navigation

Le recrutement des kamikazes embarrasse Alger 23 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , trackback

kamikfig1.jpgCet homme s’appelle Othman Abou-Jaffar, et c’est le kamikaze à l’origine de l’attentat suicide perpétré vendredi dernier sur la route menant de Lakhdaria à la commune de Maala, à 100 km à l’est d’Alger. «Le martyr Othman Abou-Jaffar a lancé un véhicule Mazda chargé de plus de 250 kg d’explosifs sur les croisés français», revendique un porte-parole de l’organisation al-Qaida au Maghreb islamique, en évoquant le kamikaze, dans une cassette audio diffusée par la chaîne de télévision al-Arabiya. 

D’où vient Othman Abou-Jaffar ?  L’Algérie ne sait pas et c’est pourquoi elle a demandé une assistance internationale pour faire face au phénomène des kamikazes. C’est que Le Matin a apparis de source diplomatique. 

La thèse algérienne veut que les kamikazes sont recrutés dans le pays parmi la jeunesse désoeuvrée et endoctrinée. Pas sûr. Les kamikazes qui attaquent en Algérie viennent surtout des camps d’Al-Qaida au Pakistan. « Le Pakistan est assurément la base arrière, le relais et le vivier des réseaux terroristes d’Al-Qaïda, explique Olivier Roy, directeur de recherche au CNRS. Les zones tribales sont le sanctuaire de la direction du mouvement, et tous les camps d’entraînement se trouvent également là-bas, même si le gouvernement de Musharraf persiste à le nier. Quant au réservoir d’apprentis terroristes, il se compose du réseau des madrasas, qui est comparable à celui des écoles secondaires du pays. » Résultat, selon Olivier Roy, il y aurait à la fois une « pakistanisation » du mouvement, et inversement une « alqaidisation » des radicaux pakistanais, qui sortent de l’espace régional (Afghanistan et Cachemire) pour se brancher sur la diaspora, notamment britannique.Le journaliste américain et auteur d’un excellent ouvrage sur le terrorisme islamiste, Lawrence Wright, va plus loin. « Il est évident que le Pakistan est profondément impliqué dans presque tous les complots de ces dernières années en Europe. Ce pays pose un vrai défi aux gouvernants de l’Occident qui ont tendance à penser que le vrai danger vient d’Al-Qaida, alors que c’est le Pakistan, avec sa bombe, qui est la véritable menace.« 

Mais il existe un autre phénomène qui commence à inquiéter les services de police concernés. Outre ces musulmans « born again » qui retrouvent la foi, ce sont les convertis, embrassant avec une rapidité étonnante la cause d’Al-Qaïda, qui intriguent policiers et spécialistes. L’Allemagne a connu l’an dernier une augmentation de conversions à l’islam sans précédent. De 300 convertis par an, on est passé à 4 000 en 2006. La majorité n’adhère évidemment pas à l’islam radical. Il n’en demeure pas moins que la nébuleuse terroriste accueille de 15 à 20% de convertis dans ses rangs. Des nouvelles recrues qui, selon les deux auteurs, auraient probablement rejoint des groupuscules d’extrême gauche ou d’extrême droite il y a trente ans. « On a tué le communisme, souligne Olivier Roy, et si vous cherchez aujourd’hui sur le marché ce qui fait le plus mal aux Américains, c’est Al-Qaida.« 

Amel C. (Le Matin) 

Commentaires»

1 2 3
  1. A monsieur (ou madame?) le webmaster,
    J’aurai une proposition a faire: vu que ce blog commence a attirer un groupe assez important d’internautes , pourquoi ne pas ouvrir un salon de discussion ou chacun pourrait intervenir en direct.Je ne sais pas ds quelle mesure cela serait faisable et ce qu’en pensent les autres intervenants mais je pense que ce serait assez convivial. Bien sur le forum continuera aussi sous la forme actuelle, pour les commentaires et analyses plus longues et plus approfondies.
    Merci

