navigation

Seconde partie du Forum Le Matin : Ferhat Mehenni répond à vos questions 17 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Non classé , trackback

ferhat20mars20061.bmp 

« Azul à Ferhat ! Si la Kabylie est autonome serons nous toujours Algériens ? »

Khenat : M.Mhenni, il est temps que vous compreniez qu’en dehors de notre cohésion, il n’y aura pas de salut. L’Algérie sans la Kabylie c’est rien, et la Kabylie  sans l’Algérie c’est deux fois rien, alors si vous persistez,  vous nous mènerez à la partition voulue par de nombreux ennemis  tapis dans l’ombre.
Sachez que nous sommes nombreux à vouloir une gouvernance régionale dans un cadre algérien voila ce qu’ il faudrait défendre et obtenir pour toute l’Algérie.
Le Nord-Constantinois qui a payé de lourds sacrifices à la décolonisation comme la  Kabylie d’ailleurs se débat dans un sous développement moyen-âgeux et vous persistez à dire que la  Kabylie est la seule à ne pas profiter de l’independance : c ‘est faux ! il y a pire.
Donc fédérer ces forces ce serait plus logique et vous serez plus fort et plus crédible. Ne les laissez pas vous enfermer dans un sectarisme étroit. Fédérez ces forces et même si ce sont vos idées,  si elles sont  partagées, ayez l’humilité de ne plus les réclamer exclusivement pour vous  mais de les offrir à la communauté et de les défendre au nom de la communauté. Vous verrez que nous pourront aller plus vite et mieux pour l’intérêt de notre chère patrie inondée par le sang de tous les Algériens sans exclusive.
Krim, Abane et Amirouche ont fait de l’indépendance de l’ALGERIE leur credo. Imaginez qu’ils se soient cantonnés à la  Kabylie ? Leurs rôle de catalyseur est indéniable, mais la réaction est produite ailleurs. Pour atteindre leurs objectifs, Il faudra méditer cela, la clef de la victoire démocratique est là. La kabylie est un catalyseur et doit le rester. Questionnez les chimistes, ils vous diront que le catalyseur est tributaire de son environnement. C’est une loi de la nature que vous devez méditer. Bonne chance.

Ferhat : 1) Je suis heureux d’apprendre que nous sommes nombreux à vouloir une gouvernance régionale dans un cadre algérien. C’est, me semble-t-il, ce que revendique l’autonomie de la Kabylie. Donc le MAK et sa démarche sont tout à fait légitimes. Il aura été celui qui en a révélé l’aspiration. Le fait de militer pour la Kabylie n’est pas du sectarisme. C’est le combat à portée de nos moyens. Se battre pour toute l’Algérie suppose : a) des niveaux de revendication équivalents entre toutes les régions du pays, ce qui n’est pas le cas, b) des relais que ni vous ni le MAK ne possèdent

2) La Kabylie ne peut-être comparée au reste du pays en ce sens que de par sa cohésion et ses aspirations, elle est davantage en dissidence politique avec le pouvoir algérien depuis notre indépendance que les autres régions. Vous n’avez qu’à compter le nombre de révoltes, de prisonniers politiques et de morts pour des raisons démocratiques dans notre pays de 1962 à ce jour.

3) Même si l’idée d’une autonomie régionale pour la Kabylie n’appartient à personne, je tiens à en saluer les précurseurs autour du professeur Salem Chaker et du Dr. Malika Baraka. Il se trouve juste qu’historiquement le MAK est la première formation politique à en avoir officiellement formulé la revendication. Que d’autres s’en réclament maintenant, ne peut que nous réjouir.

4) Merci pour tous les conseils que vous me prodiguez. Il me semble que je ne m’écarte pas de ce qu’ils énoncent. Quant au fait d’invoquer Krim, Abane et Amirouche, je dois vous dire que nous n’en sommes que le prolongement historique naturel. Pour autant, ne confondez ni les époques ni les adversaires. L’Algérie d’aujourd’hui n’est ni celle qu’ils voulaient changer, ni celle dont ils avaient rêvé l’époque.

