navigation

Attentat de Batna : Zapatero premier responsable étranger à réagir 6 septembre, 2007

Posté par benchicou dans : Non classé , 1 commentaire

zapatero.jpg 

Quelques heures après l’attentat suicide qui a coûté la vie à 15 personnes et fait 74 blessés à Batna, le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a, dan un message envoyé au président Bouteflika, exprimé sa « ferme condamnation » de l’attente suicide de Batna.

Dans ce télégramme dont le texte a été diffusé jeudi soir par ses services, M. Zapatero se dit « profondément ému » par la nouvelle de l’attentat. « Je veux vous transmettre, en mon nom et en celui du gouvernement espagnol, ma solidarité et ma condamnation la plus ferme de cet acte de barbarie », précise-t-il.

M. Zapatero exprime également « l’appui, l’affection et la sympathie du peuple et du gouvernement d’Espagne aux familles des victimes ».

José Luis Rodriguez Zapatero est le premier responsable étranger à réagir après cet horrible attentat.

Edition « spécial attentat de Batna »

Posté par benchicou dans : Non classé , 7 commentaires

Depuis jeudi soir :

logomatin1.gif

Samedi 8 septembre 2007

S

 

 

 

Leur sang pour un 3è mandat

354674.jpg

354673.jpg

 

 

   

LIRE

 

 

 

 

Attentat de Batna : l’éditorial de Ghania Hammadou

 

 

 

Cela n’a pas raté : l’attentat de Batna servira à un 3è mandat de Bouteflika. On apprend ainsi que des marches et des meetings seront organisés, demain, à travers l’ensemble du territoire national en « réaction à l’attentat » mais qui vont se transformer en « marches de soutien à Bouteflika ». La preuve : ces manifestations seront coordonnées par les 48 walis, mais aussi par les partis politiques de l’alliance présidentielle qui auront , écrit Liberté « la tâche de mobiliser les forces de la nation pour sortir dans la rue, la main dans la main, afin de dénoncer le lâche attentat qui a ciblé le cortège présidentiel à Batna « .

 

 

 

 

Au lendemain de l’attentat de Batna L’Algérie s’interroge  

  • L’attentat entre-t-il dans la guerre de succession ?
  • Vendredi: l’attentat toujours pas revendiqué
  • L’attentat semble profiter à Bouteflika
  • La presse internationale dubitative

 

boutef2.jpg Ce qu’a dit Bouteflika
 
batnaunattentatsuicideenalgerie1.jpg
 

Photo : Bouteflika au chevet d’un blessé à Batna

 

 

 

 

 

 

     

———————————————————————————————————————————————————————————————————

 

   

L‘Edito de Ghania Hammadou

Le message de Batna

Les analyses du Matin se confirment : quel que soit le prix payé par les Algériens, quels que soient leurs sacrifices, leurs luttes et la force de leurs protestations, le système, comme un mécanisme implacable, sourd et aveugle aux hommes, reste le maître de la décision des choix du pays. Il a dit « réconciliation nationale », négociations avec l’islamisme, main tendue à l’intégrisme, amnistie des terroristes, et rien ne semble le dissuader à renoncer à cette option suicidaire. L’attentat de Batna résonne comme un nouveau revers pour cette politique de la main tendue, initiée sous les auspices de Bouteflika. Bien d’autres faits attestaient déjà de la faillite de la démarche présidentielle, mais le message envoyé dans ce dernier attentat, qui a eu pour cible le président en personne, est encore plus significatif puisque destiné à l’homme de la « réconciliation ». Ce message dit, entre autre chose que l’islamisme n’a que faire des propositions de paix de M. Bouteflika. Les intégristes que celui-ci veut se concilier et ramener au bercail de la République ne veulent pas à sa paix. Ils veulent l’Algérie et le pouvoir, tout le pouvoir pour y installer leur système médiéval dans lequel nos vies seront soumises à la loi de quelques autoproclamés émirs, et c’est pour réaliser cet objectif qu’ils mènent, depuis maintenant presque deux décennies, la guerre aux Algériens opposés à leur projet. Les concessions, accordées à l’intégrisme religieux par le pouvoir via sa Charte pour la réconciliation, loin d’apporter le calme dans le pays, semblent même avoir encourager l’émergence d’une organisation terroriste plus déterminée et meurtrière que celle démantelée par le passé. Désormais, c’est un GSPC filiale Al Qaida, bien équipé et entraîné, qui chasse sur les terres des ex-GIA et AIS. La recrudescence des violences terroristes, revendiquées par des auteurs qui proclament haut et fort ne pas être concernés par les négociations et les accords passés avec les repentis de leur mouvance, a le même sens, la même signification que l’attentat d’hier : elle signe l’échec patent et cinglant de la stratégie présidentielle. Mais qu’importe ! Bouteflika, lui, a une autre explication. Son opinion, exprimée à chaud, sur les commanditaires qu’il soupçonne être derrière l’attentat de Batna sont inquiétantes, quoi que prévisibles. Au lieu de tirer les conclusions qui s’imposent, il renchérit et nous ressert, comme au bon vieux temps du parti unique, la thèse éculée du « complot ourdi par de la main de l’étranger», ici remplacée par « les capitales étrangères . » Comme fuite en avant et propos ineptes, on ne fait pas mieux !

