignage. Ecoutons ce qu’il dit (à quelque chose près) dans le même livre : « « Si j’ai témoigné pour Aït Ahmed, c’est uniquement pour éviter qu’il devienne un martyr berbère » ». Sans commentaire.

En 1958, Abane a été assassiné. La dépêche de Kabylie, au début de sa création, a bien voulu lui consacrer une grande partie. D’après des témoignes des personnes encore en vie (à l’époque du moins), l’Egypte et l’Arabie Séoudite étaient complices de son assassinat. C’était de bonne guerre. Il fallait éliminer tous ceux qui pouvaient remettre en cause l’arabité de l’Algérie. Ayant lu ses écrits après le Congrès de la Soummam, je suis arrivé à la conclusion que l’Algérie a cessé de produire des êtres de son genre. Abane représentait donc une grande menace pour « l’arabisme » qui est, en fait, toute une philosophie. En le tuant, le cours de l’histoire a été modifié. En le tuant, ils n’ont pas tué une personne mais ils ont tué la modernité, ils ont tué la démocratie, bref, ils ont tué toute une « philosophie » de la vie.

Passons sur les circonstances troublantes de la mort d’Amirouche qui, selon un ancien de l’A.L.N. aurait pu être secouru.

Pendant que les têtes pensantes se faisaient éliminer et pendant que d’autres réfléchissaient aux moyens d’abréger les souffrances du peuple, certains se préparaient déjà à prendre le pouvoir. Nous sommes seulement en 1958 ! Ben Bella, qui n’a jamais rien fait ni rien dit de bon, a fustigé à partir de sa cellule, le congrès de la Soummam. Bien plus tard, il n’a pas hésité à tenter d’assassiner une deuxième fois Abane (car la 1ère fois il était en prison). Un autre personnage qu’il n’est pas utile de nommer, a toute honte bue, ses toutes dernières années, fait de même. Ce dernier est issu de la tribu des Kutama, responsable de la venue en Berbérie des fatimides et par extension de l’invasion des banou Hillal (voir l’histoire des Berbères d’Ibn Khaldoun). Soit dit en passant.

Nous constatons que, Abane, bien que mort, est un homme à abattre.

Poursuivons :

En 1962, l’indépendance venue, nous savons qui a pris le pouvoir. Des gens qui n’ont pas su ce qu’est la révolution. Toute l’élite révolutionnaire a été éliminée. L’arabisme, devenu l’arabo-islamique, accommodé à la sauce socialiste, voire communiste, s’est mis sur le trône. Les vrais héros (ou ce qu’il en reste): Ferhat Abbès, Boudiaf, Khider, Aït Ahmed, Krim, étaient soit éliminés, soit assignés à résidence, soit exilés.

Il va sans dire que pour rester sur le trône, il faut instrumentaliser la religion. Il faut décrier l’occident, il faut utiliser à fond l’affaire palestinienne, il faut exhiber sans cesse le spectre du colonialisme et de l’impérialisme. Il faut instaurer une pensée unique et éliminer tous les opposants. Il faut bourrer les crânes en les amenant à croire que le changement est impossible ! Il faut arabiser l’administration, l’école, les esprits, pour créer un décalage entre les anciens et les nouveaux (ce qui est chose faite). Il faut supprimer le week-end universel. Et puis, il faut dire que l’arabisation ne veut pas dire « enseigner l’arabe comme langue de communication ». L’arabisation, c’est toute une civilisation.

Mais pour être viable, la « superstructure » a besoin de richesses !. La distribution de la rente étant une condition « sine qua non » de sa viabilité.

Enfin, c’est dans ces conditions que le mouvement des illuminés a fait son apparition.

En arrêtant là, je ne pense pas vous voir laissés sur votre faim, car les résultats sont là. Nous les vivons tous les jours. Nous les subissons et nous continuerons de les subir tant que nous n’aurons pas pris conscience que l’avenir de nos petits enfants en dépend.

Brahami

Commentaires»

  1. Cher Braham,

    Abane a été assasiné par ses frères : Krim, Boussouf, Ouamrane et Mahmoud Cherif. L’Egypte et l’Arabie Séoudité n’ont aucune responsabilité dans sa mort.
    Oui, Ben Bella a absous les assasins de Abane.
    L’Arabie séoudite n’a eu aucune influence sur le FLN contrairement à l’Egypte de Nasser. Dont acte

  2. Cher Braham,

    Il n’ y a pas eu « l’éclatement de l’O.S. et la dispersion des cadres du P.P.A. » mais dissolution de l’OS par le MTLD à la suite non de la « crise berbéristeé mais de l’ »Affaire de Tebessa ».
    Ce sont les dirigeants de l’OS qui furent « dispersés » et non les cadres du MTLD (et non PPA). Mais c’était le PPA/MTLD.

  3. Générations sacrifiées … bism el ourouba oua thoumma bismilah …

  4. Cher Brahami, ton article résume parfaitement tant d’années d’opportunisme de certains et qui nous gouvernement jusqu’à aujourd’hui.
    Said
    http://eldzayer.unblog.fr/

  5. cher brahami
    tu résume parfaitement le désastre que vis le pays depuis 49 jusqu’à nos jours , ce que je retiens surtout c’est quand tu dis que l’arabisation n’est pas tellement le moyen de communication, mais plutôt , et surtout, dans les esprits, les mœurs, les réflexes, la pensée, le raisonnement, etc… ceci porte un nom : LE DERAcINEMENT culturel et identitaire dans toute son ignominie, c’est le pire qu’un peuple puisse subir, l’Algérie vit précisément cela et tant que cette situation perdurera, les choses ne feront qu’empirer, un jour un grand homme ( abdelkader RAHMANI) m’a dit, un arbre déraciné finit tjr par tomber et mourir, et bien tel est notre destinée si nous ne faisons rien pour retrouver nos racines et enfin comme l’a si bien dit notre regretté Maatoub Lounes : « malheur aux peuples qui perdent leur racines et origines, ceux-la sont appelé à disparaitre »

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...