navigation

Al-Qaida exécute ses menaces : attentat-suicide contre le véhicule d’une entreprise française 21 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , 18 commentaires

Deux jours à peine après avoir appelé à bouter les Français hors d’Algérie, Al-Qaida passe à l’exécution de ses menaces : neuf personnes, dont deux Français, ont été blessés vendredi en Algérie dans un attentat au passage d’un convoi d’expatriés, dont le véhicule de l’entreprise française de BTP Razel, pourtant protégé par les forces de police, rapporte l’agence algérienne de presse APS.Selon le ministère de l’Intérieur, cité par APS, l’attaque, qui s’est produite près de Bouira, en Kabylie, n’a pas été revendiquée.

En plus des deux ressortissants français, le bilan détaillé est de cinq gendarmes, un conducteur et un expatrié italien blessés.

« Les neuf personnes blessées sont hors de danger », rapporte APS.

A Paris, l’entreprise française de BTP Razel a confirmé qu’un de ses véhicules 4X4 avait été pris pour cible en tout début de matinée. Il transportait deux Français, un Italien et leur chauffeur algérien, précise-t-elle.

« Cet attentat ne remettra pas en question notre présence en Algérie », a déclaré à Reuters une porte-parole de la société, ajoutant que les mesures de sécurité seraient néanmoins réexaminées.

L’attentat, le premier visant des expatriés depuis le mois de mars, intervient moins de vingt-quatre heures après la diffusion d’un enregistrement vidéo dans lequel le numéro deux d’Al Qaïda, Ayman al Zaouahri, appelle à « débarrasser » le Maghreb des Français et Espagnols installés dans les anciennes colonies d’Afrique du Nord.

Le quotidien Le Monde rapporte vendredi que deux ressortissants français, travaillant pour la société Aéroport de Paris, ont été rapatriés d’urgence après que les services secrets algériens ont reçu des informations selon lesquelles un groupuscule islamiste s’apprêtait à les enlever.

L’Elysée et le ministre de l’Intérieur, Michelle Alliot-Marie, ont répété ces dernier jours que la menace terroriste était réelle et permanente en France mais « pas plus et pas moins » que dans d’autres régions.

En mars dernier, trois Algériens et un Russe avaient été tués dans un attentat au sud-ouest d’Alger contre un bus transportant du personnel employé par un entreprise russe de construction de conduites de gaz et de pétrole.

 

Al-Qaida appelle à combattre les “fils de Français” au Maghreb 20 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , 15 commentaires

Al-Qaida appelle à combattre les “fils de Français” au Maghreb dans Algérie : Islamisme et terrorisme file_279772_50651 Le numéro deux d’Al-Qaeda, Ayman al-Zawahiri, a appelé à soutenir la branche Maghreb du réseau terroriste (ex-GSPC) et à “débarrasser le Maghreb des fils de Français et d’Espagnols”,dans une vidéo mise en ligne jeudi.  Ayman al-Zawahiri appelle les populations au Maghreb à soutenir Al-Qaïda. : « soyez fidèles à votre religion, à la sunna de votre Prophète et au sang de vos ancêtres. Soutenez vos fils, les moudjahidine, contre les croisés et leurs enfants », a-t-il souligné.C’est la première fois depuis que l’ancien GSPC a fait allégeance, fin janvier 2007, au réseau d’Oussama Ben Laden qu’Al-Qaïda au Maghreb est mentionnée dans un enregistrement d’un haut dirigeant du mouvement terroriste international.

Al-Qaïda entend accentuer la pression sur les pays du Maghreb. Quelques jours après les attentats sanglants de Batna et Dellys revendiqués par la branche maghrébine du réseau terroriste,  Ayman al-Zawahiri appelle à débarrasser le Maghreb des Français et Espagnols installés sur place.

Al-Qaïda entend accentuer la pression sur les pays du Maghreb. Quelques jours après les attentats sanglants de Batna et Dellys revendiqués par la branche maghrébine du réseau terroriste,  Ayman al-Zawahiri appelle à débarrasser le Maghreb des Français et Espagnols installés sur place.

Dans la vidéo mise en ligne aujourd’hui sur un site Internet islamiste, le numéro deux d’Al-Qaïda appelle également à reconquérir l’Espagne. « La récupération de l’Andalousie est un devoir pour la nation en général et pour vous en particulier », déclare le bras droit d’Oussama ben Laden à l’adresse des peuples du Maghreb. Mais « vous ne pouvez le faire qu’en débarrassant le Maghreb islamique des fils de la France et de l’Espagne qui sont revenus » dans ces pays, a ajouté Zawahiri. 