Et puis, il y a eu aussi, dans la même soirée, ce spectacle pitoyable d’un Bouteflika accouru au chevet des rescapés donnant des consignes de soins aux médecins de l’hôpital. Les blessés et leurs proches n’avaient pas prévu d’un président de la République qu’il se substitue au corps médical, ils espéraient de lui des engagements pour châtier les coupables du forfait, une déclaration forte pour rassurer les victimes, des mots au niveau de la gravité de l’événement, des mots autres que ses paroles creuses.

En son temps, le président Zeroual, s’adressant aux survivants de l’attentat meurtrier du boulevard Amirouche, avait su trouver ces mots justes, ceux qu’ attendaient les Algériens, et que Bouteflika n’a jamais prononcés : « nous allons les combattre ! »

Lire aussi : Réconciliation nationale : la paix des cimetières ?

   

 

Bouteflika veut profiter politiquement de l’attentat

Aussi surprenant que cela, l’attentat semble profiter politiquement à Bouteflika. Du moins ce dernier fait-il tout pour y arriver.Il a d’abord eu deux réflexes majeurs : rendre visite immédiatement aux blessés et s’exprimer devant les caméras de la télévision pour répondre à ses “adversaires” ( qui au juste ? ) et s’adresser aux Agériens en tant que “pilote” de l’avion Algérie. Il a ensuite pris une décision capitale pour démontrer qu’il n’était pas intimidé par l’attentat : poursuivre sa visite d’inspection dans la wilaya de Batna et assister à l’enterrement des victimes

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

  zerhounielkhabarcopy10.jpg

Attentat de Batna : la thèse de Zerhouni

Pour expliquer l’attentat de Batna, Noureddine Yazid Zerhouni a sa propre thèse : “ le retour de l’Algérie sur la scène internationale a peut être gêné certains intérêts étrangers”. “L’Algérie est revenue en force sur la scène internationale, notamment dans le domaine économique. Cela a peut être gêné certains intérêts étrangers”, a déclaré M. Zerhouni, lors d’une conférence de presse.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

kouchn.jpg sark.jpg

Batna : la trop remarquable “solidarité” de la France

Le fait est remarquable : la France a réagi “en masse” à l’attentat de Batna. L’intérêt est notable. Voici les principales réactions françaises après l’attentat

—————————————————————————————————————————————————————————————————— Vendredi 7/9/ 13 H 00 :


batna.jpg
  Batna : un attentat-suicide a ciblé Bouteflika ! · Le président n’était pas sur les lieux  