    Réponse du webmaster
    Nous allons réfléchir à votre proposition

  2. Ok c pas mal la fiction algéro-algérienne.
    l’exoérience dont elle parle tamelaht c un documentaire passé hier sur la chaine française ARTE concernant les animaux en voie de disparition. C vrai qu’on a recours à ce genre d’expérience récupérer du sperme sur les éléphants par exemple en voie de disparition pour inséminer artificellement la femelle sur l’ovocyte mais miss TAMELAHT ou SEL pour traduire du kabyle votre senarii plutôt votre translation sur le cas d’un vol de sperme d’un voyou dans un hôpital à ALGER ou ailleurs. Ce laboratoire peut bien prendre du sperme de voyou chez eux, je vis en Europe il y en a plein de voyous.
    Pour ce qui de la solution aux problèmes de l’Algérie il ne faut pas se leurrer ils ont tout les moyens surtout l’argent du pétrole ils peuvent éliminer n’importe quel citoyen soit disons se la jouer à la démocratie c leurs boulot donc il faut faire avec les moyens de la maison les gens doivent parler et surtout faire attention à leurs enfants et essayer parce que avec la crise du lait peut être on pense beaucoup plus à son ventre que rééllement à sa tête.

    Comme disait l’un des pionniers du régime ALGERIEN Son excellece le sieur Belaid Abdeslam JAWAHOUM ITAB OUK » fait les crever, ils vont te suivre. pôvre peuple algérien.

    Pour revenir à nos petits jeunes KAMIS GAZ, pauvre que nous sommes peut être c mon frère qui va se faire exploser au coin de la rue.

    Sommes nous aveugles ? that’s the question

    Holmo de Bruxelles

  3. VOILA LES FRUITS DE LA POLITIQUE DE RECONCILIATION DE LA PERSONNE QUI A ETE ABSENTE DURANT VINGT ANNEES ET QUI TIENT LES RENES DE NOTRE ALGERIE!
    IL PARDONNE LES TUEURS MAIS EMPRISONNENT SES ANCIENS AMIS!!!!
    PAUVRE DE TOI,BOUTEF!!!!!!!

  4. « La seule proposition que je vois a ce stade de marasme ambiant auquel notre société est arrivée, serait de recruter un barrah dans chaque quartier, lui aurait de meilleures chances d’etre écouter .
    Amicalement »

    Barrah avec Tabla Wazourna c’est ça?
    Et puis quoi encore?

    C’est sûr qu’on peut rigoler, mais à part ça, avez vous de réelles propositions?

    Quand on ajoute son grain de sel c’est pour donner du goût non?

  5. Je sais que l’accès à internet n’est pas quelque chose de facile en Algérie mais ceux qui ont accès et qui sont d’accords se doivent de colporter le message de la démocratie et de la tolérance autour d’eux. Il faut faire comme ceux d’en face, utiliser tout les moyens possibles.
    Voici une parole de communiquant qui introduit un système qui est beaucoup utilisé par les extrémistes qui nous occupent : « ce n’est pas le discours qui compte mais l’effet qu’il produit »

  6. Arrétons d’incomber cette crise a Bouteflika ou a x ou y, le probléme de l’Algérie est lié essentiellement a l’absence de civisme et d’éducation , si chacun d’ente nous se préoccupait de l’éducation des ses enfants , s’inquiéte sur la fréquentation de ses fils et filles , de leur scolarisations et leurs études ,on aurais pu étre au 21éme siécle ,en attendant , arrétez svp de politiser tous nos problémes et soucis.