Kader : Azul à Ferhat ! de tous les partis politiques actuels aucun n’est crédible : j’ai voulu voter pour vous mais je ne l’ai pas fait ! J’ai pensé à mon grand-père qui est mort pour l’Algérie libre.
Ma question est : si la Kabylie est autonome serons nous toujours Algériens ? Aurons- nous accès aux rentes du gaz et pétrole ?
Il faudrait que vous expliquiez exactement quelle est votre conception sur cette autonomie ! Merci beaucoup. Le sang coule à flot dans nos montagnes pour combattre des idéaux sans que le restant du pays ne bouge ! Jusqu’à quand… ?

Ferhat : Kader, je ne me suis pas présenté aux élections pour que vous refusiez de voter pour moi. J’ai respect pour votre grand père tombé, comme mon père, au champ d’honneur. Leur combat contre le colonialisme était noble, le nôtre pour notre autonomie ne l’est pas moins. Celle-ci n’est pas l’indépendance et elle garantit aux Kabyles autant la citoyenneté algérienne que leur quote-part de la rente pétrolière, ce dont elle ne bénéficie pas réellement de nos jours. Je vous invite à aller sur le site du MAK www.makabylie.infopour prendre connaissance du Projet d’Autonomie de la Kabylie, ainsi que de la Charte des Droits du peuple Kabyle et de la Kabylie. Cela vous aidera à vous faire votre propre idée sur notre conception de l’autonomie.

Redbal : Bonjour M. Mehenni. Le régime pétro-autoritaire et despotique qui gouverne lamentablement l’Algérie depuis l’indépendance (il nous l’a confisquée d’ailleurs) vous accuse de séparatiste (fond de commerce) pour vous acculer dans votre lutte politique (idéal démocratique). Quels sont vos objectifs politiques et pourquoi ce silence de votre part ? L’Algérie a besoin de tous ses enfants pour ce combat sacré qu’est la démocratie

Ferhat : Je cherche à convaincre la société et non le pouvoir algérien. Si celui-ci était sûr que j’étais un séparatiste il aurait déjà sévi par la loi. Parce que l’autonomie est en mesure d’amener de la transparence dans la gestion de la rente pétrolière à travers des gouvernements régionaux qui réclameront chacun sa part, parce qu’elle induit plus de liberté et de démocratie pour tous et dans l’ensemble des domaines, le pouvoir algérien riposte en faisant toujours un amalgame entre autonomie et séparatisme. En tant qu’adversaire, il est dans son rôle.

DAM : Ferhat, je connais ton engagement et tes convictions, je connais également ton intelligence, alors ne crois-tu pas qu’il serait plus opportun que la démocratie soit une priorité à instaurer à l’échelle nationale pour qu’elle puisse mieux s’asseoir à un niveau régional ? De plus, il me semble plus réaliste de travailler avec un gouvernement central élu démocratiquement.
Je sais que la Kabylie a beaucoup souffert, seule et souvent sans compassion et soutien de la part des autres wilayates, mais c’est le prix à payer par ceux qui ont très tôt raison.
J’en profite pour te renouveler une fois de plus mon amitié .

Ferhat : Merci pour vos compliments. Avant d’arriver à cette revendication d’autonomie de la Kabylie que n’avions-nous consenti de sacrifices pour instaurer une démocratie à l’échelle nationale. Mes 12 arrestations en sont un des témoignages. C’est parce que nous nous heurtons toujours à un mur infranchissable depuis plus de quarante ans que, maintenant, il est nécessaire d’essayer de contourner l’obstacle, d’en finir avec le Rocher de Sisyphe. Dès lors qu’il a été impossible d’asseoir une démocratie nationale pour une meilleure démocratie régionale, retournons les termes de l’équation. Construisons une démocratie régionale pour arriver de proche en proche à asseoir un état de droit. Commettre une erreur est humain, persister dans l’erreur est inconséquent. Le prix à payer par ceux qui ont très tôt raison ne serait-ce pas, entre autres, cette levée de boucliers contre les partisans de l’autonomie de la Kabylie ?

Anzarbel : Le MAK a tenu son congrés constitutif le 14 août 2007.  Est-ce une initiative pour légitimer votre personne en tant que dépositaire du combat autonomiste ou alors une initiative qui ouvrira de nouvelles perspectives pour cette cause ?