· L’attentat a fait 16 morts au moins et 74 blessés

Photo : une scène après la bombe de Batna

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

boutef2.jpg

  Un attentat suicide a été perpétré ce jeudi en fin d’aprèsmidi à Batna où se trouve Bouteflika a fait au moins 12 morts et 23 blessés, selon l’AFP qui cite des sources sécuritaires locales.Le kamikaze s’était joint à un rassemblement attendant l’arrivée du président Abdelaziz Bouteflika, qui achevait une visite d’inspection dans cette wilaya de l’est du pays. Le chef de l’Etat n’était pas sur les lieux au moment de l’attentat. Découvert par la population, le terroriste a précipité son action avant l’arrivée du président Bouteflika sur les lieux, selon des témoins. Il s’est fait exploser.Le kazmikaze, dont on ignore l’âge et l’identité portait la bombe sur lui. Immédiatement informé de l’attentat, le président Bouteflika s’est rendu au chevet des victimes, à l’hôpital de la ville. Après l’attentat, le président est intervenu en direct sur plusieurs chaînes de télévisions.Le chef de l’Etat, dans une déclaration de quelques minutes, a notamment a fustigé « les criminels ». Il a également réaffirmé son engagement en faveur de la réconciliation nationale.  » Je ne renoncerai pas un seul instant au projet politique bâti sur la réconciliation nationale et la sécurité pour tous les Algériens ( …) Je dis (aux islamistes) qu’il n’y a aucune issue possible en dehors de la réconciliation nationale », a t-il déclaré il y a quelques instants.

Le Matin vous restituera tout le long de la soirée les développements de cet attentat-suicide

20 h 02 : Nouveau bilan de l’attentat de Batna : 15 morts et 74 blessés20 h 23 : Attentat de Batna : l’article du Figaro en ligne

20 h 34 : Le président Bouteflika avait la mine défaite (Associated Press)

L’homme, âgé d’environ 30 à 35 ans, a déclenché sa bombe au milieu de la foule rassemblée devant la Mosquée Al-Atik, environ 45 minutes avant l’heure de l’arrivée prévue du président Bouteflika, qui achevait par Batna une visite dans l’est algérien, précisait-on de sources sécuritaires. L’homme transportait sa bombe dans un petit sac, a précisé la gendarmerie. Il attendait l’arrivée du président, et a été repéré par la foule car manifestant des signes de nervosité. Face à ce comportement suspect, des témoins ont appelé les gendarmes, et l’homme a lancé la bombe avant de s’enfuir. Ces mêmes sources, qui avait fait dans un premier temps état d’un acte kamikaze, ne pouvaient confirmer si l’auteur de l’attentat faisait partie des victimes

21 h 13 : Attentat de Batna : Zapatero premier responsable étranger à réagir

Quelques heures après l’attentat suicide qui a coûté la vie à 15 personnes et fait 74 blessés à Batna, le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a, dan un message envoyé au président Bouteflika, exprimé sa “ferme condamnation” de l’attente suicide de Batna.

 

zapatero.jpg

 

21 h 24 : Bouteflika : “Les auteurs de l’attentat oeuvrent pour le compte de capitales étrangères”

“Réagissant à la bombe qui a fait plusieurs victimes cet après-midi, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a stigmatisé les criminels qui tentent de saboter le processus de paix et de réconciliation nationale”, écrit l’agence de presse algérienne APS. “Les actes terroristes n’ont absolument rien à voir avec les nobles valeurs de l’islam”, a dit le chef de l’Etat, cité par APS. Selon lui “Ces personnes (les auteurs de l’attentat) oeuvrent pour le compte de capitales étrangères et de dirigeants étrangers”. Il n’a pas donné davantage de précisions.

22 h 08 : Nicolas Sarkozy adresse ses condoléances au peuple algérien

Après Jose Louise Zapatero, c’est Nicolas Sarkozy qui vient de réagir officiellement à l’attentat de Batna. Dans un message adressé à son homologue algérien, le président français « condamne sans appel les violences barbares et aveugles dont le peuple algérien continue de souffrir »« Après l’attentat qui vient une nouvelle fois de frapper votre pays (…) je condamne sans appel les violences barbares et aveugles dont le peuple algérien continue de souffrir », écrit le président français dans son message.