C’est également la première fois que les intérêts français et espagnols au Maghreb sont clairement désignés comme des cibles à frapper sur place. Jusqu’à présent, Al-Qaïda se contentait de menacer de mener des opérations directement dans ces pays. Ce changement de stratégie peut être interprété comme une incapacité du réseau terroriste à perpétrer des attaques en Europe, après la multiplication des arrestations et le renforcement des mesures de sécurité ces dernières années dans les principaux pays européens, notamment la France, l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Allemagne.

Les vidéos d’Ayman al-Zawahiri sont prises très au sérieux par les spécialistes de la lutte antiterroriste. Dans les prochains jours, la France et l’Espagne devraient prendre de nouvelles mesures pour protéger leurs ressortissants vivant dans les pays du Maghreb.

L’imam Al-Qaradaoui ajoute à la confusion et à l’amalgame

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , 13 commentaires

Dangereux amalgames

Dans le message de l’imam Al Qaradhaoui au président Bouteflika après les attentats de Batna et de Dellys, lu intégralement en ouverture du journal télévisé de l’ENTV lundi et mardi derniers, les téléspectateurs auront sans doute été surpris d’apprendre que le vénérable « cheikh » apportait son soutien à l’attitude du président de la République consistant à refuser « l’extrémisme des islamistes d’une part et celui des partisans de la laïcité d’autre part ». Pas moins, pas plus. Des propos qui rappellent « étrangement » ceux prononcés par Abdelaziz Bouteflika devant les caméras de l’ENTV, à Batna, peu de temps après l’explosion de la bombe que le kamikaze portait sur lui. Ce soutien, ainsi formulé, de l’imam est, comme on dit dans le langage populaire, « la fille de son oreille ». En d’autres termes, il lui aurait été « soufflé », « inspiré »… Comme dit l’adage : « Celui qui paie les violons choisit la musique. » En effet, de tels propos de la part d’un imam, rapportés durant le Ramadhan, mois de piété et de ferveur religieuse, ont de quoi « faire mouche » auprès des téléspectateurs qui étaient accrochés à leur poste de télévision ces jours-là ! Un imam qui ne s’est pas retenu jusqu’à la veille du 11 septembre 2001 de saluer les « actes de djihad » menés par le GIA et autres FIDA en Algérie ! Le message d’Al Qaradhaoui est d’ailleurs truffé d’amalgames jusque dans l’exégèse de l’Islam. Comment peut-on oser renvoyer dos à dos les islamistes armés, leurs commanditaires, responsables de massacres d’attentats et les laïcs ou supposés comme tels ? Est-il nécessaire de rappeler que les GIA, GSPC, FIDA et autres groupes terroristes ont, en leur temps, non seulement revendiqué les assassinats de laïcs ou supposés comme tels ? Rien, ni personne ne les a empêchés de « tirer gloriole » de ces lâches attentats contre des intellectuels, des hommes de science, des artistes, des journalistes. Une certitude doit être soulignée ici, à savoir que durant toute la période noire du terrorisme, aucun laïc ou supposé comme tel n’a pris une arme pour tuer froidement ou massacrer des femmes et des enfants. Un amalgame qui suggère « une troisième voie » incarnée par la démarche initiée par le président Bouteflika avec notamment la réconciliation nationale. Cette confusion n’est pas sans rappeler l’attitude de certains dirigeants qui, dans les années 1970, affirmaient n’être attirés ni par le socialisme ni par le capitalisme et qui dans un élan messianique proposaient une « troisième voie » aux masses populaires. Le monde arabe compte encore quelques survivants parmi ces leaders. Malheureusement pour eux, l’évolution du monde et sa globalisation ont eu très vite raison de ces chimères.

Reda Bekkat (El-Watan)

Droudkel, canular mort ou vif ! 18 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , 8 commentaires

Curieuse coïncidence  trois jours après la découverte que sa mort remontait à 3 ans déjà

                                    Droudkel, tué en 2004, destitué en 2007 !

Le même journal qui annonça sa mort en 2004 nous informe aujourd’hui de sa destitution 

 
Trois jours après qu’on ait appris qu’il avait en fait été tué en juin 2004 par les services de sécurité (voir l’article sur ce site), le chef d’al-Qaïda Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel, alias Abou Mosaâb Abdelwadoud, ou son fantôme, vient d’être subitement destitué par ses pairs ! C’est ce que nous apprend la quotidien Liberté qui précise que Droukdel a été « destitué par ses pairs qui se seraient réunis en congrès dans les maquis de Zbarbar, dans la région de Lakhdaria, à l’extrême ouest de la wilaya de Bouira. » Citant des « sources généralement bien informées », le quotidien nous apprend que ce chef terroriste (ou son fantôme) « a fini par créer l’unanimité contre lui » en décidant de mettre son organisation sous la coupe d’Al-Qaïda et de faire entière allégeance à son chef Oussama Ben Laden. C’est ce qui aurait, ajoute le journal, « précipité sa chute au sein de la direction nationale de la mouvance terroriste. »  Le journaliste ajoute plus loin : « Toutefois, nos sources estiment que l’échec de l’attaque lancé le 14 juillet dernier contre la compagnie de gendarmerie de Yakourène, dans la wilaya de Tizi Ouzou, les pertes enregistrées dans les rangs des assaillants dans leur retraite et les faiblesses apparues lors de cette opération terroriste, a également contribué au départ précipité de Droukdel. » 