Ferhat : Dans l’absolu, ma personne n’a rien à voir dans la tenue de ce congrès. Ma légitimité d’acteur politique ne date ni du MAK ni de son congrès. Je ne veux être le dépositaire d’aucun combat. Je veux contribuer modestement, avec d’autres, mais de toutes mes forces, à mener un combat en toute conviction et honnêteté. Mon souhait le plus cher est de former une relève au plus vite pour que la génération qui a fait le printemps berbère de 1980 quitte la scène, la conscience tranquille. Le congrès du MAK s’est tenu pour stabiliser la structure autant dans ses objectifs, son discours que ses responsables. Il ouvre une nouvelle perspective pour son élargissement à l’ensemble de la société, en faire un mouvement à même de mener à terme sa mission, sans traumatisme et sans violence.

J’ai, tout le long des préparatifs de ce congrès, milité pour un mandat unique du président. On se retrouve au final avec deux mandats de 4 ans chacun. J’ai conscience des appréhensions de nombreux intellectuels et militants de voir se reproduire au MAK le cas des leaders qui restent à vie à la tête de leur parti. Il n’est même pas sûr, dans mon cas, de me représenter pour un 2e mandat.

Faroua : A l’époque vos chansons suffisaient, et nous avions tout compris ; les messages passaient 5 sur 5. Aujourd’hui vous vous êtes englué dans le « muppet show » qu’est la politique ; chez nous redevenez seigneur par vos poèmes engagés et on sera derrière vous.

Ferhat : Toute ma vie, j’ai agi en homme politique tout en étant chanteur. Celui-ci n’a eu le succès qui a été le sien que grâce à l’homme politique qui l’anime. Contrairement à vous, je considère que la politique est noble. C’est grâce à elle que l’humanité ne sombre pas dans la barbarie et le chaos. Les peuples dominés sont ceux qui, à un moment ou un autre de leur histoire, ont manqué de vision, de conscience et d’organisation politiques.

En tout état de cause, vous avez le droit de ne pas écouter l’homme politique que je suis. Continuez d’écouter le chanteur, il arrive dans quelques jours. Son nouveau CD va paraître avant la fin de l’année.

Thanina : Des citoyens des autres régions nous haïssent trop, ils nous confondent même avec les islamistes, donc le MAK va encore attirer des gens qui viendront foutre le trouble chez nous.
Y a t il un projet pour la sécurité des citoyens pour cette région ?
Sinon ça sera une guerre civile mais elle sera programmée par l’armée contre nous !!!

Ferhat :Ne soyons pas paranoïaques. Nous ne sommes pas haïs par tout le monde. Autrement il y a lieu de nous poser de sérieuses questions sur nous-mêmes. Notre isolement politique est une chose et notre sécurité en est une autre. Les islamistes sont, presque partout, chez eux en Algérie à l’exception de la Kabylie où leurs prédicateurs et leurs terroristes viennent, ces dernières années en nombre, avec la bénédiction et les moyens de l’Etat, pour nous gagner à leur cause. Le MAK appelle à un plan de résistance politique de la Kabylie contre les plans échafaudés dans des officines du pouvoir pour tromper notre vigilance. Restons sur nos gardes et avançons main dans la main. La victoire n’est pas loin.

Commentaires»

1 2 3 11
  1. La crise de l’Algérie est une crise nationale et non régionale, toutes les wilayas souffrent de la politique en vigueur et pas seulement la Kabylie.
    Je suis berbère et je parle en tant qu’Algerien musulman et non en tant que berbère, cette « autonomie » n’a pas lieu d’être .

    l’autonomie régionale de la Kabylie menera à vouloir une autonomie totale de la Kabyile, ya pas de fumée sans feu !.