  7. A propos de Droudkel…
    Mort? vivant? le chef du GSPC Dorudkel a été donné mort par certains titres de la presse puis résucité, puis mort, puis vivant etc….
    Voici une video prise lors de l’attaque du 14 juillet dernier à Yakouren en Kabylie. On va Droudkel dirige une centaine de terroristes. Ceci prouve au moins une chose : Droudkel n’était pas mort en 2004 ainsi que l’annonçait un communique de l’armée algérienne. Regardez….
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/algeria+jihad/video/x32hg0_1-expedition-akoura_news

  8. A propos du GSPC
    J’ai lu la plupart des comptes rendus de la presse algérienne sur l’attaque de Yakouren du 14 juillet 2007. Le dernier en date a été celui publié par le journal Liberté le 19 septembre. Je vous le donne ici inextenso.
    Après l’avoir vu et visionné les quatres videos de l’attaque mises en ligne par le GSPC, je conclut que le journaliste de LIberté parle d’une attaque autre que celle de Yakouren tellement il parait être passé presque à côté de la plaque. Pourtant son enquête a été réalisée plus de deux mois après l’attaque. C’est à dire que ce journaliste avait donc eu le temps necessaire de recouper les informations, de fouiner, d’enquêter sur place avant de nous servir une vraie enquête concise, objective et impariale. Lisez l’article et visionnez les quatres videos de l’attaque vous en saurait davantage sur l’amateurisme dont font preuve les journalistes algériens et leur enclin à se faire manipuler…
    Bon lecture…

    Article de Liberté du 19 septembre

    Reportage dans les maquis de Yakourène
    L’attaque qui a évincé Droukdel du Gspc
    Source : Liberté
    L’échec total de cette attaque lancée dans la nuit du 14 juillet dernier et l’amateurisme qui l’a caractérisée du point de vue militaire ont largement contribué à la mise à l’écart récente de l’”émir” national de l’ex-GSPC, Abdelmalek Droukdel, par ses acolytes. Les terroristes, plus d’une centaine, n’avaient en face d’eux qu’une douzaine de gendarmes…

    Il était tout juste minuit lorsqu’on a entendu les premiers coups de feu et les premières rafales d’armes automatiques.

    On n’avait pas encore compris ce qui se passait. J’ai regardé par la fenêtre et c’est là que j’ai compris qu’il s’agissait d’une attaque terroriste visant le siège de la brigade de gendarmerie.

    Fait incroyable, j’ai même vu plusieurs membres du groupe armé pistolets au poignet allant dans tous les sens sur l’artère principale de la ville.

    ”Le citoyen qui tente ainsi de se rappeler ce qui s’était passé le soir d’un certain 14 juillet 2007 est encore sous le choc. Beaucoup, en effet, à Yakouren, ce haut lieu de la lutte de Libération nationale, pouvaient s’attendre à une attaque terroriste, à un faux barrage, à une embuscade contre les forces de sécurité, ou tout autre acte terroriste, vu la configuration du terrain dans cette région montagneuse touffue de vastes étendues de forêts et de maquis.

    Mais, à aucun moment, l’on ne pouvait penser que les terroristes allaient littéralement prendre la ville pendant plus de deux heures, neutralisant les issues dans le but de commettre l’innommable contre les éléments de la brigade de gendarmerie et leurs familles qui y étaient installées.

    Ce soir-là, les assaillants ont osé. Ils ont, visiblement, bien préparé leur coup avant de déferler sur la ville comme des “fourmis”.

    “À partir de la maison, on voyait tout ce qui se passait. Mais, que pouvait-on faire avec les moyens limités dont on disposait face au déploiement d’un véritable arsenal de guerre.

    On trépidait d’impuissance, tant on voulait coûte que coûte intervenir, mais que voulez-vous. En tout cas, on était de tout cœur avec les gendarmes et leurs familles”, raconte l’un des jeunes Patriotes de la région qui tient à saluer le courage, la résistance et le sang-froid dont ont fait preuve ce soir-là les éléments de la brigade.

    La commune de Yakouren compte plus de 160 personnes engagées dans la légitime défense, qu’on appelle communément Patriotes. Parmi eux, il y en a une dizaine qui est réellement sur le “front”. Certains d’entre eux, loin de toute fausse modestie, n’hésitent pas à dire qu’ils sont “les yeux et les oreilles de l’État” dans la lutte contre le terrorisme. Cependant, leur situation sociale est loin d’être ce qu’elle devrait être.

