navigation

Le « cas » El-Khabar 26 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , trackback

 

Le quotidien arabophone El-Khabar vient d’atteindre le palier de tirage historique de 600. 000 exemplaires/jour, ce qui le place dans le gotha des plus influents journaux arabes et, pourquoi se le cacher, dans une position honorable parmi  les grands quotidiens de la planète. 

Le propos, ici, n’est pas de s’émouvoir sur un chiffre, époustouflant au demeurant, ni de glorifier une équipe dont il faudrait, cela dit, applaudir la performance. On sait qu’épiloguer sur les chiffres reste un sport favori au sein de la corporation et je ne suis pas sûr, non plus, que mes collègues d’El-Khabar échappent aux répliques acrimonieuses qui frappent souvent, sur notre terre, les groupes et les individus qui sortent du lot. 

Il reste que je ne bouderai pas ce bonheur pour une raison capitale : cet exploit est le fait d’un journal qui n’a jamais fait mystère de ses choix anti-intégristes et qui, en dépit de certains choix éditoriaux qui ne furent pas des plus heureux , est resté résolument alignés sur les thèses démocrates et républicaines. Ce qui, d’ailleurs, lui a valu l’étiquette perfide de « journal francophone écrit en arabe » et, rappelons-nous, le procès retentissant intenté par le chef islamiste de l’AIS Benaïcha. 

Aussi mon propos concerne-t-il ici les 600.000 lecteurs d’El-Khabar. La grande surprise vient de là. 

Car enfin, dans une société dont on désespère si vite et qu’on dit asservie aux propagandes islamisantes, comment expliquer qu’un journal à la ligne éditoriale républicaine soit « le quotidien préféré » des lecteurs arabophones à l’heure où tant de titres se font les relais des thèses obscurantistes sans rencontrer un vrai public ? La question peut paraître réductrice  aux esprits intraitables, on le conçoit. Il reste qu’elle nous interpelle sur nos modes de pensées simplistes, sur nos raccourcis et sur nos pessimismes commodes. 

La société algérienne n’est pas le creuset de l’intégrisme. N’est-ce pas plutôt du côté de nos élites qu’il y a une inaptitude à répondre à ses quêtes ? 

Le cas « El-Khabar » nous le rappelle. 

M.B. 

Commentaires»

1 2 3
  1. Est l’algérien ne rejette pas la langue arabe comme le prétendent certains

  2. El Khabar de ce jour donne le chiffre de 100 milliards de dinars au sujet des créances douteuses détenues pas les banques publiques. Cela équivaut à un peu plus de 1 milliard de dollars.
    Cette estimation est trés loin de la réalité puisque le CPA à lui seul détient 900 millions de dollars de créances douteuses.
    Benachenhou avait indiqué en 2005 que ces créances avaient atteint prés de 5 milliards de dollars, toutes banques publiques confondues.
    Je crois que la source Benachenhou est plus crédible, plus fiable que celle d’El Khabar.
    Sonia

  3. Je suis d’accord avec vous M. Benchicou.

    Il est rassurant de voir un journal privé avec un tel tirage.
    Et ce n’est pas parce qu’il est intégriste ou sulfureux comme l’est souvent Ech-Chorouk.

    Bravo à l’équipe d’El Khabar.

    il reste qu’on trouve dans ce journal les défauts de toute la presse algérienne.
    Rappelez-vous par exemple la couverture du procès dit « de la caisse principale de Khalifa bank ». Parfois, on a l’impression que les journaliste n’ont pas vécu les mêmes évenements durant les audiences.

    On dit bien que Paris ne s’est pas fait en jour. Alors, du moment qu’on est sur la bonne voix….

