navigation

Opinion : L’échec de Bouteflika 18 mai, 2007

Posté par benchicou dans : Non classé,Votre opinion , 3 commentaires

Larbi Chelabi

18 mai, 2007 | 22:09

L’échec de Bouteflika
À l’évidence, le parti majoritaire issu des élections législatives du 17 mai 2007 est sans conteste le parti des abstentisonnistes.
Avec 65% des citoyens inscrits sur les listes électorales qui ont tourné le dos à l’appel des sirènes de Belkhadem, Ouyahia, Soltani, Hanoun et Sadi, il ne reste plus à ces faiseurs de chimères, ces politicards de basse facture, de boire l’élixir de la honte jusqu’à la lie.
Bouteflika, le roturier devenu par la maigie des ombres le roi soleil de la nouvelle république des affaires, a fait main-basse sur les institutions pour qu’elles servent ses ambitions et celles de sa fratrie. Ce faisant, il signe un échec mémoriel qui restera le point d’orgue de son testament politique.
La question qui se pose à Bouteflika et à ses affidés est de savoir s’ils doivent changer leurs façons de concevoir et de faire de la politique ou de changer de peuple?
La question qui se pose aux 65% de gens qui ne se reconnaissent pas dans les institutions de ce pays est de savoir s’ils doivent changer de régime ou changer de pays?
Le pouvoir ne peut plus continuer dans cette voie sans risquer la dislocation totale du pays.
Le peuple doit faire son examen de conscience s’il veut préserver des brins d’expérance et entrevoir l’avenir sous un angle moins sombre. Il doit avoir le courage de faire sa révolution Orange si ce pouvoir mafieux persiste dans son autisme.

Larbi Chelabi
Canada

Les démocrates et les législatives du 17 mai 17 mai, 2007

Posté par benchicou dans : Non classé,Votre opinion , 1 commentaire

 

Les démocrates et les législatives du 17 mai


Participation ou collaboration ?


L’Algérie est assurément sur une pente plus dangereuse que jamais, celle qui la fera s’abîmer durablement dans les égouts du Léviathan.

Il est malheureusement très possible que la confusion politique à laquelle se mêlent maintenant d’ex parangons de l’opposition démocratique convertis à la mode de la repentance ne soit que le syndrome annonciateur qui nous prépare

l’opération suicide.


Si, sous d’autres cieux, la participation politique associée au concept de citoyenneté est une norme érigée en valeur fondamentale qui confère aux gouvernes une influence sur le choix et le fonctionnement du système politique, elle n’a jamais été chez nous qu’une simagrée inutile et inopérante.


Le verrouillage institutionnel, la toute puissance des partis-Etat gavés de rapines perpétrées sur les ressources nationales, le contrôle étroit de la vie politique, la mainmise sur le déroulement des élections et les trucages à grande échelle sont à ce point systématiques que l’issue des scrutins ne fait de doute pour personne.


Dans ces conditions la pratique répétée du suffrage universel (plébiscites et autres élections législatives et locales) n’a jamais effrayé le régime, ses clients et ses auxiliaires recipendiaires de promotions, de privilèges et de prébendes fastueux qu’autorise l’opulence de la rente.


Alors, quoi que puissent penser certains « spécialistes » pleins d’eux mêmes, à qui l’on impose qu’à condition d’user d’un galimatias aussi invérifiable que le leur, autrement dit de les inonder d’une pluie de fausse monnaie politique, la clarté et même à l’occasion, l’ingénuité n’est pas forcément une marque d’ignorance; les étonnements qu’il nous arrive de manifester ne leur semble scandaleux que parce qu’ils rechignent à l’habitude cartésienne, voir simplement puérile et honnête, de dire « pourquoi ? »


Le magnétisme de la rente, ce virus propagé partout, fait apparaître les faux prophètes et ameuter les magnans. Les clans s’agitent, les oppositions se rallient, les trublions se divisent. Les dissidents de notre grande cause grossissent le flot, ternissent nos épopées et brouillent la vérité.