    Vu, en effet, leur précieuse contribution dans le long combat contre ce phénomène, l’État leur doit un minimum de gratitude. Pour revenir à cette nuit de terreur qu’a vécue Yakouren, il faut dire que tout le monde s’accorde ici à dire que la brigade avait essuyé, l’espace de plus deux heures, un véritable déluge de feu et de tous les côtés.

    Les assaillants, ils étaient combien ? Si pour certain, leur nombre frôle les cents, d’autres estiment qu’ils étaient pas moins de cent cinquante, voire plus.

    Les terroristes ont utilisé les habitants de la cité EPLF comme bouclier humain
    “Ils ont commencé par installer deux fusils mitrailleurs FMPK pour stopper toute intervention des éléments de l’ANP et de la garde communale qui disposait de deux cantonnements, l’un en haut du village et l’autre en contrebas.

    Ainsi, ils disposaient à leur guise de la ville. De plus, ils ont pris en otages les habitants de la cité EPLF qui surplombe la brigade. Ils les ont utilisés comme bouclier humain. Plusieurs éléments armés étaient postés sur les fenêtres des appartements pour prendre de haut la brigade qui était ainsi à leur merci.”

    Mais, c’était compter sans la farouche résistance des gendarmes qui, malgré l’effet de surprise de l’attaque et les moyens utilisés par les assaillants, n’ont pas fléchi, empêchant ces derniers de prendre d’assaut la brigade.

    “Ils ont su préserver les munitions qu’ils avaient en répliquant de manière intelligente aux agresseurs, et ce, jusqu’à l’arrivée des hélicoptères de l’armée.

    Il était un peu plus de deux heures du matin”, témoigne cet autre membre des groupes locaux de légitimes défense qui tient, lui aussi, à préserver l’anonymat, pour des raisons évidentes de sécurité. Fort de son expérience sur le terrain de la lutte antiterroriste, il estime que ces terroristes qui se disent affiliés à Al Qaïda ont, à travers l’échec de cette opération, démontré leur amateurisme.

    “Ils ont mobilisé cent à cent cinquante éléments. Ils ont utilisé des tonnes de munitions d’armes de différents calibres pour arriver en fin de compte à un tel résultat.

    Tous les membres de la brigade et leurs familles sont sortis fort heureusement indemnes de cette attaque”, ajoute-t-il, tout en insistant sur le fait que “plusieurs terroristes, apparemment de nouvelles recrues, ne savaient même pas utiliser une arme”. D’après lui, un lance-roquettes de type RPG7 a été récupérée après le retrait des assaillants. L’arme était bloquée et n’était pas prête à fonctionner.

    Le bruit des moteurs des hélicoptères de l’ANP, appelés en renfort, a contraint les terroristes à se replier vers la forêt en se scindant en plusieurs groupes.

    Et c’est là que plusieurs d’entre eux sont tombés dans l’embuscade tendue, à quelques encablures de là, par les éléments de l’ANP. L’accrochage qui s’en est suivi a permis d’éliminer quatre terroristes et de blesser plusieurs autres qui ont été emportés par leurs acolytes.

    Deux jours plus tard, les forces de sécurité découvrent sur les hauteurs du village un autre assaillant qui, ayant succombé à ses blessures, a sans doute été abandonné par ses compagnons.

    Les terroristes avaient préparé des civières pour évacuer leurs blessés
    Jamais, selon plusieurs témoignages de citoyens, la population ne se serait attendue à une action aussi audacieuse des terroristes qui ont occupé la ville durant deux heures.

    L’attaque de la brigade de gendarmerie, voulue apparemment comme une démonstration de force à visées médiatiques par l’organisation terroriste, qui a mobilisé pour cela une logistique de guerre, s’est donc heurtée à la résistance de seulement une douzaine de gendarmes. Fait, peut-être inédit, les terroristes avaient même préparé des civières pour évacuer leurs blessés.