 

sarkoboutef2.jpg

22 h 08 : Batna : le kamikaze aurait pris la fuite

Nos lecteurs et l’attentat de Batna

Loudmila : 

Comment peut il parler de “charte” une heure après un attentat qui à couté la vie à des dizaines de personnes?.

Quelle conclusion doit on en tirer?que la personne qui vient de placer la bombe si elle avait la vie sauve et qu’elle decide de se rendre on lui pardonne?J’ai rien compris moi !

Il posait la question au blessé qui venaient d’etre admis à l’hopital s’ ils etaient choqués! .Qu’attendait il comme reponse?” Non Mr le president,c’est cool!”.Biensur qu’ils sont choqués ! Un patient se plaint de son dos et notre president demande un telethorax d’urgence(ça c’est comme l’histoire du barrage ou ils s’est improvisé expert en infiltration d’eau).Il dit au medecin de garde de lui faire part s’il manque des medicaments qu’il les importerait de l’etranger…suis morte de pleure !

Il devrait avoir honte de parler encore de charte,cette histoire est terminée,chaque terroriste doit etre severement puni! la mort pour avoir donné la mort !

Brahami :

Bravo pour l’information !.

Malgré cette énième tragédie, nous constatons amérement que M. Bouteflika, n’a aucunement l’intention de changer de cap. Il est vraiment décidé à nous mener le plus loin possible dans le chemin de l’obscurantisme et du chaos.

P.S. : je suis heureux de constater qu’à cet instant précis (21h26), il y a une centaine de visiteurs sur ce blog. c’est formidable

Abdenour :

voila ce qui arrive quand on joue avec le feu,on risque de se bruler serieusement,bouteflika ou tu es islamiste ou tu es contre l’islam politique,si tu es islamiste et bien, ai le courage politique de rehabiliter le FIS et advienne que pourra ,ou alors tu es contre l’islam politique dans ce cas il n’y a qu’a combattre le terrorisme par tous les moyens et toute la societe civile sera avec toi,mais il n’y a pas DE POLITIQUE DU juste milieu .
Pour vaincre le terrorisme nous avons besoin d’un homme irreprochable,qui n’a ni vole. ni pille,il faut aussi qu’il soit un vrai DEMOCRATE pour qui l’alternance au pouvoir n’est pas un vain mot,il faut aussi qu’il aime et respecte lepeuple dont il est issu,il doit donner espoir a la poulation berberophone et ouevrer a son epanouissement dans un esprit de fraternite avec la population arabophone et combattre le racisme, d’ou qu’il provient
Monsieur Bouteflika, a mon humble avis tu es loin d’avoir ces qualites et pire tu aimes gouverner et tu feras l’impossible pour t’y accrocher jusqu’a ta mort,heuresement pour toi l’attentat qui te visait a BATNA T’A MANQUE,car si tu etais mort les problemes que tu n’as pas regle auront mené l’Algerie a la debandade generale,il n’est pas encore trop tard pour bien faire

Analphab :

l urgence aussi aurait été la prise en charge psychologique suite à ce traumatisme que bizarement le médecin de garde envisage dès que possible ! je sais pas ce que cela signifie !
il semble y avoir un manque de cohérence au niveau de la prise en charge holistique des patients .
cela n est pas un problème matériel , mais humain .

Bouzelouf :

Bouteflika est Président de la République. Il est à tous les points de vues le premier responsable du Pays et, à ce titre, il se doit d’agir et de sévir au lieu de nous bassiner et de nous endormir avec des discours mettant en cause «…la main de l’étranger…» et je ne sais quoi d’autres comme débilités.
Main de l’étranger ou pas, il se doit de prendre les dispositions qui s’imposent en pareilles circonstances pour faire toute la lumière sur ce soudain regain de violence qui emporte les vies de citoyens innocents depuis le début de cette année. Il se doit aussi d’exiger des explications circonstanciées sur les tenants et aboutissants de cet étrange retour de la violence terroriste. Mais il se doit tout d’abord de demander des comptes et de sanctionner, avant de les limoger, les principaux responsables des services de sécurité qui semblent faire preuve d’une certaine passivité et d’une passivité certaine pour juguler la violence terroriste de ces derniers mois.
Si monsieur Bouteflika ne fait rien en ce sens, il sera alors clair qu’il aura choisi de se dérober à ses responsabilités et, qu’il le veuille ou pas, il se rendra alors complice, devant les Hommes et devant l’Histoire, de l’assassinat et de la mort de tous les innocents tués par la violence terroriste depuis son accession aux hautes fonctions qu’il occupe.
Puisse le Tout-Puissant accorder sa miséricorde aux victimes de l’attentat de Batna et Sa protection aux faibles parmi mes concitoyens.