Passés pour d’indomptables et inexpiables pourfendeurs du système, des démocrates-ils se sont longtemps arroges le monopole de ce label-pourtant sortis chaque fois démembrés des scrutins concoctes par le pouvoir ne trouvent rien mieux que de « remettre ça » avec, en sus, l’offre non plus secrète mais déclamée sur les toits de participer a l’exécutif d ‘un système plus qu’à son tour décrié comme « le gestionnaire de la fraude » et « l’artisan de l’échec recommencé ». Ce mouvement de va et vient, ce jeu de yo-yo, en devient maintenant franchement indécent et, plus encore, délétère parce qu’en dirigeant une fois encore l’opposition sur le terrain des illusions, on ne propagera que l’illusion de faire de l’opposition.


Pour transformer en pur or la boue du système, la branche rédditionniste sortie du MDS brandit la pierre philosophale; ceux là vont « réhabiliter le suffrage universel », rien moins. Il est vrai que l’exposé des motifs a été un grand moment. Les amateurs de bons mots ont retenu que c’était la une magistrale et éblouissante leçon de marxisme … tendance Groucho !


Accessoirement, on pourrait comprendre que la cacochyme ANR, dont on ne se souvient pas qu’elle a quitté son grabat pour les luttes politiques, sociales et identitaires de ces dernières années, ne veuille pas mourir le ventre creux, ou que l’UDR réclame la rétribution des coups de serpe portés au RCD.


Autrement dit, tout ce beau monde trouve naturel de faire trempette dans le Pactole plutôt que d’être submergé par ceux qui en dirigent le cours. Mais, de ce désir à un besoin positif de suicide, il y a un abîme. Il est déshonorant de laisser s’estropier et s’éliminer un organe aussi essentiel que l’opposition franche, frontale et radicale à un système infâme, un gynécée qui enfante la prédation et les plus effroyables scandales et dont les méfaits et les forfaits répandent les effluves du crime.


Les démocrates et les patriotes fermés à l’envoûtement et attachés à la lutte ont le devoir de persévérer dans la contestation et de déjouer, sous toutes les formes possibles, les règles perverses d’un jeu électoraliste tout juste bon à attirer les cautions et la légitimation et à conforter le système, le régime et le pouvoir qui le portent.


La seule offre de service honorable, c’est celle que l’on fait à son pays et à son peuple. Cela vaut infiniment mieux que de compter pour des avatars de la multiplicité du système.

Noureddine FETHANI

Enfin les Hocinistes lèvent le voile…

Posté par benchicou dans : Non classé,Votre opinion , 1 commentaire

 

Enfin les Hocinistes lèvent le voile…

et heureux les Martyrs qui n’ont rien vu

Par Boualem OUARAS

Militant du MDS

Enfin le grand soir arrive ! Le pouvoir tremble. La mafia politico-financière panique. Les islamistes prennent peur … Pourquoi donc ? Parce que Hocine Ali a décidé de participer aux élections ! Vous allez voir ce que vous allez voir ! Les « Hocinistes » déclarent solennellement : « nous irons aux élections pour barrer la route à la fraude ! ». Rien que cela.

Chuut : défense de rire ! Mais on peut pleurer… Pleurer de honte pour eux. Pleurer de chagrin pour tous les camarades qui ont tant donné pour ce pays, pour ce Mouvement et sa ligne politique. Pleurer de rage pour l’Algérie et contre le système et sa force de corruption !

Dans leur dérisoire déclaration pour justifier leur compromission dans la prochaine comédie électorale, les Hocinistes multiplient les contradictions. Mais ils ne sont pas à une près. Ainsi, ils évoquent le « processus électorale biaisé » et « la fraude électorale » … Mais ce n’est plus comme arguments pour rejeter une mascarade, comme depuis 16 ans ! Ce sont maintenant des « arguments » pour participer, cautionner la mascarade et tenter d’en tirer quelques avantages personnels. Quelle cohérence et quel sérieux politiques !? 