Tant de détails impressionnent…  

L’inconvénient dans l’affaire est que c’est le même journal, Liberté, citant les mêmes « sources généralement bien informées », qui a annoncé la mort de Droudkel dans son édition du 21 juin 2004. Notre confrère a même souligné que le corps avait été identifié à la morgue de l’hôpital Frantz Fanon de Béjaïa.  On avait déjà cru à la juge-fée de Blida lors du procès Khalifa, voilà qu’il nous faut croire maintenant aux terroristes-fantômes ! Le Matin   

  

Droudkel est mort en juin 2004 ! 15 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , 9 commentaires

Enigme : le représentant d’Al-Qaida en Algérie serait-il un fantôme ?

Qui est donc ce nouveau Abdelmalek Droudkel dont on dit qu’il dirige le GSPC (devenu Al-Qaida Maghreb), qui signe des communiqués, qui refuse de rendre et que la justice algérienne a jugé dernièrement par contumace ? Le vrai Abdelmalek Droudkel , alias Abou Mossab Abdelouadoud lui, est mort, et bien mort, entre le 17 et le 19 juin à Bourbaâtache (El-Kseur) à la suite d’une opération militaire déclenchée au lendemain de l’assassinat de douze militaires, le 2 juin . Il ne s’agit pas d’une méprise de journaliste : le corps de Droudkel a été identifié à la morgue de l’hôpital Frantz-Fanon de Béjaïa par les services de sécurité, aux côtés de quatre autres chefs- terroristes abattus  au cours de cette offensive dont  Nabil Sahraoui, alias Abou Ibrahim Mustapha, l’“émir” national du GSPC qui avait remplacé Hassan Hattab et  Abi Abdelaziz, connu sous le sobriquet de Okacha le Para, bras droit de Sahraoui. La mort de Droudkel a été annoncée  le lundi 21 juin 2004 par toute la presse nationale qui a repris d’ailleurs, ce jour-là, un communiqué de l’état-major de l’ANP qui cite nommément Droudkel parmi les terroristes tués et identifiés à la morgue de l’hôpital Frantz-Fanon de Béjaïa. Le communiqué de l’état-major de l’ANP est très explicite et ne laisse aucune place au doute. On y lit  : « Les unités de l’Armée nationale populaire, engagées dans une vaste opération antiterroriste dans la région d’El-Kseur (wilaya de Béjaïa), ont abattu de nombreux criminels. Parmi ces terroristes figurent le criminel Sahraoui Nabil, alias Mustapha Abou Ibrahim, chef du groupe terroriste connu sous l’appellation du GSPC, ainsi que ses principaux adjoints dont Abbi Abdelaziz, alias Okacha El-Para, Khatab Mourad, alias Abdelber Abou Omar, Droukdel Abdelmalek, alias Abou Mossab Abdelouadoud. Des armes, des munitions et des documents ont été récupérés au cours de ces opérations qui se poursuivent toujours. » Ce communiqué a d’ailleurs été repris par l’intégralité de la presse nationale, par des agences étrangères, par RFI et Libération. Sur la foi de ce texte de l’ANP, Liberté – pour ne citer que lui – annonçait à la « Une » la mort de Droudkel dans son édition du 21 juin 2004 et, sous la plume de

Kamel Ouhnia ajoutait ceci : « Sur les sept terroristes abattus entre jeudi et samedi derniers, cinq ont été identifiés au niveau de la morgue de l’hôpital Frantz-Fanon de Béjaïa(…)Les recherches effectuées par les services de sécurité ont abouti à identifier le sieur Abdelmalek Droukdal, un spécialiste des attentats à la bombe (véhicules piégés…), chargé de l’explosif, il assure aussi la mission de coordinateur entre les “émirs” des différentes phalanges du GSPC. »

On ne peut douter de la parole de Liberté ni encore moins de celle de l’état-major de l’ANP. Mais alors la question se pose : puisque le « sieur Abdelmalek Droukdal » alias Abou Mossab Abdelouadoud est mort et reconnu mort à la morgue de Béjaia par les services de sécurité, qui est le faux Droudkel qui représente Al-Qaida en Algérie et qui signe les communiqués intransigeants ?

L’énigme ne fait que commencer.

L.M.