rabah :

Une demie verité habillé de mystère s’apparente plus à un mensonge flagrant qu’à une verité tout court. Oui, il est facile d’invoquer, cette fois au lieu d’une main, des mains étrangere, comme si une main ne suffisait plus plusieurs mains etrangère sont en train de s’allier pour detruire la reconciliation de fakhamatouhou. Mais le Hic ! il ne nous dit pas quelles sont ces capitales qui voudraient nous plonger encore dans une destabilisation totale, il ne dit pas des pays encore heureux mais simplement des capitales comme si des capitales agiraient en dehors et en contradiction avec l’esprit des etats qu’elles representent.
C’est aller vite en besogne que de conclure ainsi. Ne faut-il pas attendre une enquette, pour savoir quel genre de technique a été utilisé, quel genre de materiaux et d’explosif ont été utilisés pour eventuellement retracé l’origine de ces prduits et de fait retracer l’origine de cet attentat. Ne faut-il pas attendre le resultat d’une enquette pour savoir la nationalité du kamikaze, qui serait surement encore l’un des jeunes de chez nous simplement, un de ces jeunes là qui a dû etre repeché dans al misere dont la politique de bouteflika a plongé ce pays pour le programmer et l’utiliser en guise de feu d’artifice, ou tout simplement un islamiste irrecuperable comme il doit y en avoir beaucoup malheureusement, ceux là meme qui croient dur comme fer qu’il n’y a de salut que dans une republique islamique où flottera la baniere verte pour le reste de l’eternite.
On a beau fuir la réalité, elle finit par vous rattrapper, surtout en ce temps où on le dit qu’il file à toute vitesse. Ne pas admettre l’echec d’une démarche ou d’une politique c’est aller droit au mur et n’en deplaise à boutef et consort qui foncent tout droit devant avec leurs train de reconciliation qui ne concerent que ceux ou celles là qui y trouvent leurs compte.
Nul ne peut se prevaloir du droit de juge et d’absolution de crimes innomables sans en attendre en retours des repercussions, somme toute logique dû à la maniere dont ça été elaboré et dû au dessein qu’elle sert.
Ou tout simplement, toute cette mise en scene dramatique qui s’est joué avec des vrais cadavres et du vrais sang humain n’est qu’un coup de bluff en plus servi à une population en manque d’enthousiasme pour le reveiller aux vertues de la reconciliation.
Ou bien elle temoigne encore de ces luttes de clan, de mafia qui n’arrette pas de se dechirer à qui avoir le regne sur ce pays.
Dans tout les cas, affirmer que ceux qui ont fait ça oeuvrent pour le compte des capitales etrangères sans nous dire quelle sont ces capitales et le pourquoi c’est tres leger comme raccourcis surtout quand ça vient du premier personnage du pays.

réfugié92

    Paix aux innocentes victimes de mains pas du tout étrangères. Mr Bouteflika,quand il y a un vrai danger ILS ne le ratent pas(cf.Boudiaf Allah Irehmou).
    Il y a un conflit interne entre votre clan et ses interets et un second clan.Tout deux puisez vos soutiens à la meme source (DRS,généraux,et politiques mafieux) pour le partage présent et à venir des produits de la mise sous coupe réglée de notre peuple.
    Les morts,les blessés,c’est bien peu, des harragas en moins ou leur parents ou des collateraux peut-etre,c’est dommage mais faut bien décider avec quel type d’islamiste-alibi le partage se fera.
    LA MAIN DE L’ETRANGER!!!Laissez-moi pleurer les enfants de Batna

 

Le président Bouteflika avait la mine défaite (Associated Press)

Posté par benchicou dans : Non classé , 8 commentaires

Au moins 16 morts dans un attentat à Batna, dans l’est algérien

Un attentat a fait au moins 16 morts et 74 blessés jeudi en plein coeur de Batna (à environ 450 km à l’est d’Alger), un terroriste présumé faisant exploser sa bombe au milieu d’un rassemblement qui attendait le président Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris de sources sécuritaires et hospitalières.