    Mohamed. bA.b.A
    http://dz.algerie.free.fr

  4. Même s’il est vrai qu’el khabar tire à 600.000 exemplaires, mais n’influe en rien dans la vie politique. Un journal d’un tel tirage ne parle pas de l’annulation, par la mairie de paris, du colloque sur Matoub. Ce n’est qu’un petit exemple

  5. En tant que Comite de Soutien en Allemagne pour la Liberte de la Presse en Algerie,nous nous felicitons du succes de « El Khabar » et l ensemble de son equipe.Un journal ecrit en arabe « non naphtalise » et qui est dans la ligne patriotique et republicaine est une arme certaine contre l integrisme , ses relents terroristes sanguinaires et la corruption.Actuellement ce quotidien pourra aussi se consacrer a editer un journal en langue amzigh et des magazines specialises dans la culture,l environnement et l economie.
    Mais ,connaissant la tradition de communication de notre societe,seules des chaines de radios et TV privees aux mains de patriotes et democrates peuvent anihiler la propagande « djihadiste » des chaines satelitaires du Moyen Orient ,surtout « El Djazira »!
    Cette bonne nouvelle mediatique ,en opposition a la crise que connait notre pays sur plusieurs fronts ,nous oblige a rendre hommage a tous nos journalistes qui ont ete assassines par les hordes sauvages ,ou reprimes et emprisonnes !Nous attendons avec impatience le retour de notre journal « LE MATIN » sur les etals des kiosques a la grande satisfaction des lecteurs de l Algerie profonde qui sont demunis de moyens de l internet .Nous devons utiliser tous les moyens (petititions,manifestations,interventions aupres des partis politiques et ONG,etc…) pour que « LE MATIN » reaparaitra!!

  6. Au regard des composantes linguistiques caractérisant la société algérienne, je trouve raisonnablement normal de voir un journal comme El Khabar se distinguer par un tirage croissant, de plus il s’agit là d’un quotidien arabophone indépendant, dit privé. Ce statut lui a conféré d’ailleurs de la crédibilité auprès d’un lectorat majoritairement arabophone représentant les catégories sociales les plus négligées de notre société.
    Celà dit, du fait qu’elle soit en permanence surveillée et, plus loin, manipulée par des groupes de pression et des organisations opaques pro-gouvernementales, notre presse demeure fragile et sa marge de manoeuvre se retrouve concrètement restreinte et marginale, ce qui porte un sérieux coup à la fiabilité de l’information distillée aux lecteurs. D’une certaine manière, on peut dire que notre presse est aujourd’hui plus « indépendantiste » qu’indépendante.

  7. Dire que la presse algerienne est indépendante, c’est y aller trop vite, sofiane.Noubliez pas l’épée d’Amolesse.

  8. Je suis pour une petition nationale pour le retour du matin

  9. Sofiane,
    Je suis assez d’accord avec toi.

    Mohamed bA.bA.
    http://dz.algerie.free.fr

  10. Je vois qu’il y a des experts en amalgame!
    Le succès de El Khabar n’est pas du à ses positions intégristes mais à la qualité et au professionalisme de sa rédaction. El Watan, Le Soir, Le Matin en son temps, Liberté, EL Acil etc ont fait de l’anti-intégrisme (à la limite de l’anti-Islam)leur unique ligne éditoriale. En dépit du support des journaux français (pour El Watan surtout) ces journaux très très mal écrits (à l’exception des remarquables éditos de Benchicou), cumulant une désinformation de piètre qualité, un amateurisme ahurissant (le même journaliste ‘écrit’ un jour sur les APC, le lendemain sur la politique au Moyen Orient et quelques jours après sur les enjeux du prix du pétrole). Les journaux que j’ai cité ne subsistent que grâce à leurs ‘scoops sur les conflits de pouvoir au Sommet’ dispensés en général par des ‘sources bienveillantes’ qui ont des intérêts dans ces journaux ou par la bienveillance de l’ANEP.Le succès de El Khabar est aussi une gifle à tous ceux qui n’arrêtent pas de critiquer l’arabisation et qui veulent gauloiser ou créoliser notre culture, choses que n’a pas réussit à faire la France pendant 130 ans.
    Le meilleur journal algérien est un journal arabophone et dites vous l’un des meilleurs dans le monde arabe. Enfin un sujet de fierté! Bravo Messieurs d’El Khabar!

    Hakim

1 2 3

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...