    L’une d’entre elles a été laissée sur place par les assaillants qui se seraient retirés en catastrophe à l’approche des hélicoptères de l’armée.

    Yakouren, cette petite bourgade de montagne, perchée à 800 mètres d’altitude dans l’un des massifs forestiers les plus denses du pays, se retrouve aujourd’hui otage de la peur. Le cadre pittoresque de la région tranche profondément avec cette inquiétude qui se lit sur les visages de ses habitants.

    Yakouren, Zekri, Akerrou et Aït-Chafaâ, le quadrilatère d’Al Qaïda Maghreb
    Tout le monde ici n’est pas sans savoir que leur commune est située à l’un des angles de ce quadrilatère qu’Al Qaïda Maghreb a choisi comme une de ses bases.

    Selon le témoignage des Patriotes de la région, Yakouren constitue, avec Zekri, Akerrou et Aït-Chafaâ, les limites d’un vaste territoire qu’écument les éléments de l’organisation terroriste. Et au centre de ce carré de la mort, se trouve Chaâra, un lieu-dit sorti de l’anonymat tout récemment à la faveur de la grande offensive militaire déclenchée contre les repaires des groupes armés.

    C’est dans cette zone très difficile d’accès et à la géographie hachée que la horde sanguinaire a trouvé un refuge des plus sûrs où elle a même aménagé un camp d’entraînement. Agissant sur renseignements, fournis notamment par des terroristes repentis ou arrêtés autour de ce périmètre, les forces combinées avaient donc mis les moyens nécessaires afin de neutraliser tout au moins une partie de ce groupe armé.

    Ce dernier avait fait parler de lui, quelques semaines auparavant, en kidnappant Madjid Abib, un ancien délégué du mouvement citoyen de Kabylie et candidat à la députation lors des dernières élections législatives, libéré quelques jours plus tard contre le paiement d’une rançon.

    “Le plus important dans cette opération de l’armée n’est pas tant le bilan des éléments armés abattus ou arrêtés, mais d’avoir frappé au cœur de ce maquis qui constituait un refuge idéal pour les terroristes”, analyse l’un de nos interlocuteurs.

    Il pense que “la surprise qui a caractérisé le lancement de l’opération a disloqué complètement le groupe”. Pour cet autre citoyen de la région, l’intervention de l’armée a eu un effet très positif sur la population qui était encore sous le choc de l’attaque de la brigade de gendarmerie.

    “La seule présence des services de sécurité est rassurante après ce qu’on a vécu”, relève-t-il. D’ailleurs, l’activité commerçante a, tant bien que mal, repris après une nette baisse, due à l’effet médiatique de l’attentat, et la vie a retrouvé son cours normal.

    Même la RN12, qui traverse la localité, avait souffert un temps de cette situation, puisque la circulation y avait énormément diminué et la fréquentation de la ville par les passagers et les routiers avait baissé. Le commerce de la poterie et de la céramique, qui fait la notoriété de ce tronçon routier, a, lui aussi, connu des moments difficiles.

    Il a fallu une petite semaine pour que les habitudes reprennent leur cours
    Les citoyens de passage, notamment les émigrés qui constituent une clientèle intéressante pour ces commerces, ne s’aventuraient plus à s’arrêter pour acheter un produit ou tout simplement contempler, à l’ombre des pins et autres arbres centenaires, les paysages de carte postale offerts par Dame Nature.

    Il a fallu tout de même une petite semaine pour que les habitudes reprennent leur cours. “Le citoyen tente de résister à sa manière à cette détérioration de la situation sécuritaire.

    Les gens circulent même la nuit et les fêtes ont repris leur droit après une certaine période de doute”, témoignent plusieurs citoyens rencontrés à la sortie de l’hôtel Tamgout, la seule infrastructure valable et viable dans toute cette région qui souffre énormément économiquement et où l’investissement étatique ou privé est quasiment absent.