L’homme, âgé d’environ 30 à 35 ans, a déclenché sa bombe au milieu de la foule rassemblée devant la Mosquée Al-Atik, environ 45 minutes avant l’heure de l’arrivée prévue du président Bouteflika, qui achevait par Batna une visite dans l’est algérien, précisait-on de sources sécuritaires.

L’homme transportait sa bombe dans un petit sac, a précisé la gendarmerie. Il attendait l’arrivée du président, et a été repéré par la foule car manifestant des signes de nervosité. Face à ce comportement suspect, des témoins ont appelé les gendarmes, et l’homme a lancé la bombe avant de s’enfuir. Ces mêmes sources, qui avait fait dans un premier temps état d’un acte kamikaze, ne pouvaient confirmer si l’auteur de l’attentat faisait partie des victimes.

Le président Bouteflika, semblant très affecté, la mine défaite, s’est exprimé sur les ondes de la télévision publique algérienne peu après l’explosion, à son arrivée à Batna.

Abdelaziz Bouteflika n’était pas sur les lieux au moment de l’attentat, le premier jamais perpétré à l’occasion d’une visite du président en Algérie.

« Je dis au peuple algérien et au monde entier que nous avons choisi la voie de la réconciliation nationale. Nous n’y renoncerons pas, quelqu’en soit le prix à payer », a-t-il lancé.

« Avant d’arriver au pouvoir, j’ai longuement réfléchi à la crise algérienne et j’ai estimé que la seule solution était la concorde nationale et ensuite la réconciliation nationale que les Algériens ont plébiscitée » lors d’un référendum.

« Cette réconciliation n’exclut personne (…) dans un effort de reconstruction de l’Algérie, car sans stabilité politique il n’y aura pas de développement économique et social », a ajouté le président, à la fin de son intervention qui aura duré environ cinq minutes.

La télévision algérienne a ensuite montré des images d’Abdelaziz Bouteflika à l’hôpital, rendant visite aux blessés de l’attentat.

Cet attentat, qui n’avait pas été revendiqué dans l’immédiat, intervient à quelques jours de l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et du début du mois de jeûne de Ramadan.

L’Algérie est touchée depuis de longs mois par un regain du terrorisme. En février, sept attentats simultanés à la voiture piégée contre des commissariats et des gendarmeries avaient frappé les régions de Boumerdès (50km à l’est d’Alger) et Tizi Ouzou (100km à l’est d’Alger), coûtant la vie à six personnes.

Le 11 avril dernier, un double attentat visant le Palais du gouvernement à Alger et l’important commissariat de Bab Ezzouar, dans la banlieue, avait ensanglanté la capitale, fait 30 morts et 200 blessés.

En juillet dernier, un autre attentat-suicide au camion piégé visant l’armée faisait huit morts dans l’est algérien.

Tous ces attentats ont été revendiqués par l’Organisation d-Al-Qaïda au Maghreb islamique, l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). AP

lp/xoao1/nc

Le président Bouteflika avait la mine défaite (Associated Press) dans Non classé theassociatedpress

Attentat de Batna : l’article du Figaro en ligne

Posté par benchicou dans : Non classé , ajouter un commentaire

Le kamikaze s’est fait sauter à Batna, une ville des Aurès où devait se rendre le président Bouteflika.