  2. À propos du projet des autonomistes…

    Je respecte l’idéal de M. Farhat Mehenni quant à son projet visant l’autonomie de la Kabylie, celà démontre que le combat de cet homme, dévouée pour la cause berbère, pour les nobles valeurs de liberté, de justice et de démocratie ne s’est jamais estompé. D’ailleurs, à travers ce forum, on ne peut que palper de la sincérité et de l’engagement. Ceci étant, au delà des espérances et des idéaux, il y a aussi des réalités, parfois douloureuses qui nous obligent malheureusement à développer un certain sens de pragmatisme lorsqu’il s’agit d’analyser un fait politique.
    Peut-on considérer, à ce titre, qu’il est profitable et possible d’asseoir un projet d’autonomie pour une province quelconque dans un système opaque n’ayant aucune philosophie d’ouverture et de respect des valeurs les plus fondamentales de la démocratie moderne!? Beaucoup de mes compatriotes s’enthousiasment à l’idée qu’un jour la Kabylie deviendrait autonome dans sa gestion, mais a-t-on penser à la faisabilité? Comment serions-nous capables de faire fonctionner une région pauvre en ressources et en infrastructures avec un pouvoir central corrompu détenant tous les leviers clés de gestion, notamment celui de la finance. Sommes nous culturellement initiés à développer une approche d’un territoire fédéré et autonome? Historiquement et anthropologiquement parlant, la kabylie, en tant que région et ethnie, n’a jamais connu des temps forts de prospérité et de richesse. Faire recours à une belle sémantique pour séduire la fervents défenseurs de la culture berbère fait rêver les sincérités mais peut aussi les chavirer vers le chaos.
    L’urgence aujourd’hui étant de s’investir dans dans un projet unificateur de par lequel on aidera notre pays à s’en sortir. Ça prend une vision politique globale des choses et non pas des solutions techniques.
    L’histoire occulté de mon pays m’a appris que jadis nos grands rois luttaient pour la sauvegarde d’un pays et non d’un petit territoire tribal. De Massinissa à Jugurtha, le combat fut toujours pour le même idéal,se bâtir un empire et non un village.
    Certaines âmes sont désespérées face à la situation dramatique que vit notre pays et trouvent en ce projet la seule voie alternative,un état de fait amère à considérer mais toujours est-il qu’il ne faut pas se tromper; la vraie voie de sortie devrait être celle qui nous conduira vers la démocratisation et la pacification de notre pays, seule option qui pourra réconcilier les « égarés » avec leur vraie histoire, et partant leur identité.

  3. Tout à fait d’accord avec Nazim.

    Unissons nos efforts pour faire jaillir la démocratie,il y a de la déperdition dans l’air…

    Il n’existe pas de peuple kabyle ou de peuple arabe,le seul peuple qui existe est Algérien.

    Je respecte la vision du MAK mais je n ‘y adhère absolument pas, la majorité des démocrates sont kabyles et s’ils pensent tous ainsi c’est tous les démocrates qui vont etre taxé de séparatistes.Je suis désolée mais c’est ainsi que je vois les choses.

    Mr Ferhat, je me sens berbère mais je ne suis pas née en kabylie, je ne parle pas tamazigh et je ne suis pas remonté assez loin dans mon arbre généalogie pour savoir si Kahina etait une cousine éloignée, suis- je kabyle?

    Faut quand même qu’on arrête avec toutes ces histoires de :kabyle,arabe,francophone,arabisation…

    On sait qui nous sommes,il y avait des Berbères puis par dessus des Turcs, des Romains et puis des Arabes tout ça tartiné par la suite d’une culture française un très bon mélange,on est riche de tout ce vécu qui fait de nous ce que nous sommes mais on est UN et UN seul PEUPLE indissociable.

    Si vous vous y mettez aussi et que vous nous la faite à la « corse »,on est pas sorti de l’auberge, on trime avec les islamistes c’est surement pas pour avoir sur le dos un « peuple élu » qui veut son autonomie.