    Seule consolation pour les habitants de la région, l’eau du barrage de Taksebt coule aujourd’hui dans les robinets grâce aux démarches entreprises auprès des autorités par les citoyens de la région.

    La conduite d’adduction de l’eau potable devait, en effet, s’arrêter à la ville d’Azazga. Selon ces mêmes citoyens, le gaz de ville va bientôt arriver pour alléger quelque peu les souffrances de la population, notamment durant la période hivernale. Cela étant, le chômage demeure, comme partout ailleurs en Algérie, le problème numéro un de la population.

    Il a atteint, et ce, depuis longtemps, des pics effarants. Cela a contraint beaucoup à partir ailleurs à la recherche d’un hypothétique gagne-pain. “Même le liège produit par la région n’est pas transformé sur place.

    Comme l’usine de transformation se trouve à Jijel, elle envoie des ouvriers pour faire le travail de collecte et d’ approvisionnement”, proteste un citoyen. Il interpelle justement les autorités pour l’ouverture d’une unité de traitement du liège dans la région afin d’absorber un tant soit peu le chômage.

    Lire tout le reportage

    H. S.

    Videos d’El Qaida 1 http://www.dailymotion.com/relevance/search/exp%C3%A9dition+akoura/video/x32hg0_1-expedition-akoura_news
    2 http://www.dailymotion.com/relevance/search/exp%C3%A9dition+akoura/video/x32hbs_2-expedition-akoura_news
    3
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/exp%C3%A9dition+akoura/video/x32h3w_3-expedition-akoura_news
    4
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/exp%C3%A9dition+akoura/video/x32gmd_4-expedition-akoura

  9. D’ou viennent les kamikazes…?
    Le hasard m’a fait quitter l’Algerie durant les annees 1995 a destination des USA….Mon epouse ( d’origine algerienne) a donnee naissance a une petite fille dans ce pays d’accueil …..
    Ayant atteint l’age de 8 ans , je decidais de l’inscrire ( a raison de deux jours par semaine )dans une classe donnant des cours d’arabe,et cela en parallele des cours recus a l’ecole americaine .
    Mon but etait de faire dispense a ma fille des lecons en langue arabe pour que,plus tard ,cela ne constitue pas un handicap pour elle…
    Et un beau jour , elle me dit « daddy,sais-tu que la femme a etait cree a partir d’une cote appartenant au male…..

  10. Oui,les enseignants de la langue arabe se confondent souvent avec des enseignants de « religion »,c’est intimement lié même si la langue arabe existait déjà avant l’islam, même si au liban on retrouve des arabes chretiens ou athées.
    Je regardais un jour avec ma grand mère un documentaire sur le liban, dans une eglise une femme parlant arabe faisait sa prière, la reaction de ma grand mère « Mais comment se fait il ?? elle est arabe !!! »
    On confond, ethnie, religion, culture, langue, nationalité, origine…

    Il n y a que la laïcité pour mettre de l’ordre dans ce bourbier.
    L’arabe est une langue, mes ancetres berbères ont été colonisé par des arabes qui ont importé leur langue et us et coutumes tout comme les turcs, les romains ou les français et ma religion est l’islam par choix.
    Rester musulman après ce terrorisme, cette propagande et ces tentatives d’endoctrinement relève de la foi et rien d’autre.
    C’est très important de savoir faire la part des choses.

    Et pourtant il n y a pas plus tolerant que l’islam et pas plus con qu’un fanatique.
    Ils ont mis cette religion qui est celle de millions de personnes en danger car etre musulman de nos jours nous fait taxer d’intolerant,de bedouin,de retrograde,de terroriste,de raciste,d’esprit fermé.

    L’islam est en danger,il n y a que l’adoption de la laïcité qui pourrait le sauver des barbares.

1 2 3

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...