Un kamikaze s’est fait exploser cet après-midi dans le centre de Batna, une ville des Aurès, à 400 km au sud-est d’Alger. La déflagration aurait fait 15 morts et 74 blessés, selon un bilan communiqué par la télévision publique algérienne. Cet attentat n’a pas été revendiqué dans l’immédiat.
Le terroriste, qui portait la bombe sur lui, s’était joint à un rassemblement d’habitants venus accueillir le président algérien, en visite le jour même dans la région. « Le Président de la République en visite de travail et d’inspection dans les wilaya d’Oum El-Bouagui et Batna », indique en effet le site de la présidence algérienne. Il s’est fait sauter 46 minutes avant l’heure prévue pour la visite présidentielle. Il aurait précipité son action après avoir été démasqué par des habitants. 
Abdelaziz Bouteflika n’était pas sur les lieux au moment de l’attentat, mais il s’est rendu au chevet des victimes à l’hôpital de la ville. Il a condamné les « criminels » dont les actes « n’ont absolument rien de commun avec les nobles valeurs de l’Islam », dans une intervention à la télévision publique, tout en confirmant la politique de réconciliation nationale dont il est le promoteur.
Regain de terrorisme
L’Algérie est touchée depuis de longs mois par un regain du terrorisme. En février, sept attentats simultanés à la voiture piégée contre des commissariats et des gendarmeries avaient frappé les régions de Boumerdès (50km à l’est d’Alger) et Tizi Ouzou (100km à l’est d’Alger), coûtant la vie à six personnes. Le 11 avril dernier, un double attentat visant le Palais du gouvernement à Alger et l’important commissariat de Bab Ezzouar, dans la banlieue, avait ensanglanté la capitale, fait 30 morts et 200 blessés. En juillet dernier, un autre attentat-suicide au camion piégé visant l’armée faisait huit morts dans l’est algérien.
Tous ces attentats ont été revendiqués par l’Organisation d-Al-Qaïda au Maghreb islamique, l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC).

Nouveau bilan de l’attentat de Batna : 15 morts et 74 blessés

Posté par benchicou dans : Non classé , 6 commentaires

 

L’attentat suicide commis ce jeudi en plein centre ville de Batna a fait 15 morts et 74 blessés, selon un nouveau bilan fourni par la télévision nationale. Le kamikaze visait le cortège présidentiel sans l’atteindre. Après l’attentat, la ville de Batna était en état de choc après l’attentat qui a provoqué la panique parmi la population accourue pour accueillir le président Bouteflika. Ce dernier, quelques heures après l’attentat est intervenu en direct à la télévision pour réaffirmer son engagement en faveur de la politique de réconciliation nationale.

Batna : un attentat-suicide a ciblé Bouteflika

Posté par benchicou dans : Non classé , ajouter un commentaire

   

 boutef2.jpg

Un attentat suicide a été perpétré ce jeudi en fin d’aprèsmidi à Batna où se trouve Bouteflika a fait au moins 12 morts et 23 blessés, selon l’AFP qui cite des sources sécuritaires locales.Le kamikaze s’était joint à un rassemblement attendant l’arrivée du président Abdelaziz Bouteflika, qui achevait une visite d’inspection dans cette wilaya de l’est du pays. Le chef de l’Etat n’était pas sur les lieux au moment de l’attentat. Découvert par la population, le terroriste a précipité son action avant l’arrivée du président Bouteflika sur les lieux, selon des témoins. Il s’est fait exploser.Le kazmikaze, dont on ignore l’age et l’identié portait la bombe sur lui. Immédiatement informé de l’attentat, le président Bouteflika s’est rendu au chevet des victimes, à l’hôpital de la ville. Après l’attentat, le président est intervenu en direct sur plusieurs chaînes de télévisions.Le chef de l’Etat, dans une déclaration de quelques minutes, a notamment a fustigé « les criminels ». Il a également réaffirmé son engagement en faveur de la réconciliation nationale.  » Je ne renoncerai pas un seul instant au projet politique bâti sur la réconciliation nationale et la sécurité pour tous les Algériens ( …) Je dis (aux islamistes) qu’il n’y a aucune issue possible en dehors de la réconciliation nationale », a t-il déclaré il y a quelques instants.

1...56789...29

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...