Le communiqué de l’état-major de l’ANP

Les unités de l’Armée nationale populaire, engagées dans une vaste opération antiterroriste dans la région d’El-Kseur (wilaya de Béjaïa), ont abattu de nombreux criminels. Parmi ces terroristes figurent le criminel Sahraoui Nabil, alias Mustapha Abou Ibrahim, chef du groupe terroriste connu sous l’appellation du GSPC, ainsi que ses principaux adjoints dont Abbi Abdelaziz, alias Okacha El-Para, Khatab Mourad, alias Abdelber Abou Omar, Droukdel Abdelmalek, alias Abou Mossab Abdelouadoud. Des armes, des munitions et des documents ont été récupérés au cours de ces opérations qui se poursuivent toujours. (Dans Liberté du 21 juin 2004)

Dialoguer avec Al Qaïda ? Certains ne l’excluent pas 13 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Algérie : Islamisme et terrorisme , 2 commentaires

 

;

 



Par Mark Trevelyan  

LONDRES (Reuters) – Au moment où le président afghan Hamid Karzaï vient à nouveau de proposer des pourparlers aux taliban, certains se demandent si le moment n’est pas aussi venu d’ouvrir un dialogue avec Al Qaïda.

Six ans après le 11-Septembre, font-ils valoir, Al Qaïda est devenu un pouvoir de fait et l’on neutralise souvent mieux les extrémistes par la négociation que par les armes.

« Aucun terrorisme n’a été vaincu par la guerre ou la violence », a déclaré lors d’un débat à la BBC l’ex-médiateur anglican Terry Waite, lui-même otage au Liban de 1987 à 1991.

« Il y a quelques acteurs rationnels dans les rangs d’Al Qaïda, mais il attire aussi les psychotiques. Il nous faut trouver un point d’accès », a ajouté le Britannique.

Le Norvégien Jan Egeland, qui a favorisé des pourparlers secrets entre Israël et l’OLP dans les années 1990, puis, comme émissaire de l’Onu, traité avec des barons de la drogue et des chefs de guérilla de la Colombie à l’Ouganda, a dit à Reuters:

« Je n’exclus de parler à personne, a priori. Cela dépend des personnes à qui on parle, mais aussi de quoi on leur parle. Si je pouvais avoir des discussions avec Al Qaïda où il serait possible de leur faire sentir qu’ils sont la plus grande force anti-islamique, pourquoi pas? »

Mais Egeland et d’autres insistent sur les obstacles de taille qui s’opposent à des négociations avec le réseau islamiste. Et d’abord celui-ci: à la différence des rebelles marxistes colombiens, de l’Ira nord-irlandaise ou des taliban, Al Qaïda est moins une organisation qu’une idée.

SCISSIONS A VENIR

Son horizon – créer un califat islamique mondial et convertir les Etats-Unis eux-mêmes à l’islam – est un rêve sans bornes qui ne suppose ni compromis ni discussion réaliste.

« Al Qaïda est un mouvement universel dont l’exigence est universelle. Aucun gouvernement seul ne peut y répondre. Ils parlent de tout le monde islamique, de la Tchétchénie au Yémen », dit Mustafa Alani, analyste au Gulf Research Center de Doubaï.

Certains parlent de « terrorisme tactique » et de « terrorisme stratégique » pour distinguer entre les groupes qui poursuivent des objectifs négociables (représentation politique, indépendance) et ceux qui, comme Al Qaïda, font de la lutte perpétuelle une fin en soi.

« Le principe du djihad ne tolère pas les demi-mesures. Vous êtes soit un kafir (infidèle), soit un djihadiste », dit Alani.

La question du dialogue avec des groupes dits terroristes se pose en général quand il ne paraît pas possible de les vaincre (les Etats-Unis face au vietcong, l’Afrique du Sud face à l’ANC de Nelson Mandela), notent des analystes.

« Quand on ne parvient pas à gagner une guerre, on discute avec les terroristes et on cesse de les appeler terroristes », dit Mark Perry, directeur du groupe américain Conflicts Forum, qui étudie les moyens de rapprocher Occident et islam politique.

Si la guerre contre le terrorisme n’aboutit pas à éliminer Al Qaïda, pourrait-on donc en venir à traiter avec le réseau ?

« Je pense que c’est envisageable. Il faudrait faire un calcul sur le rapport entre douleur et satisfaction (…) Combien de victimes pourrons-nous supporter? », répond Perry.

Pour Egeland, le risque de la négociation est de légitimer l’adversaire, porte ouverte à ceux qui seraient tentés d’agir comme lui. Mais le temps peut venir où Al Qaïda deviendra si impopulaire parmi les musulmans que le mouvement se divisera et qu’on retrouvera des canaux de négociation:

« Ce sera le fait de groupes religieux (…) opérant avec des acteurs et des pays plus petits. De petits pays du Moyen-Orient, peut-être radicaux (…) Ce ne sera pas le fait de l’Union européenne ou des Etats-Unis. »

);

12345...13

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...