  4. Azul à si Ferhat. Est-il juste de nous éclairer, en tant que kabyles comme vous dejà et en tant qu’Algérien toute tendence confondue sur les motivations réelle d’une telle démarche. Je ne vous le cache pas, sincerement j’ai adheré à l’idée au depart mais je me suis un peu retracté là. Avec tout les coups bas qu’on nous cuisines dans les laboratoires d’ici et d’outre mer, on est tout à fait en droit de demander à voir avant de suivre, c’ets la moindre des choses que quand on se propose de mener tout un peuple vers un destin que d’essayer de l’eclairer sur une telle démarche. Brisons tout les tabouts et disons le haut et fort, Ferhat est-il au service de quiconque, a t-il des objectifs inavoués, apprehende t-il completement et dans le fond tout ce que une telle démarche souleve comme question et apprehension ?
    Oi suis comme vous et comme bien tant d’autres, serais pour une autonomie de cette kabylie, cette region exclue avec, il fuat le dire, le consentement des autres régions sur une longue periode d’apres indépendance, une région qu’on accuse de tout les maux de ce pays sous pretexte qu’elle ets plus francophonne que d’autres, qu’elle ets plus laic que d’autres, mais surtout qu’elle n’est pas soumises que les autres. Pourquoi ne pas dire simplement en fait, qu’apres avoir soumis cette région à toute les cuisines et sauces inimaginable de ce pouvoir, le but cherché au travers de ça c’etait d’effacer ce qui reste de vraie algerianité en cette Algerie tout court. Je voterai Oui pour l’autonomie à si Ferhat quand je verrais enfin que les promoteurs de cette idées sont à son niveau et n’essayent pas de se greffer à elle pour tel ou tel but. On en marre à la longue d’etre pris ainsi pour des faires valoir de certaines personnes qui n’ont d’egal que la petitesse de leurs personalités. Je dirais Oui à l’autonomie quand je verrai ses chantres à l’avant garde de ce danger imminent qui nous enveloppe chaque jour un peu plus, en attendant ça reste qu’une idée mal portée par ceux là meme qui essayent de l’utiliser ou de la manipluer à des fins encore inavouées.
    Avec tout mes respects biensur, je ne vise personne en aprticulier mais je sais que vous saurez comprendre de quel genre de personnes je parle.

  5. Nous sommes à la recherche d’un embryon de démocratie.
    Mr Ferhat: »Laisser le temps au temps »;selon la formule consacrée.

  6. Ou étiez-vous en 2001, lorsque les gendarmes et les militaires ont assiégés nos villages et nos villes,en utilisant des balles explosives sur nos enfants qui avaient le tort de dénoncer la HOGRA et l’injustice.
    Ou étiez-vous lors de la marche de plus de 2 millions de kabyles sur Alger, et là aussi le pouvoir a fait sortir des délinquants et des Tangos de prison,en galvanisant les autres via La TV nationale,pour aller défendre leur villes contre de vulgaires montagnards, qui venaient prendre la capitale ?
    Citez-nous une seule ville du nord au sud et de l’est à l’ouest, qui aurait levé le petit doigt,que d’autres jeunes Algériens sont en train de se faire canarder,par des agents aux ordres d’un pouvoir de traitres et de corrompus,non et mille fois non mis à part quelques montagnards comme nous dans le village de Tkout,qui ont été également réprimés dans le sang.
    Ou étiez-vous lorsque des anciens Maquisards de la première heure comme mon père et d’autres, agés de plus de 80 ans s’entendre insulter et trainer par terre, par des gendarmes et des militaires,qui n’avaient même pas de respect ni pour leur age ni pour leur passés de libérateurs, vous étiez pendant ces évenements? Soyez sincères et honnetes et donnez-nous vos réponses ?
    Auriez-vous oublié également les sessions de rattrapages du BAC, d’Avril 80 et de 2001, nous avions à chaque fois associés les autres régions, en disant au pouvoir nos revendications étaient celles de tous les Algériens ?
    Aujourd’hui,nous sommes fatigués de nous battre seuls, contre
    le pouvoir et l’intégrisme,nous disons BASTA, et que si vous êtes aussi patriotes, faites comme nous organisez-vous, au lieu de créer des associations de soutien à Bouteflika et ses alliés et allez au charbon comme nous l’avons tjrs fait, à défaut de votre soutien, nous vous serons reconnaissant de nous laisser le soin de choisir notre destinée.

    Tanemmirt à tous.

