navigation

Le gouvernement découvre ses harragas 28 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie aujourd'hui , trackback

Il n’est finalement jamais trop tard pour mesurer l’ampleur de ses méfaits : le gouvernement algérien a entendu jeudi des témoignages troublants sur le phénomène de ces Algériens qui fuient le pays à bord d’embarcations de fortune. C’était à l’occasion d’une journée-débat sur les « harragas » organisé par le ministère de la Solidarité nationale et au cours de laquelle le ministre Djamel Ould Abbès s’est, comme à son habitude épanché sur ce drame avec force spectacle. 

Qu’en est-il sorti ? Rien de concret. Le ministre a écouté des « spécialistes » de la question, serré les mains de personnalités de « la société civile » ainsi que des diplomates de pays africains et européens venus s’informer. Puis il a conclu en langue de bois qu’il fallait une «  intégration de la communication dans la stratégie nationale visant la prise en charge du phénomène des « harragas », qu’il convient de « coupler avec un ancrage juridique de lutte contre ce phénomène de manière à combler le vide (juridique) existant » 

Comprenne qui pourra. 

Signalons  qu’au cours des débats on a appris que  2.340 harragas ont été interceptés en plein mer où sur les côtes algériennes durant les trois dernières années, selon un officier des forces navales, le lieutenant-colonel Youcef Zrizer. Il a précisé que  1302 de ces candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés au large, tandis que les autres ont été appréhendés sur les côtes (plages ou port) au moment où ils s’apprêtaient à embarquer.

L.M. 

Commentaires»

1 2 3 4
  1. A la bonheur !

    Combler le vide juridique concernant la Harga ! C’est pas du joli ça?

    Ils veulent mettre les harragas en prison lolll, je me tords de rire ! Voyons messieurs,soyons serieux!. Les Harragas fuient la prison que vous avez fait de ce pays, la seule sanction que vous pouvez leur faire c’est de les maintenir en Algerie dans cette ambiance sociale et politique infecte!

    Il n y a de ce fait aucun vide juridique.

    Le seul vide juridique qu’il y a dans ce pays c’est le maintient d’un gouvernement et d’un president qui sont en echec depuis 8 ans sans aucune remise en cause.

  2. Ce ministre, mangeait ds la main de « KHALIFA » ET ne jurait que par Moumen !
    Il ose parler de harragas!!! Avec un état pareil, c’est normal!! Tous, ont mangé ds la main de « KHALIFA » pendant que le peuple souffrait et souffre encore!!!
    VIVE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE!

  3. C’est ce qu’on peut appeler
    L’ART DE PARLER POUR NE RIEN DIRE!
    car ces jeunes qui fuient le pays ont ras-le-bol de ce gouvernement occupé dans les profits malsains et la corruption.
    Inutile d’animer une conférence car c’est de la poudre aux yeux et tout le monde sait que la véritable raison est claire comme de l’eau de Roche à l’exclusion biensure du Président BOUTEFLIKA et de son ministre DJAMEL OULD ABBES.

  4. Cette journée-débat sur les « harragas » , organisé par le ministère de la Solidarité nationale , s’est limitée a un simple constat chiffré , amputé de sa substance essentielle qui devait nous renseigner sur l’origine de ce phénomène ainsi que sur les conséquences dramatiques s’y tapportant avec son lot de personnes disparues dont on tait le nom.

    A quoi aurait donc servi cette journée si ce n’est pour chiffrer les prouesses des forces navales ?

  5. Partir, c’est mourir un peu, mourir, c’est partir beaucoup.

    Rester c’est mourir beaucoup

  6. Salut
    Permettez-moi de dire une mechancete sur cette personne, ce ministre de mes deux, cette (…..) est là depuis des annees, à dire des betises et à se foutre de la gueule des autres. Je ne sais pas s’il se rend compte que les gens vont aller pisser sur sa tombe un jour…..

    Voila, le coup de colere de la journee, je vous remercie pour votre indulgence.

    Une derniere insulte quand meme: Fils de … de ministre regarde les jeunes mourir alors que ses deux filles travaillent dans son cabinet, une gestion familiale du pays maudit

  7. ah!ces êtres d’un autre genre

    tant qu’ils ne seront pas (atteints et encore)par le drame qui secoue la société nos irresponsables demeureront sourds à tous les appels.
    La patate sont incapables de la produire leur demandez de résoudre un problème quelquonque ,cela est inpensable.
    on ne doit pas vivre la même époque nous devons pas appartenir à la même espèce.
    On comprend simplement qu’il s’en foutent, pourvu qu’eux et leur famille s’en mettent pleins les coffres.
    le spectacle continue.

  8. « intégration de la communication dans la stratégie nationale visant la prise en charge du phénomène des “harragas”, qu’il convient de “coupler avec un ancrage juridique de lutte contre ce phénomène de manière à combler le vide (juridique) existant”

    Dixit : Djamel Ould Abbes Ministre de la solidarité.

    Eh ben, toute une conférence alors que la solution est là.
    Merci Monsieur le Ministre.

  9. c’est regrettable de voir en l’an 2007,des algeriens qui preferent mourir en haute mer que de vivre sous la torture moral d’un pouvoir corrompu .

  10. Mais c’est à cause de gens comme Ould Abbes que les harragas risquent leurs peaux!!!

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...