navigation

Vers la paralysie des écoles algériennes 24 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , trackback

Comme s’il manquait une crise pour boucler les malheurs nationaux, il semble bien que l’on s’achemine vers un durcissement du conflit entre les pouvoirs publics et les syndicats de l’enseignement  et donc vers la paralysie de l’école algérienne. Trois éléments plaident en faveur de cette prévision pessimiste : 

1.   Le mécontentement des enseignants est puissant et sans précédent 

2.   Le gouvernement, comme attendu, refuse de réviser sa position 

3.   Les syndicats sont plus déterminés et plus unis qu’ils ne l’ont jamais été 

Le mécontentement des enseignants est en effet puissant et sans précédent ces dix dernières années. La nouvelle grille des salaires n’agrée personne. « Les augmentations dans leur ensemble ne dépassent pas 15%», disent les syndicats. Trop peu quand les enseignants vivent la misère. Où va l’argent du pétrole ? Le statut particulier des travailleurs de l’éducation nationale traîne.  

Le gouvernement, comme attendu, refuse de réviser sa position. Dans une rencontre avec les syndicats de l’enseignement hier à Ben Aknoun, le ministre de l’Education nationale a estimé que la nouvelle grille des salaires est un «acquis». Pas question donc de la réviser. Et pour ajouter de l’huile sur le feu, le ministre saisira l’occasion pour soutenir que toute augmentation dépendra du statut. L’option est totalement rejetée par les syndicats de l’éducation présents à cette journée. 

Enfin, les syndicats sont plus déterminés et plus unis qu’ils ne l’ont jamais été. Ils ont été rejoints par la FNTE, le syndicat affilié à l’UGTA. 

L.M. 

Commentaires»

1 2 3 4
  1. la Journée Mondiale des Enseignantes et Enseignants!
    La Journée Mondiale des Enseignantes et Enseignants représente l’occasion d’attirer l’attention publique sur le rôle important que jouent les enseignantes et enseignants dans la société.

    Cette année, l’accent sera mis sur les conditions de travail : nous encourageons les enseignantes et enseignants, les élèves et les communautés du monde entier à faire passer le message suivant : de meilleures conditions de travail pour les enseignants impliquent de meilleures conditions d’apprentissage pour les élèves.

    Nous, enseignants du monde entier…
    Nous exigeons :
    Un environnement de travail décent – un environnement d’apprentissage sûr et sain pour les enseignants et les élèves, un nombre approprié d’élèves par classe ainsi que des ressources pédagogiques adéquates dans les classes ;
    Des salaires pour vivre – des salaires permettant de vivre dans de bonnes conditions et payés de façon régulière ;
    Traitement égal et équité des droits pour les femmes – les femmes enseignantes ne doivent subir aucune discrimination, sous quelque forme que ce soit. Les gouvernements doivent en outre donner aux femmes les moyens d’agir dans l’éducation, dans la prise de décision ainsi que sur le lieu de travail ;
    Développement professionnel initial et continu – l’opportunité d’acquérir et de développer des compétences professionnelles, de se tenir au fait des nouvelles informations et techniques pédagogiques et de développer une carrière ;
    Implication dans l’élaboration de politiques – afin de garantir que de nouvelles politiques reflètent la réalité dans les classes, le dialogue social devrait faire partie intégrante de la planification de l’éducation et de l’élaboration de politiques ;
    Négociation collective pour défendre et renforcer les droits des enseignants – les conditions de travail, de même que des évaluations de la qualité des procédures d’enseignement, doivent faire l’objet de négociations entre les représentants du(es) gouvernement/employeurs et les représentants des syndicats d’enseignants.

  2. Qu’est-ce que la Journée mondiale des enseignants ?
    Chaque année, le 5 octobre, les organisations d’enseignants du monde entier se mobilisent pour assurer que les besoins des générations futures soient pris en compte.

    L’UNESCO a lancé la Journée mondiale des enseignants le 5 octobre 1994 pour commémorer la signature conjointe de la Recommandation UNESCO/OIT relative à la condition du personnel enseignant, le 5 octobre 1966. La Journée mondiale des enseignants commémore également la Recommandation de l’UNESCO sur la condition du personnel de l’enseignement supérieur, adoptée en 1997.

    Selon l’UNESCO, la Journée mondiale des enseignants témoigne du fait que la contribution vitale des enseignantes et enseignants à l’éducation et au développement doit être davantage comprise, reconnue et appréciée. L’Internationale de l’éducation croit fortement que cette Journée des enseignants doit être reconnue à l’échelle internationale et être célébrée dans le monde entier. L’IE considère également que, à l’occasion de cette date anniversaire, les principes des recommandations de 1966 et 1997, devraient être pris en considération en vue de leur application dans toutes les nations.

    Plus de 100 pays célèbrent la Journée mondiale des enseignants. Les efforts de l’Internationale de l’éducation et de ses 348 organisations membres contribuent à cette reconnaissance qui croît de jour en jour. Chaque année, l’IE organise une campagne de sensibilisation afin de mettre en lumière les contributions de la profession enseignante

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...