Un autre « argument » est avancé pour justifier la stratégie d’entrisme : voler au secours de Bouteflika pour « briser son face à face avec l’islamisme » ; comme si le choix de Bouteflika n’était pas conscient et délibéré, ou était autre que celui d’une alliance avec les islamistes !?

Les choses sont maintenant claires. C’est donc uniquement pour ça et rien que pour ça que Hocine Ali et compagnie ont livré une guerre sans merci contre le MDS. Une guerre commencée bien avant le 21 avril 2006 (date de sa destitution comme Secrétaire Général). La participation aux partielles de Kabylie, les « frémissements » du pouvoir », les «aspects fonctionnels » du hijab, le soutien à peine « voilé » à la charte pour l’amnistie des terroristes, et toutes les manœuvres d’appareil pour phagocyter le MDS, ont été autant d’actions pour dévier le MDS de sa ligne et le ramener comme « dote » en vue de la participation aux élections.

Depuis le 21 avril 2006 trop de choses ont été dites. Certains ont cru que la crise du MDS était due au fonctionnement anti-démocratique à l’intérieur du Mouvement, ou à des luttes d’appareil. En réalité, l’enjeu était politique. Nous le voyons bien aujourd’hui.

Hocine Ali, Secrétaire général par intérim et successeur de Hachemi Chérif, disait « qu’il avait HONTE de défendre les positions du MDS » ! Nous connaissons maintenant la suite.

De la création par Hocine Ali d’organisations fractionnelles, appelées « coordination interfédérale » et « secrétariat exécutif », à l’animation de conférences de presses parallèles, à l’annonce de plusieurs dates pour l’organisation d’un congrès parallèle du MDS, un congrès de substitution, … Tout aura été tenté pour casser le MDS. , son capital moral et son historique.

Il faut croire que le jeu doit vraiment valoir le coup … De dérives politiques en dérives morales, Hocine Ali n’a reculé devant rien pour tenter de ramener le MDS aux élections et cautionner le système en place : ni le mensonge et les tentatives d’instrumentaliser Hachemi Chérif, ni ces véritables pratiques d’espionnage consistant à enregistrer ses interlocuteurs à leur insu !

Oui et oui : nous avons eu raison le 21 avril 2006 lorsqu’on a destitué Hocine Ali du poste de secrétariat général. Nous avons eu raison de crier contre la trahison et l’imposture.

Oui nous avons eu raison de qualifier les agissements de ce groupe d’entreprise de déstabilisation et de normalisation du MDS.

Nous avons eu raison de les exclure des instances du Mouvement et de ne pas les laisser saboter notre congrès.

Kounna âala hak de considérer qu’il s’agit là de manœuvres pour tuer le MDS et créer un autre parti, qui n’a rien avoir avec le MDS et son école.

Maintenant que les masques et les hidjabs sont tombés peuvent ils chanter encore à l’opinion publique qu’ils sont toujours dans « la double rupture », ou se réclamer du combat de feu Hachemi chérif, Salah Chouaki, Aziz Belgacem et tant d’autres camarades assassinés par l’intégrisme ?

Plus ridicule que le ridicule, c’est avec des costumes RND-FLN et un parfum islamiste, que les « Hocinistes » comptent se rendre (!!) au grand ballet du 17 mai 2007. Est ce avec de tels « élus » qu’ils comptent réaliser « la double rupture » !? Mais, comme on dit chez nous, ce jour là « FATHMA RECONNAITRA SON MARI »- « ad-tsaakel Fatma argaz-is »

Pourront-ils dire à Khalti Hourria qu’ils restent fidèles au sacrifice de sa fille, et à celui de toutes ces âmes pour lesquelles Hachemi Chérif avait juré la fidélité ? Pourront-ils regarder Mme Zinou et les sœurs Chouaki dans les yeux ?

Bouâlem OUARAS

Alger, le 03 Avril 2007

12

Alliance des Empereurs |
UN JOURNAL |
GlobalWarning |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Convention Collective
| Distribution de flyers dans...
| Palestine – la paix dites-v...