  7. Cher(e)s ami(e)s ,
    L’autonomie de la Kabylie se veut un propulseur pour la décentralisation du pouvoir et une idée intelligente qui pourra se généraliser et sous le même drapeau. Cette nouvelle vision des choses, par les hommes de cette région, n’est pas étonnante car tous les nobles combats ont germé et germent encore en Kabylie à commencer par la révolution contre l’occupant français. On disait ouachbihoum azouaoua maa lagouars? (Ils ont quoi les kabyles avec les français?) C’est une région qui en avance par rapport à sa société dont elle se revendique et ses hommes ont rejeté la paix des braves. En quoi ça dérangerait un oranais ou un constantinois de vivre sous un état fédéré si il sait où va l’argent de la rente et qu’il est chez lui Algérie d’est en ouest et … Je pense qu’on a ‘’peur’’ du changement et que même les esprits se focalisent et bloquent . Je n’ai ne fais que reprendre ce que dit MR Ferhat . Bien à vous
    M.B

  8. Monsieur Ferhat quelques questions idiotes mais nécessaires:

    1 /Si autonomie il y a en Kabylie, est ce que je pourrais m y rendre moi qui ne suis pas kabyle du tout?
    2/si oui y a t il besoin d un visa?
    3/si oui dans quel consulat Bejaia ou Tizi?
    4 /Mes amis kabyles devront ils vivre en Kabylie ?
    5/une carte d identité kabyle sera t elle obligatoire ou une carte de supporter de la JSK suffira ?
    6/ bcp de gens ici (paris) se considere comme « kabyle Pas algerien » ou alors  » kabyle PAS arabe » je repond que je ne suis ni kabyle ni arabe mais ALGERIEN avant tout,je laisse a sarkosy et a ces test ADN le soin d’elucider le mystere genetique qui m entoure. Ma question est : les test ADN sont-ils à votre goût ?
    7/Quelle difference y a t il entre Mohamed Issyakhem et Kateb Yacine?
    PS: ne voyez aucune animosité de ma part bien que ces questions ne sont pas tres serieuses j’ai le plus grand respect pour mes compatriotes, kabyles ou pas…Bien que je déplore qu en ces moments de grands troubles on ne se serre pas plus les coudes tout un chacun sera appellé un jour a repondre a cette question : qu est ce que je faisais a ce moment là? Certains repondront : vous avez divisé l’Algerie en plus petits carreaux qu elle ne l est deja…A bon entendeur, salam and azul !!

  9. Arrêtez de raconter qu’il n’y a qu’un seul peuple en Algérie. C’est totalement faux! Il faut accepter nos différences car c’est notre richesse. Ce sont ceux qui disent qu’il ne doit y avoir qu’un seul peuple qui sont la cause de l’arabo-islamisation de l’Algérie: pour eux, tous les Algériens doivent être arabe et musulman. Et bien non! Je ne suis pas arabe et je ne suis pas obligé d’être musulman! Mais cela ne m’empêche pas d’être Algérien et d’en être fier. Et que ceux qui disent que l’autonomie n’est pas la solution, et bien soit: apportez donc votre solution, si vous en avez une meilleure. Car se contenter de dire qu’il faut faire jaillir la démocratie… Cela fait 20 ans que les démocrates font ça, sans résultats. D’ailleurs, la Kabylie n’a jamais fait partie d’un état central avant la colonisation, ou tout du moins, elle a toujours gardé une autonomie vis à vis des autres régions. Finalement, elle ne ferait que retrouver ce qu’elle a perdue: son autonomie.

  10. Oui…une kabylie autonome, ensuite, pourquoi pas, des Tlemçeniens autonomes et les Touargs aussi !!

    Après ça,on pourrait diviser les régions, pourquoi pas ? Des tribus !!! ouiiiii des tribus, avec des chefs des plumes sur la tête.

    Et puis comme dit Brel « les adultes sont tellement cons, qu’ils nous feraient bien une guerre ». J’espère ne jamais voir ça de mon vivant, lacérée par ces groupuscules qui tirent chacun de son côté au lieu de penser à s’unir pour faire sauter la mafia et les barbus.

    C’est quand même dommage qu’au moment où ce blog commence à prendre une grande ampleur, les débarquants tombent sur une idée de régionalisme.

    Tout le monde à le droit de donner son avis,mais on est quand même tous Algériens et on œuvre pour une seule chose en commun:la Démocratie et la laïcité (du moins un grand nombre d’entre nous).

    Je propose qu’on commence les choses logiquement,on renverse le régime despote,on installe la démocratie et on proposera ensuite à Tizi-ouzou de voter par référendum son autonomie, après ça faut jouer aux équilibristes pour vivre d’huile d’olive parce que Hassi-Messaoud va aussi vouloir son autonomie et on peut pas lui prendre son pétrole…

1 2 3 11

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...